magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Disparition d'un octogénaire en Estrie
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 26 septembre 2011

Légal ou légitime


26 septembre 2011

 Imprimer   Envoyer 

Peut-être l'avez-vous fait pour être à la page, peut-être pour vous aider à faire face à cette pression que vous impose la vie, toujours est-il que vous avez fait appel aux services d'un coach de vie. Une personne qui saura cerner ce que vous êtes et qui vous guidera, surtout, quant au chemin à prendre pour arriver à bon port. Puis, chemin faisant, il s'avère que le coach de vie  a un agenda qu'il n'a pas toujours bien montré. Et, au moment où il a gagné votre confiance, il commence à imposer ses propres idées et concepts...

Comme tout ça se fait entre adultes consentants, c'est légal. Mais est-ce légitime?

__________

Ce que met en place le gouvernement de Stephen Harper me tracasse. Cette loi omnibus qui inclut, entre autres, tout l'aspect de l'augmentation des sentences aux criminels, me laisse pantois. Et comprenez-moi bien, je suis généralement plutôt favorable à ce qui est dissuasif et il m'arrive fréquemment de vivre une frustration intense lorsqu'un récidiviste frappe à nouveau alors qu'il n'avait fait que le sixième de la peine...

Ce qui me tracasse, c'est cette façon, qu'adore Harper, d'imposer tout autour de lui. C'est légal. Mais, pour moi, pas toujours légitime. Ça me rend sarcastique et je me dis qu'il n'en a rien à cirer de la légitimité. Il suffit de se rappeler que, pour être élu, il a dû cacher sa nature réformiste derrière une pancarte conservatrice. Ça dit beaucoup...

Mais ce qui me trouble encore plus, c'est que cette loi ne s'intéresse qu'à la forme. Pas à l'application. Y a-t-il de la place dans les prisons pour tout ce beau monde? Le système est-il adapté à cette nouvelle réalité? A-t-on pensé à l'aspect de la réhabilitation? Ces questions en tête, je me suis intéressé à une entrevue qu'accordait Pierre-Hugues Boisvenue cette semaine. L'esprit critique de l'homme n'allait pas, me disais-je, laisser passer autant d'interrogations sans se faire rassurant. Eh, bien oui... Celui qui était mon phare dans tout le dossier des crimes contre la personne est devenu un politicien. Pur et dur.

Son ton n'était pas serein. Il attaquait, mais en mode défensif. À plusieurs reprises, il a laissé entendre que les médias ne disent pas les vraies choses. Ritournelle connue... Et que dire de cette façon de répondre aux questions? « Y a-t-il de la place dans les prisons? » L'homme nous a servi une réponse précuite. Quelque chose comme « ça, c'est la faute du provincial, en 1995, qui a fermé des prisons et blabla et blabla... » Tout ça est peut-être vrai, mais ça ne répond pas au fond de la chose. M. Boisvenue avait démontré tellement souvent que l'approche cartésienne et raisonnée était la meilleure, voilà qu'il semble avoir laissé son esprit critique au vestiaire. La politique traditionnelle, celle du message du parti qu'on répète, a, visiblement, gagné.

Dans cette même entrevue, il a quand même avancé que l'argent ne suit pas quand il s'agit de réhabilitation. Moi, ça me dit que les bottines ne suivent pas les babines. Pour le citoyen en moi, le message est clair : les politiciens ont réussi à imposer une loi à plusieurs volets sans se soucier de sa faisabilité. À quoi bon crier haut et fort qu'on est bon parce qu'on a augmenté les peines aux criminels si on ne fait rien pour que la notion fasse consensus et, en plus, qu'on ne s'assure pas qu'on se donne les moyens d'appliquer les mesures?

Je pense au bill omnibus, à la photo de la Reine, à la nouvelle appellation de notre armée et à bien d'autres gestes non annoncés en campagne électorale et je me dis que ça ne fait que commencer.

En politique aussi, il y a le légal. Et le légitime.

Clin d'œil de la semaine

On pourrait s'assurer que les prisonniers aient, en permanence, l'image de la Reine partout dans les prisons. Une façon de programmer leur cerveau. J'imagine déjà ceux-ci défendant leurs cellules...           

 

 


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le choix et le pas le choix

Le choix et le pas le choix
Des écarts qui font frissonner

Des écarts qui font frissonner
NOS RECOMMANDATIONS
Des vacances réinventées

Des vacances réinventées
''Vroom'' ou vivre le Ciné-Parc autrement

''Vroom'' ou vivre le Ciné-Parc autrement
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Boucherie du Terroir 2juillet2020
 
Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

François Fouquet
Lundi, 29 juin 2020
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 26 juin 2020
Suis-je sédentaire sans le savoir ?

JD 22 juin 2020
Concours Boucherie du Terroir juin 2020
''Vroom'' ou vivre le Ciné-Parc autrement Vendredi, 26 juin 2020
''Vroom'' ou vivre le Ciné-Parc autrement
Disparition d'un octogénaire en Estrie Mardi, 30 juin 2020
Disparition d'un octogénaire en Estrie
Suis-je sédentaire sans le savoir ? Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 26 juin 2020
Suis-je sédentaire sans le savoir ?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous