magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Rassemblements: surveillance accrue du SPS
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 30 mai 2011

Junior dans l'âme


30 mai 2011

 Imprimer   Envoyer 

Nous sommes généralement tannés de la politique. Nous ne croyons pas trop en nos politiciens.

Il faut dire qu'ils ont travaillé fort pour que nous en arrivions là. Le scandale des commandites aura été la goutte qui aura fait déborder un vase pas mal plein. Les Libéraux fédéraux en seront à leur quatrième chef  depuis l'éclatement du scandale et ils subissent encore les contrecoups de cet épisode sombre.

Quand on patauge dans une pareille choucroute d'incrédulité et de dégoût, on en vient à se chercher des modèles nouveaux. Des gens qui arriveraient avec une vision neuve, des idées novatrices, des manières de faire transparentes, bref, un nouveau type de politicien.

Quand j'ai vu arriver Régis Labeaume, le maire de Québec, je me suis dit qu'il était peut-être un genre de nouveau modèle intéressant. Il avait une façon de voir qui était rafraîchissante, n'avait pas la langue de bois et était charismatique à l'écran et au micro. Autre point qui militait en sa faveur: il ne semblait pas lié à un des grands partis provinciaux ou fédéraux.

On tenait peut-être le bon gars...

Et quand il a semé le rêve du retour des Nordiques, je me suis emballé. Pas que je sois un partisan de cette équipe, loin de là, mais j'aimais bien la rivalité Montréal-Québec. Et on aura beau proposer des séries de hockey confrontant les deux villes dans un cadre de simili téléréalité, rien n'y fera: les grandes rivalités se situent dans les grandes ligues.

Revenons donc au phénomène Labeaume. Il est arrivé en force avec cette fougue qui a replacé les fêtes du 400e anniversaire de la ville du Québec sur les rails de la réussite en remplaçant, visiblement fort habilement, le directeur général en poste par un nouveau mieux qualifié.

Voilà: une étoile politique était née. Il ne restait qu'à voir espérer plus.

L'étoile est devenue une star des médias. Il n'hésitait pas à lancer des idées, des concepts et des projets. Tous azimuts, les projets. Il a même réussi à embarquer Jean Charest dans l'aventure du nouveau Colisée. L'entente du financement public a été scellée par une accolade chaleureuse entre le premier ministre et le Maire. La coupe arrivait à Québec le lendemain, me semblait-il.

Dans l'émoi général, des deniers publics ont été investis. Un partenariat discutable est survenu entre Quebecor/Videotron et la ville de Québec. Outrepasser les règles d'appels d'offres devenait un détail  mineur. Labeaume était devenu propriétaire unique d'un Colisée qu'il allait développer lui-même. Seul bémol, il investit avec l'argent des autres. Et envoie paître quiconque ose lui poser une simple question. Le roi Labeaume trône, qu'on se tasse!

La brise rafraîchissante est devenue un vent cinglant. Faire les choses autrement ne veut pas dire bafouer la démocratie. Agir avec vigueur et entrain ne signifie pas qu'on peut tout faire parce qu'on croit que c'est juste et bon pour sa ville. D'ailleurs, le simple fait de parler de sa ville à outrance inspire la méfiance.    

La démocratie vit du nous. Pas du je.

La joute n'est pas terminée. Mais je m'inquiète de cette loi qui protègerait contre d'éventuelles poursuites. On verra la troisième période du match bientôt.

D'ici là, pour un gars qui rêve de hockey de haut niveau, je trouve que Labeaume fait résolument junior. Et je n'aime pas trop sa façon d'interpréter les règlements.

Ça annonce drôle...

Clin d'oeil de la semaine

Régis Labeaume souhaite une franchise de la LNH. Moi, je souhaite de la franchise dans l'évolution du dossier.


1077 Printemps 20
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Quand l’opinion ne tient plus

Quand l’opinion ne tient plus
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Un policier serait atteint du coronavirus

Un policier serait atteint du coronavirus
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Bou_Ter_1avril20
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Centraide lance un fond d'urgence Vendredi, 27 mars 2020
Centraide lance un fond d'urgence
La ville de Sherbrooke ferme ses écocentres Jeudi, 26 mars 2020
La ville de Sherbrooke ferme ses écocentres
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques Mercredi, 1 avril 2020
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous