magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Disparition d'un octogénaire en Estrie
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 30 janvier 2012

Le sucre à la crème


30 janvier 2012

 Imprimer   Envoyer 

Douceur entre toutes.

Le sucre à la crème, c'est un mélange qui interpelle les papilles et sollicite le meilleur en nous. Douceur apaisante, je dirais. C'est sans doute grâce au sucre à la crème si la partie supérieure de la bouche est devenue un palais...

Le sucre à la crème, c'est un mélange d'ingrédients et de doigté. On sait que la recette a pris quand l'expérience gustative devient un petit bonheur.

Il n'y a pas beaucoup d'aliments qui ont le pouvoir de nous faire voyager dans le temps. Le sucre à la crème nous ramène à grand-maman, ou à l'arrière grand-maman. Il évoque les souvenirs du temps des Fêtes de notre enfance, remémore des scènes chaleureuses, nous fait revoir clairement les visages familiers de notre entourage. Une expérience sensorielle unique.

La sauce à spaghetti fait un peu pareil? Pas vraiment, puisque la remontée dans le temps s'arrête à la maman. Le sucre à la crème remonte plus facilement les générations.

Ceci n'est pas une chronique Ricardo.

C'est une chronique réconfort.

Au moment où les Shafia suscitent des réactions intenses par la médiatisation de leur procès, que le Parti Québécois essaie de se refaire une autre unité, que Jean Charest tente de convaincre ceux qui prétendent qu'il a perdu le Nord qu'il a un plan, que l'âge de la retraite risque fort de passer à 67 ans... Quand tout ça (et bien d'autres choses) arrive en même temps, un peu de réconfort, ça peut aider.

Bien assis dans une salle magnifiquement décorée de la polyvalente d'East Angus, j'ai assisté, comblé, à la soirée qui lançait les activités du centenaire de la petite ville. Une soirée réconfort. Ma mère nous accompagnait. Elle y est née il y a quelques années déjà...

Je parle d'une soirée réconfort parce que les organisateurs ont eu la brillante idée de montrer une multitude de faits et d'anecdotes historiques, mais toujours sous l'angle des gens qui ont fait arriver des choses. Je vous dirais que, la plupart du temps, ce ne sont pas les notables qui ont pris le plancher des souvenirs, mais plutôt des gens ordinaires sans statut particulier.

Madame Landreville y était. L'enseignante que vous ne connaissez probablement pas est plus qu'une pionnière : elle a 101 ans... Une année de plus que sa ville! Elle s'est adressée à nous, ricaneuse et alerte, remplie d'une joie de vivre contagieuse.

André Gosselin a interprété une chanson magnifique qui rend un hommage touchant au fou du village. Un personnage qui a marqué l'imaginaire collectif par sa seule présence.

L'idée de faire parler des gens nés à différentes époques, des gens de l'ombre, par surcroit, m'a particulièrement touché. Je me suis demandé pourquoi. Et j'ai trouvé, je crois bien. Non, je ne suis pas en pleine crise de nostalgie. Je ne dis pas, non plus, que tout était mieux hier. Mais je retiens une petite leçon de vie qui peut, peut-être, tout changer : on nous a raconté, samedi dernier, l'histoire de gens qui ont fait leur petit bout de chemin pour se défricher une société agréable et organisée. Même les plus jeunes intervenants, des adolescents, adhéraient au principe.

 

Plus de gens qui s'impliquent et moins qui attendent que le système fasse les choses à leur place. Aujourd'hui, c'est le contraire.   

 

Une soirée sucre à la crème, je disais.

 

Ça me rappelle le vieil adage : le bonheur, c'est comme le sucre à la crème. Quand t'en veux, tu t'en fais...

 

Clin d'oeil de la semaine :

 

Le thème de l'atelier par lequel le Parti Québécois veut se refaire une unité : « L'unité...des soins intensifs... ». Au début de la semaine, ils frappaient à la porte des palliatifs, c'est quand même pas si pire!


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le choix et le pas le choix

Le choix et le pas le choix
Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!

Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!
NOS RECOMMANDATIONS
Fêter la nation québécoise

Fêter la nation québécoise
Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial

Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos_juin2020
 
Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

François Fouquet
Lundi, 29 juin 2020
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 26 juin 2020
Suis-je sédentaire sans le savoir ?

Jacinthe Dubé 5 juin20
Éditions de l'Homme - Mangez local
La maladie de Lyme bien installée en Estrie Jeudi, 25 juin 2020
La maladie de Lyme bien installée en Estrie
Fêter la nation québécoise Par Daniel Nadeau Mercredi, 24 juin 2020
Fêter la nation québécoise
''Vroom'' ou vivre le Ciné-Parc autrement Vendredi, 26 juin 2020
''Vroom'' ou vivre le Ciné-Parc autrement
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous