magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 27 février 2012

Bourassa. Souvenirs entrecroisés.


27 février 2012

 Imprimer   Envoyer 

C'est la guerre. La guerre des mots. Des idées. Des souvenirs.

Les proches de Bourassa s'adressent à un auteur : « Votre mission, Monsieur Germain,  si vous l'acceptez, est de redorer l'image de Robert Bourassa. L'homme est mort et la perception qu'on en garde n'est pas très bonne. »

Donc, c'est la guerre. Jean-François Lisée qui prétend que Bourassa a été un tricheur (c'est le titre d'un de ses bouquins consacré à l'homme politique). Georges-Hébert Germain, mandaté l'équipe Bourassa, vient dresser un portrait plus sympathique et chaleureux du personnage.

Une gueguerre de mots...

Pour moi, Robert Bourassa, c'est le politicien qui a été élu avec une majorité écrasante en 1973. 102 députés sur 108, selon mon souvenir. Épouvantable majorité qui avait fait dire à une dame de mon entourage d'enfance, pourtant reconnue pour être libérale, « je ne suis pas sûre que c'est bon, une si grosse majorité. Avoir su, j'aurais voté autrement... »

 Tout de suite, j'ouvre une parenthèse-souvenir sur une expression qui en disait long : la bonne libérale. À une certaine l'époque, sur les ondes de CHLT radio, Roch Guertin animait une émission de type lignes ouvertes : Opinion 63, il me semble... Je me souviens de cette dame qui appelait régulièrement et commençait son propos par : « Moi, Monsieur Guertin, je suis une bonne libérale... »   Qu'on se le tienne pour dit! On a jamais trop su si c'était parce qu'elle était meilleure que les autres de son parti ou encore parce que les gens des autres partis étaient tous moins bons qu'elle. Enfin...

La présence forte, même non-élu, de René Lévesque hantait la vie de Bourassa. Malgré une incroyable majorité, Bourassa n'a fait que trois ans sur un potentiel de cinq lors de ce mandat.

Pour moi, Bourassa est celui qui a officialisé l'utilisation des sondages pour gérer la province. Il me reste le souvenir de l'homme indécis qui ne se branchait pas facilement. Au Séminaire de Sherbrooke, où j'étudiais au début des années 1970, on se plaisait à dire : « La secrétaire de Bourassa s'appelle Ninon. Ninon Ouimet (qu'on prononçait alors Ouimais...)

Dans ma tête, on avait un premier ministre qui était le roi du compromis. Tout pour que les choses passent. Dans les sondages, d'abord, puis aux élections. À ce titre, tout le monde semble l'imiter aujourd'hui. Qu'on ne dise pas qu'il n'a pas été influent!

Je badine évidemment. C'est juste que, rendu à l'hiver 2012, je vous avoue que je suis intrigué par toute cette encre qui noircit du papier sur le cas de Bourassa. Un livre de Georges-Hébert Germain qui sort de nulle part. Et une heureuse coïncidence qui fait en sorte qu'une réédition du livre de Lisée l'affronte sur les tablettes des libraires.

Pour moi, Lisée et Germain, c'est le même combat. Celui de deux hommes qui écrivent sur quelqu'un dans le but non avoué de répondre à une commande. Une commande idéologique dans le cas de Lisée, et une commande tout court dans le cas de Germain.

Ce qui ressort de tout ça?

On aura beau écrire le nombre de pages qu'on voudra pour convaincre les gens de changer leur perception de Bourassa (ou de n'importe quel autre politicien, d'ailleurs), une chose demeure : on ne modifie pas la vision que gardera l'Histoire d'un personnage à grands coups d'essais plus ou moins romancés. L'Histoire s'écrit lentement et prend, minimalement, une cinquantaine d'années à s'exprimer. C'est le temps qu'il faut pour tracer un portrait crédible, moins susceptible, en fait, d'être marqué du sceau du favoritisme.

Alors, M. Bourassa, reposez en paix. Je ne vous en veux pas vraiment, rien à craindre de ce côté. Quoiqu'on écrive, je garde les images que j'ai en tête. C'est le prix à payer quand on vit à la même époque. Quant à Germain et Lisée, il serait le fun que vous passiez à un autre appel...

Clin d'œil de la semaine 

C'est en parlant de Bourassa que j'ai entendu, pour la première fois, quelqu'un lancer la phrase que j'aime tant : « Je ne suis ni pour ni contre, au contraire... »

 

 

 


McDonalds Embauche Nov 2020 A
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Vivre dans un état policier

Vivre dans un état policier
Le mot en K et la force centripète

Le mot en K et la force centripète
Hyundai Sherbrooke jan 2021 B
NOS RECOMMANDATIONS
Bilan de Windsor : Sylvie Bureau fière de son dernier mandat

Bilan de Windsor : Sylvie Bureau fière de son dernier mandat
La vieille âme

La vieille âme
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

McDonalds Embauche Nov 2020 C
Inscription Infolettre EstriePlus.com
MSSS COVID-19 phase 9 dec 20
 
Me Catherine Chouinard
Dimanche, 24 janvier 2021
Un chalet à plusieurs : rêve ou cauchemar?

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 janvier 2021
La vieille âme

François Fouquet
Lundi, 18 janvier 2021
Le mot en K et la force centripète

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Simon Madore prêt pour un autre mandat à la mairie de Coaticook Par Daniel Campeau Mardi, 19 janvier 2021
Simon Madore prêt pour un autre mandat à la mairie de Coaticook
Accident route 147 : la Sûreté du Québec recherche le véhicule qui serait responsable de la collision Par Daniel Campeau Lundi, 18 janvier 2021
Accident route 147 : la Sûreté du Québec recherche le véhicule qui serait responsable de la collision
Lancement du Défi Château de neige en Estrie Par Megan Foy Mardi, 19 janvier 2021
Lancement du Défi Château de neige en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous