magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS recherche un fraudeur qui gesticule beaucoup!
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 11 mai 2015

Cette fois, c’est trop, M. Harper



 Imprimer   Envoyer 

Vous nous connaissez bien, M. Harper. Très bien, même.

Vous savez qu'on peut voter massivement pour le Bloc et élire Jean Charest en même temps. Vous avez bien compris que les Canadiens ne s'occupent pas de la chose politique comme il le faudrait. Vous avez bien saisi que ce qui compte, pour les quelques dizaines de millions de Canadiens, c'est le maintien de leur petit confort. Que dans la mesure où ils ne sont pas touchés trop trop, ils sont prêts à accepter les coupes budgétaires.

Vous avez aussi bien assimilé la notion de « message politique ». Je veux dire par là que vous savez très bien que le Canadien moyen prend deux ou trois minutes par jour pour lire les grands titres sur le journal ou le Web ou bien qu'il se contente d'une phrase (ou deux, pas plus) dite par un journaliste pour croire qu'il a bien compris tous les enjeux d'une situation.

Vous avez été élu, vous aussi, en vous autoqualifiant de personne responsable qui allait poser des gestes bons. Vous avez, mieux que quiconque, tiré profit de cette manœuvre presque hypnotique de répéter une phrase pendant trente jours pour être élu. Pour consolider vos chances, vous avez investi des centaines de milliers de dollars en publicité pour détruire la réputation de vos adversaires avec des campagnes de salissage savamment orchestrées.

Vous êtes un républicain au nord des États-Unis.

Il y a longtemps que je suis en rupture avec votre modèle de société. Mais vous êtes élu. Vous êtes un dirigeant à la poigne solide qui garde bien ses ministres en retrait de l'action publique et vous avez une façon particulière de manipuler l'information et le message.

Mais bon, vous êtes élu... Alors, j'essaie d'entretenir la notion de respect pour les institutions et les individus. Vous pouvez retourner à mes deux ou trois cents dernières chroniques, même mes coups de gueule demeurent respectueux.

Mais là, c'en est trop.

Au moment où les élections s'en viennent, vous foncez, tentant probablement de polariser vos troupes, dans le dossier d'Omar Khadr. Les tribunaux ne font plus le poids, dans la lignée de votre jugement idéologique à vous. Et vous en remettez. Le jupon de vos idéaux dépasse pas mal.

Omar Khadr a commis des gestes lourds de conséquences. J'en conviens très bien. Mais il y a un aspect circonstanciel à considérer, ce que vous ne faites pas. Je sais que vous honorez les prisons et méprisez la notion de réhabilitation, mais là, vous poussez trop loin.

Quand on vous demandé de vous prononcer sur la question de la remise en liberté provisoire de Khadr, vous avez calculé votre réponse : « Nos prières vont à la famille du soldat américain tué. »

L'homme d'État, visiblement révolté de ne pouvoir manipuler les tribunaux de son pays, a voulu rester calme publiquement, mais a souhaité, en même temps, porter un coup sous la ceinture. À l'intégrisme, vous répondez par l'intégrisme. Vous dirigez une société basée sur le droit et dont les citoyens sont multiconfessionnels et voilà que vous commencez en prenant votre Dieu à témoin.

C'en est trop.

Khadr n'est pas un être parfait. Pas plus que vous et moi. Il va peut-être faire un faux pas. Peut-être pas. Mais une chose demeure. Nous avons émis des règles et celles-ci devraient s'appliquer aux gens de toutes origines et croyances. C'est la vie en société qui en dépend.

Votre rêve du Canada à votre image et à votre ressemblance ne me convient pas. Et vous me représentez aussi, me dis-je...   

Clin d'œil de la semaine

 

Si c'est la barbe qui vous fait peur, M. Harper, ne regardez pas la jeunesse autour de vous. Il semble que ce soit à la mode pas mal! Ou bien le mal est poilu, allez savoir...

 



Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!

Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"
NOS RECOMMANDATIONS
Le retour des spectacles en salle

Le retour des spectacles en salle
Travailleuse de rang: semer le bien-être

Travailleuse de rang: semer le bien-être
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos_juin2020
 
Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

François Fouquet
Lundi, 29 juin 2020
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Jacinthe Dubé 5 juin20
Concours Boucherie du Terroir juin 2020
Disparition d'un octogénaire en Estrie Mardi, 30 juin 2020
Disparition d'un octogénaire en Estrie
Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial Mardi, 30 juin 2020
Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial
Le pays qui refuse de naître Par Daniel Nadeau Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous