Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Resto-Brasserie Le Dauphin
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mardi, 19 juillet 2016

Permaculture, serres, légumes… et spectre de l’autisme inclus



 Imprimer   Envoyer 
Pascale Bousquet, intervenante et gestionnaire du projet Les Sincères.

Un nouveau projet de serre en permaculture passive sollicitera le concours de « jeunes » atteints d'une déficience intellectuelle ou d'un trouble du spectre de l'autisme. Éventuellement, on pourra même produire des paniers de légumes à la Maison Marie-Moisan, une résidence pour personnes atteintes de DI ou d'un TSA gérée par l'organisme Monchénou.

Le projet « Les Sincères » permettra à ces jeunes de poursuivre leurs apprentissages alors que les services qui leur sont destinés deviennent difficilement accessibles lorsqu'ils atteignent l'âge de 21 ans, affirme l'intervenante derrière le projet, Pascale Bousquet.

« Le plan d'affaires est monté de façon à ce qu'on puisse travailler en collaboration avec les fermiers des alentours pour éventuellement grossir le projet et permettre à nos jeunes de se dépasser », affirme-t-elle, un grand sourire sur le visage.

Le cœur du projet : la différence
Lorsqu'elle parle de « jeunes », elle parle des résidents de la Maison Marie-Moisan. Éventuellement, d'autres jeunes en provenance d'autres organismes pourront se joindre au projet. À l'Assomption, un projet similaire permet à plus de 300 de ces jeunes atteints d'une DI ou d'un TSA de contribuer au projet de jardin et ce, tous les ans.

« Les jeunes arrivent vers 9 hrs, on tient une causerie, on jase de ce qu'on a fait et de ce qu'on fera, on réaliser des exercices physiques et puis, on va dans le jardin », résume Pascale.

Tout est en train de se penser pour que les participants puissent s'y retrouver sans trop de difficultés. Les installations auront aussi été pensées pour aider à développer les capacités motrices des participants, si nécessaire.

« Les outils, les pots, la terre, tout sera identifié par des pictogrammes pour que nos jeunes puissent être autonomes. Le but est de permettre la poursuite des apprentissages une fois l'école terminée, tout en conservant la structure dont ils ont besoin », explique-t-elle. Des stages seront notamment organisés avec l'école Du Touret et d'autres organismes ont déjà manifesté un intérêt à collaborer avec Les Sincères.

« Cette année, je mène le projet ici, à la Maison Marie-Moisan. Il y aura des plantes comestibles ou utiles et des arbres fruitiers et à l'arrière de la maison, un jardin maraîcher. Une grande serre solaire en permaculture d'une trentaine de pieds de long sera finalement construite pour abriter les poissons, les aubergines, les champignons, les concombres, les tomates... »

Des poissons? « En aquaponie, les poissons servent à produire l'engrais pour la terre, explique-t-elle. La serre sera un circuit fermé dans lequel on n'aura pas toujours besoin d'inclure des intrants. Surtout, il n'y aura pas d'intrants chimiques. On travaillera avec du fumier de cheval, du paillis naturel et j'aimerais bâtir des infrastructures pour produire notre propre compost aussi! »

Comment les jeunes y trouvent-ils leur compte?
« Je pourrais le montrer par les sourires! Nous avons un jeune de 36 ans qui passe ses journées dans sa chambre, dans sa bulle. Pendant les réunions et les premiers travaux, il était toujours tout près et surtout, il ne fallait pas que je sache qu'il écoutait! Depuis, il « rôde » constamment autour des jardins », souligne Pascale.

« Ici, on travaille en équipe et les forces de l'un peuvent compenser pour les forces de l'autre. Travailler dans un jardin est attirant, ressourçant, ce n'est pas trop engageant ni menaçant et avec cette clientèle, ça peut ouvrir la porte à l'humain et faciliter nos interventions à d'autres niveaux », ajoute-t-elle.

Les jeunes se sentent utiles et apprécient de pouvoir réaliser quelque chose malgré leurs difficultés. Un besoin ressenti par tous les humains, rappelle l'intervenante.

Et elle parle en connaissance de cause puisqu'elle aura tenu un jardin pendant cinq ans alors qu'elle travaillait pour le Centre jeunesse de l'Estrie auprès d'enfants de six à douze ans. Ces derniers souffraient bien souvent de troubles de l'attachement.

« Le jardin était le seul endroit où quinze enfants pouvaient être ensemble sans littéralement se tirer les cheveux. Ils enlevaient les gourmands sur les tomates, observaient les insectes. Les jeunes savaient que dans le jardin, on n'y parlait pas fort, on ne piétinait par les plantes parce qu'elles sont aussi vivantes. C'était un lieu rassembleur! », explique-t-elle.

Vous avez des outils en trop?
Le projet Les Sincères pourrait très bien offrir une deuxième ou une troisième vie à vos vieux outils, brouettes, gants ou trois dents. Pour faire don d'outils qui ne servent plus, il suffit de contacter Pascale par courriel (pascaleb@monchenou.org).


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Grand nettoyage : plus de 500 tonnes ramassées au fil du temps

Grand nettoyage : plus de 500 tonnes ramassées au fil du temps
Une carte interactive pour mieux gérer les 171 chantiers

Une carte interactive pour mieux gérer les 171 chantiers
NOS RECOMMANDATIONS
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS
Les nouvelles rondes de René

Les nouvelles rondes de René
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Lebeau Vitres d’Autos
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - avril 2018
 
Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Valérie Guillemette
Vendredi, 20 avril 2018
Dis-moi comment se comporte ton enfant, je te dirai ce qu’il mange!

Alexandre Hurtubise
Vendredi, 20 avril 2018
Une programmation post-festival bien remplie

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 20 avril 2018
Détox : Le Pharmachien et Maison Jacynthe ne s’entendant pas

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 19 avril 2018
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement?

Alexandre Dagenais
Jeudi, 19 avril 2018
Printemps tardif : les vivaces comestibles à leur meilleur!

Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 19 avril 2018
Pygmalion : ma première pièce de théâtre professionnelle

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 10 avril 2018
Hyundai Sherbrooke - avril 2018
Je l’ai eu tough…c’est mon excuse ! Par Isabelle Perron Mercredi, 18 avril 2018
Je l’ai eu tough…c’est mon excuse !
Les nouvelles rondes de René Par René Dubreuil Lundi, 16 avril 2018
Les nouvelles rondes de René
Un Sherbrookois traversera le Canada pour deux causes Par Vincent Lambert Jeudi, 19 avril 2018
Un Sherbrookois traversera le Canada pour deux causes
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous