1077 Printemps 20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Rassemblements: surveillance accrue du SPS
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 19 septembre 2011

Happy Days...


19 septembre 2011

 Imprimer   Envoyer 

Coup de nostalgie? Allez savoir...

Un peu plus tôt, cette semaine, j'ai décidé de commander un coffret des quatre premières saisons de la série Happy Days. Depuis des jours, le thème musical se baladait allègrement dans ma tête, je ne sais trop pourquoi. Ma mémoire vive a même débloqué l'accès aux paroles qui me revenaient sans effort.

Ce devait être un signe que m'envoyait l'univers...

Je revoyais Fonzie, l'air décontracté, lancer le cool! qu'il a rendu célèbre.

Si cette série m'est revenue en tête, c'est peut-être ma réaction à cette faillite en direct que vivent nos voisins du sud. Et un peu nous, par ricochet. Un ricochet assez direct, cela dit. Une faillite financière, mais aussi une faillite idéologique.

Happy Days, c'était au lendemain de la guerre. Les grandes industries roulaient à fond de train, les gens travaillaient. Le petit luxe pour soi s'inscrivait dans la liste des priorités individuelles. Le succès de masse du système économique introduisait dorénavant la notion de succès personnel. Happy Days reflétait ce succès. Grande maison blanche aux pièces claires. Petite famille. Grosses voitures. Musique rock'n'roll. Restaurants aux sièges de vinyle rouge et jaune, chrome partout. Les filles portaient des jupes amples et des chemisiers plus cintrés...

Tout respirait un bonheur redéfini. Version moderne. Et durable, croyait-on.

L'humain étant ce qu'il est, quand le plat de bonbons est au centre de la table, il commence par en prendre un. Il l'apprécie. Le goûte. Puis, il en prend un autre et, lentement, tire le plat vers lui. Et ses semblables, dans tout ça? Bien qu'ils en prennent, il ne les en empêche pas! Mais que chacun fasse ce qu'il faut pour en prendre, c'est tout!

Dans ce système qui avançait à fond de train, l'accès à l'argent s'est polarisé. Et la quête de profits, au nom d'un système économique qui valorisait que ça, faisait en sorte que les entreprises ont commencé à faire produire ailleurs, mettant à pied des milliers de personnes. Ils répondaient ainsi à un des commandements du Dieu consommation : le meilleur prix tu offriras. C'est d'ailleurs la consommation qui est devenue le nouveau moteur de l'économie et tout le reste s'en est trouvé déstabilisé.

Ces mois-ci, le Président Obama patauge dans une choucroute épaisse qu'il a reçue en héritage. Un héritage auquel il n'a pas pu renoncer. Tout ça n'a rien de vraiment rassurant.

En ce dimanche matin, dans la voiture qui me ramène à la maison après un congrès dans les Maritimes, je me demande bien où tout ça va nous mener.

Et je me demande surtout si le postier a livré le précieux paquet que j'ai commandé. Quelques heures d'un doux bonheur. De Happy Days. Un bonheur conjugué au passé, mais dans lequel il fera bon me réfugier. Une fuite en arrière, comme pour contrebalancer la fuite en avant que font les Américains en imprimant et réimprimant de l'argent.

Si le cool! Que lançait si adroitement The Fonz voulait aussi dire que l'avenir est plein de promesses, que tout est possible, que l'espoir est au rendez-vous, il faut avouer que même lui ne serait pas en mesure de nous convaincre de ça...

Clin d'oeil de la semaine

Barack Obama tente de faire adopter la clause Buy American. Dans les faits, elle prend des allures de Buy-Bye Americans.


1077 Printemps 20
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures

La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures
Plus de cornets à Coaticook ...pour l’instant.

Plus de cornets à Coaticook ...pour l’instant.
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherb_achat_local_2020
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Il faut soutenir nos aînés esseulés Jeudi, 26 mars 2020
Il faut soutenir nos aînés esseulés
Sherbrooke unie contre la pandémie Par Anita Lessard Vendredi, 27 mars 2020
Sherbrooke unie contre la pandémie
La télévision payée par la Fondation du CHUS Mardi, 31 mars 2020
La télévision payée par la Fondation du CHUS
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous