magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Disparition mystérieuse d'un sherbrookois
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Coop Funéraire arrangements juillet 2020
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 5 septembre 2016

Hannikhä et les autres



 Imprimer   Envoyer 

Hannikhä est née il n'y a pas si longtemps dans un village éloigné des zones urbaines. Hannikhä est une petite fille unique. J'en sais très peu sur son histoire. Mais je sais qu'elle me ramène un peu à la mienne.

Mon adolescence s'est déroulée dans les années '70. Une effervescence somme toute assez heureuse animait le fond social et politique de cette époque. Les événements d'octobre 1970 ont laissé un ombrage intense, mais de courte durée et les années suivantes ont été chargées de grandes réformes qui, pour la plupart, existent toujours.

N'allez pas croire que j'associe les changements positifs aux événements d'octobre. À mon avis, les changements sont beaucoup plus liés à la Révolution tranquille des années '60, moment où l'état public a pris ses distances de l'église.

Mais bon. Là n'est pas le propos.

Dans ma période adolescente, il y avait une pression sociale. Plus que pour la génération d'avant, probablement, mais moins que pour celle d'après, visiblement. Une pression plus ou moins ressentie qui faisait en sorte qu'il fallait, pour être accepté d'un groupe, d'une collectivité, être comme les autres.

Si notre coupe de cheveux ne couvrait pas complètement les oreilles, on était « out ». Ou dans l'armée, c'était selon. La pression de posséder des trucs s'installait déjà. Peu de mes amis du temps n'ont pas eu de sac Adidas à poignée pour transporter leurs choses. Un beau sac en vinyle marine et rouge.

Dans ces années-là, le slogan de CHLT-radio était « Tout le monde le fait, fais-le donc! » Je me souviens que papa dénonçait le propos de ce slogan.

Il me semble que, plus on a avancé dans le temps, plus cette nécessité de copier l'autre est devenue grande.

Et je crains que la pression atteigne un paroxysme. Via les médias sociaux, nos ados dévoilent leur vie en temps réel. Et les commentaires viennent rapidement, parfois et souvent vachement, mus par le courage que transmet le clavier à celle ou celui qui écrit.

Le combat des parents devient intense. Je ne permets pas à mon enfant de se brancher sur ces médias, je l'isole. Je ne veux pas ça. Mais je ne veux pas que sa vie devienne virtuelle.

Un exemple : plutôt que vivre à plein le spectacle auquel j'assiste et de le raconter à mes amis ensuite, je me concentre sur le film que je fais avec mon téléphone intelligent. Je le montrerai ensuite. Pourquoi au juste? Sais pas trop. Peut-être pour affirmer ma différence... ou démontrer que je fais comme tout le monde. Les frontières entre ces états d'esprit finissent par se confondre.

Même l'information qu'on consomme par les médias est décidée par un algorithme qui choisit les sujets en fonction de ce que tu penses. Par exemple, si on demande à Google une information sur l'achat d'un item, Facebook prend le relais et propose des publicités de ce type d'item presque en temps réel. C'est pas beau, ça? C'est relativement bénin quand il s'agit de consommation, mais plus malin quand il s'agit d'information. Je redirige des articles sur l'environnement, l'algorithme choisira des titres pro-environnementaux. C'est bien beau, mais quand on dit qu'un esprit informé est un esprit qui considère les deux côtés d'une médaille, on a un problème qui s'installe. Si tout nous conforte dans nos opinions, la table est mise pour l'intolérance. Tiens, c'est plus grave, subitement.

Hannikhä et ses parents, dans leurs terres, vivent la même situation. Les mêmes dilemmes. Ils vivent en banlieue de Sherbrooke. À 20 minutes. Ce sont des Côté. Anika s'écrit Hannikhä pour assurer son unicité dans le monde. Je doute que l'arme soit suffisante pour mener cette bataille...

Clin d'œil de la semaine
N'hésite pas, sois toi-même, vis à l'algorithme de ta vie...


Hyundai Sherbrooke Kona juillet 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
« M’as te montrer à vivre! »

« M’as te montrer à vivre! »
Les clichés du miroir

Les clichés du miroir
NOS RECOMMANDATIONS
Un nouveau service de livraison mutualisé pour les commerçants sherbrookois

Un nouveau service de livraison mutualisé pour les commerçants sherbrookois
Disparition mystérieuse d'un sherbrookois

Disparition mystérieuse d'un sherbrookois
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Abbaye St-Benoit juillet 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos_juin2020
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 15 juillet 2020
Écouter la science…

François Fouquet
Lundi, 13 juillet 2020
« M’as te montrer à vivre! »

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 10 juillet 2020
J’ai pris 10lbs depuis le début de la pandémie

Jacinthe Dubé 5 juin20
Concours Ma bucket list
Deux patrouilleurs du Service de police de Sherbrooke sauvent une vie !! Par Daniel Campeau Vendredi, 10 juillet 2020
Deux patrouilleurs du Service de police de Sherbrooke sauvent une vie !!
Camping Club Havana de Maricourt: le Ministère de l'environnement sévit Lundi, 13 juillet 2020
Camping Club Havana de Maricourt: le Ministère de l'environnement sévit
Un nouveau service de livraison mutualisé pour les commerçants sherbrookois Samedi, 11 juillet 2020
Un nouveau service de livraison mutualisé pour les commerçants sherbrookois
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous