magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Rassemblements: surveillance accrue du SPS
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 1 octobre 2018

La faute aux journalissssses?



 Imprimer   Envoyer 

C'est un drôle de mariage obligé que celui des politiciens et des journalistes en période électorale!

Les politiciens ont terminé la campagne en blâmant les journalistes. Et en blâmant surtout l'espace médiatique qui favorise l'un ou l'autre (aucun n'était content, allez savoir qui a raison...).

Bienvenue dans la grande joute médiatique! Mais je ne condamnerais pas les médias dits traditionnels aussi facilement.

Dans le grand cirque qu'est devenue notre vie moderne, chaque citoyen est aussi devenu un journaliste potentiel au sens de la diffusion des informations. Nous avons toutes et tous la possibilité de faire circuler des informations via les médias sociaux qui prennent une très grande place.

Il y a donc de plus en plus de joueurs sur la glace. En campagne électorale, ça fait bien des choses à prévoir!
D'abord, il y a les chefs des partis. Ils sont appuyés par des équipes de spécialistes en communication. Ils cherchent à imposer un agenda ou une stratégie de communication pour arriver à un résultat X.

C'est normal et de bonne guerre.

Ils savent qu'ils ont besoin des journalistes pour transmettre l'information avec justesse. Et ils souhaiteraient bien que ceux-ci se contentent de reproduire les communiqués et déclarations.

Mais les journalistes, de leur côté, cherchent l'information sous la couverture de communication qui est offerte.
C'est aussi normal et de bonne guerre.

Ajoutez à cela tout ce qui peut venir de partout et de nulle part sur les médias sociaux et vous verrez que ce n'est pas simple.

Même traditionnels, les médias répondent à un critère primordial: les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs n'investissent que peu de temps à recevoir l'information. Ils recherchent donc des capsules courtes et, surtout, punchées.

La campagne électorale précédente a illustré cet état de fait de façon éclatante. Un certain dimanche matin, Pierre-Karl Péladeau a levé le poing pour montrer sa détermination à œuvrer à l'indépendance du Québec. La campagne s'est terminée ce matin-là. M. Couillard n'a eu qu'à répéter qu'il n'y aurait pas de référendum sous son règne (appuyant sur l'éternel bouton de la peur) et il ajoutait, en bonus : « on va s'occuper des vraies affaires ». En expliquant le moins possible ce qu'étaient les vraies affaires. L'avenir nous l'a dit, mais l'élection était gagnée.

Cette année, c'est plus compliqué. L'épicerie à 75$ de Philippe Couillard rivalise avec la méconnaissance du dossier de l'immigration de François Legault. Et Jean-François Lisée a ressorti le marxisme pour brouiller les cartes dans la foulée de l'attrait nouveau exercé par Québec Solidaire. Pour la première fois de notre histoire, quatre partis se battent et sont souvent au coude à coude dans les différentes circonscriptions.

Ma question est la suivante : est-ce que ce n'est pas nous, électeurs, qui recherchons ce type de phrases punchées? On blâme les journalistes qui en font leurs manchettes, mais allons-nous plus loin dans notre démarche de réflexion?

Cette année, je sens que nous allons un peu plus loin. Tout en admettant qu'il y a quelque chose de réconfortant dans le fait de tomber sur « des phrases qui tuent »...

Au moment où vous lirez ces lignes, le résultat de l'élection est connu ou non, c'est selon.

Mais un fait demeure : plus que jamais, il nous appartient de ne pas voter que pour la bouille du candidat qui nous revient le plus. Les enjeux sont là, il faut dépasser l'image et pousser plus loin la réflexion.

Il faut aussi se méfier un brin des courants des médias sociaux où tout et n'importe est diffusé par les « journalisssses » que nous sommes tous potentiellement devenus avec les nouveaux outils de communication.

Clin d'œil de la semaine

Étrangement, il n'y a que sous un régime marxiste qu'on pourrait faire une épicerie familiale pour 75$ par semaine. On fait quoi avec ça ?

 


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part

Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Sherbrooke unie contre la pandémie

Sherbrooke unie contre la pandémie
Le SANC bien présent pour les immigrants en ces temps incertains

Le SANC bien présent pour les immigrants en ces temps incertains
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherb_achat_local_2020
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Centraide lance un fond d'urgence Vendredi, 27 mars 2020
Centraide lance un fond d'urgence
Un monde perdu, un monde à venir… Par Daniel Nadeau Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…
Une plateforme web pour l'achat local Vendredi, 27 mars 2020
Une plateforme web pour l'achat local
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous