La Grande Guignolee des Medias 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Automobiles Val Estrie nov 2019
ACTUALITÉS / Estrie
Daniel Campeau Par Daniel Campeau

Mardi, 26 novembre 2019

Les Aviculteurs du Québec ont la chair de poule


Solidaire des producteurs de grains de plusieurs régions du Québec qui ont manifesté leur détresse au bureau de Justin Trudeau afin de dénoncer la mauvaise gestion du gouvernement fédéral et du Canadien National (CN) en lien avec la crise du propane, les éleveurs de volailles sont aussi inquiets.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photo: EstriePlus

Les membres des Éleveurs de volailles du Québec qui regroupent 821 éleveurs de poulets et de dindons étaient réunis à Longueuil avec un ordre du jour bien chargé et une mission : trouver des pistes de solutions au manque d'approvisionnement en propane de leurs membres. Une interruption de livraison de propane leur causerait des pertes irréparables et ferait périr un million de volailles au Québec.

Solidaire des producteurs de grains de plusieurs régions du Québec qui ont manifesté leur détresse au bureau de Justin Trudeau afin de dénoncer la mauvaise gestion du gouvernement fédéral et du Canadien National (CN) en lien avec la crise du propane, les éleveurs de volailles sont aussi inquiets.

Pour le 2e vice-président des Éleveurs de volailles du Québec et président des éleveurs des Cantons de L'Est M. Martin Lemieux de la ferme avicole L2M2 de Coaticook la situation est très préoccupante : « On attend avec impatience qu'une entente soit conclue entre la ministre de l'agriculture Marie-Claude Bibeau (député de Compton), le CN et le ministre de l'agriculture du Québec M. André Lamontagne »

La ferme avicole M2L2 de Coaticook de M. Lemieux existe depuis 21 ans, et comme producteur il fournit aux rôtisseries bon an mal an 600 000 poulets à griller; il élève 91,000 poussins dans 4 immenses bâtiments à 2 étages de la taille d'un aréna. Les 91,000 poussins ont particulièrement besoin de chaleur pour assurer leur développement jusqu'à maturité. Pour les poussins, la température doit toujours être maintenue à 91 degrés fahrenheit dans chaque bâtiment, qui sont tous munis d'un imposant système de ventilation contrôlé par un logiciel qui lui, veille à maintenir la bonne température des éleveuses radiantes où les poussins grossissent jusqu'à maturité. Si jamais le chauffage est interrompu (sachant qu'il ne reste que quelques jours de réserve en propane) l'interruption du chauffage pourrait causer la mort des poussins.

M. Martin Lemieux de la ferme avicole L2M2 de Coaticook « Un de nos graves problème c'est qu'il n'y a pas de plan B, les éleveurs utilisent le propane depuis très longtemps et ça uniquement pour des raisons économiques, chauffer nos bâtiments d'élevages à l'électricité est malheureusement impensable à l'heure actuelle. Les éleveurs de volailles vivent en campagne, loin des gros réseaux qui pourraient les fournirent adéquatement en électricité et encore là nos besoins en chauffage sont très importants !

De mon côté mes besoins sont d'environ 2,6 millions de BTU par année pour alimenter mes éleveuses radiantes au propane, à l'électricité le prix du poulet ne serait pas le même! On se doit de rester compétitif, actuellement nos coûts de chauffage annuel sont d'environ 0,06$ le kilo mais cela peut augmenter jusqu'à 0,10$ le kilo, nous sommes à la merci de dame nature. Un hiver très froid fait augmenter nos coûts de chauffage ...comme tout le monde! »

De plus les éleveurs ont dans leur cahier de charge les normes du bien-être animal et les bonnes pratiques de production à respecter, donc s'assurer que nos volailles soient toujours élevées dans de bonne condition jusqu'à leur majorité de 37 jours.

« Vous savez on travaille fort depuis des années pour faire connaître nos bonnes pratiques de production et notre campagne publicitaire le démontrait bien*De notre Famille a la Vôtre * et c'est exactement ça; nous sommes tous des entreprises familiales, comme nos amis producteurs de grains pour qui l'heure est grave. »

À l'heure actuelle au Québec, 74 % des superficies de maïs restent encore à récolter, sur un sol enneigé, avec des tiges fragilisées et cassées et près de 10 % des superficies de soya sont ensevelies sans avoir été récoltées, une situation qui touche des milliers de producteurs, à la grandeur du Québec, selon les Producteurs de grains.

Pour sa part le président de l'Union des producteurs agricoles, a dit aux manifestants que le gouvernement et les dirigeants du CN n'ont pas pris leurs responsabilités relativement à la présente situation. Il leur demande d'agir pour permettre les livraisons de propane et constate la détresse chez les agriculteurs « Je sais que ça fait mal au cœur, que vous ressentez un malaise personnel dans vos tripes face à ce qui se passe actuellement ».

Malheureusement le président de Teamsters Canada, qui représente 3200 chefs de trains et préposés aux manœuvres du CN en grève depuis maintenant une semaine a déclaré : « Au lieu de négocier de bonne foi, le CN semble vouloir prolonger ce conflit de travail, d'ajouter de l'huile sur le feu et dresser l'opinion publique contre des travailleurs qui veulent juste travailler dans un environnement sécuritaire, dans un communiqué il dénonce le refus de l'entreprise de « bouger sur les questions clés de santé et de sécurité ».

En contrepartie, la partie patronale assure négocier de bonne foi et collaborer avec les médiateurs fédéraux pour en venir à une entente.

Dison que si les négociations ne vont pas à un train d'enfer et que si la grève se poursuit, les aviculteurs et producteurs veillent aux grains et comptent sur une intervention rapide du gouvernement fédéral pour imposer une loi spéciale.
Des négociations ont eu lieu durant toute la nuit dernière entre le syndicat et les cheminots en grève.


Entrepôt Chaussures Prix octobre 2019
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le secteur du tourisme manque aussi de main d'oeuvre

Le secteur du tourisme manque aussi de main d'oeuvre
Conduite avec la capacité affaiblie

Conduite avec la capacité affaiblie
NOS RECOMMANDATIONS
Les règles encadrant les cartes-cadeaux

Les règles encadrant les cartes-cadeaux
Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC

Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
barduchatnoir.com/evenements 4 DEC 2019
 
Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 13 décembre 2019
Au menu: Bol de smoothie-pudding au chia

Me Laurence Ferland
Jeudi, 12 décembre 2019
Les règles encadrant les cartes-cadeaux

Daniel Nadeau
Mercredi, 11 décembre 2019
Haïr les femmes et les tuer…

Jérôme Blais
Mardi, 10 décembre 2019
Conseil golf: les clés de l'élan

François Fouquet
Lundi, 9 décembre 2019
Parcours d’un week-end

Jacinthe Dubé 10 dec 2019 2019
Récup Estrie va encore plus loin ! Lundi, 9 décembre 2019
Récup Estrie va encore plus loin !
Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC Par Fondation québécoise du cancer - Estrie Samedi, 7 décembre 2019
Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC
Les règles encadrant les cartes-cadeaux Par Me Laurence Ferland Jeudi, 12 décembre 2019
Les règles encadrant les cartes-cadeaux
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous