Matelas Houde - Base
Caffuccino

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-8°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Jeudi, 10 mars 2016

Logement communautaire : « On en a besoin, maintenant! »



 Imprimer   Envoyer 

Sous le thème « L'habitation communautaire : on en a besoin maintenant! », la nouvelle campagne de sensibilisation lancée le 8 mars veut rappeler à la population les bienfaits du logement social et convaincre les gouvernements d'y investir davantage.

Diffusées à la radio et dans les journaux partout au Québec, les capsules sont aussi accessibles sur le web. Mettant en vedette des gens habitant des logements communautaires, les responsables de l'offensive médiatique visent à montrer le visage humain du logement social et communautaire, explique la présidente de l'Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGTRQ), Édith Cyr.

« Nous voulons rappeler à la population la multitude de bienfaits des logements sociaux et encourager, du moins nous l'espérons, les gouvernements à y investir davantage. Chaque logement est un foyer de changements, un succès à l'échelle humaine et un investissement inestimable. En cette période où l'individualisme prend de l'ampleur, l'habitation communautaire s'inscrit dans une force vive qui encourage le vivre ensemble et la réalisation collective », affirme-t-elle.

Selon l'AGTRQ, les logements sociaux sont de véritables milieux de vie qui permettent aux résidents de participer à leur communauté. Ils apportent aussi des solutions concrètes à des problématiques sociales chroniques telles que l'itinérance, la dévitalisation de villages et de quartiers, le déracinement des personnes âgées ou encore le manque de logements convenables pour les ménages à bas revenu ou ayant des besoins spécifiques.

« Nous croyons qu'il est inacceptable de devoir faire un choix entre l'épicerie et le loyer. Il y a actuellement dix mille logements sociaux en attente de financement au Québec. Chaque dollar investi en logement social remet 2,30 $ dans l'économie », ajoute Mme Cyr.

Une solution pour les grandes familles
Myriam Brugère habite la Coopérative des grandes familles depuis plusieurs années, où vivent, comme le nom le dit, des familles nombreuses.

« Certaines familles ont trois, quatre, parfois jusqu'à dix enfants, ce qui amène son lot de problèmes en appartement, comme la présence d'une seule salle de bain ou le bruit, explique-t-elle. Nous avons des logements qui ont plusieurs chambres et qui sont sur deux étages, plus adaptés aux familles nombreuses. Les habitations communautaires aident à diminuer le stress vécu par ces familles, surtout au niveau monétaire. »

La Coopérative des grandes familles compte 24 logements. Plus de 100 enfants y habitent, ce qui a permis à l'organisation de se doter d'un parc ces dernières années. Plusieurs des familles sont des familles immigrantes.

« Cela nous amène une belle diversité culturelle et favorise les rapprochements interculturels, souligne Mme Brugère. Nous espérons pouvoir bientôt lancer une deuxième phase pour permettre à d'autres familles d'avoir bien plus qu'un logement adapté à leurs besoins. »

400 ménages en moins sur la liste d'attente
Selon le directeur général de la Fédération des coopératives d'habitation de l'Estrie (FCHE), Guillaume Brien, les différentes actions et le programme Accès-Logis ont porté leurs fruits ces dernières années en réduisant de 400 ménages la liste d'attente pour un logement communautaire à Sherbrooke.

« Les projets que nous avons réalisés nous ont permis de réduire cette liste à 1000 ménages en attente d'un logement adapté à leurs besoins. Avec la Ville de Sherbrooke et nos autres partenaires, nous avons réussi à créer une centaine d'unités de logements par année. »

Ces mille ménages ne sont pas dans la rue, sauf quelques cas d'itinérance. Selon Guillaume Brien, la solution ne réside pas qu'en la construction de nouveaux bâtiments. L'acquisition et la rénovation font partie des plans de la FCHE pour combler les besoins de sa liste d'attente.

« La réponse aux besoins est multiple et nous pensons que les nouveaux projets adaptés sont une valeur sûre et pourront mieux soutenir les résidents. L'aide financière directe aux personnes pour régler le loyer est aussi une partie de la solution, mais il ne crée pas un milieu de vie intéressant. Nous sommes aussi en train de mettre sur pied un programme pour acheter des édifices, les rénover et les transformer en milieu de vie coopératif », conclut-il.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Organisation criminelle démantelée à Sherbrooke

Organisation criminelle démantelée à Sherbrooke
Ivre, elle frappe un muret à 100 km/h

Ivre, elle frappe un muret à 100 km/h
NOS RECOMMANDATIONS
Stylée et au chaud jusqu’au bout des orteils!

Stylée et au chaud jusqu’au bout des orteils!
L’infertilité: vouloir un enfant c’est parfois un long trajet!

L’infertilité: vouloir un enfant c’est parfois un long trajet!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Noël au marché de la Gare de Sherbrooke
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 13 décembre 2017
La fin de la lune de miel de Justin

William Lafleur
Mercredi, 13 décembre 2017
Construire ou brûler?

François Fouquet
Lundi, 11 décembre 2017
Le gâchis…

Guillaume Rousseau
Lundi, 11 décembre 2017
Financement des organismes communautaires: un enjeu stratégique

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 8 novembre 2017
Jean Coutu - Sylvie Lussier & François Maltais
Saska guérit bien Par Cynthia Dubé Mercredi, 6 décembre 2017
Saska guérit bien
Ivre, elle frappe un muret à 100 km/h Par Vincent Lambert Vendredi, 8 décembre 2017
Ivre, elle frappe un muret à 100 km/h
L’infertilité: vouloir un enfant c’est parfois un long trajet! Par Caroline Caouette Jeudi, 7 décembre 2017
L’infertilité: vouloir un enfant c’est parfois un long trajet!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous