RC Covid19 0320
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  La ville de Sherbrooke ferme ses écocentres
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
VEF Mars 2020
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 2 mai 2011

Le cortège et les repères


2 mai 2011

 Imprimer   Envoyer 

Le repère, c'est une marque qui guide. Qui rassure quand on ne sait pas trop où on va, ou encore d'où on vient.

Nous sommes à redéfinir nos repères. Et c'est vrai partout.

Les moeurs religieuses changent. Au moment où les catholiques ferment leurs églises, il pousse d'autres mouvements, plus ou moins farfelus et sectaires, qui se font une niche. La nature a horreur du vide

C'est vrai aussi pour les cellules familiales. Le couple a difficilement assimilé la réalité moderne qui mélangeait la notion d'épanouissement au travail et d'appât du gain. Les repères que nous avions n'étaient pas liés à ces réalités. Un couple sur deux ne survit pas.

C'est également vrai pour l'ordre établi. On ne sait plus trop à quoi devrait ressembler un politicien. Dans une société où les libertés individuelles ont éclipsé nos responsabilités collectives, on se contente souvent de dire que « ça n'a aucun bon sens ». Ça ne règle rien de le dire, mais ça déculpabilise, je crois bien... Sur les forums de discussion qu'Internet multiplie, on retrouve souvent ces « ça n'a pas de bon sens » qui sont souvent exprimés avec une grande violence verbale. Remarquez, il n'est pas très difficile, ni courageux, d'être violent dans ses propos quand on signe nimportequi@xyzmail.com.

Nos repères en politique sont aussi à redéfinir.

La campagne électorale aura permis de susciter un intérêt plus senti,je crois bien. Ça me plaît. Les médias sociaux ont ceci de bon qu'ils témoignent, en temps réel, de ce qui se passe sur le terrain. Par exemple, on sait exactement où loge M. Harper: en refusant tout affrontement avec les journalistes, se cachant derrière des partisans, il contrôle le message, souhaitant ainsi contrôler l'opinion. À nous de décider si cette façon de faire mérite de devenir un repère nouveau.

Je pourrais énumérer des dizaines de secteurs où les repères sont à redéfinir.

Mon coup de masse de la semaine, reçu en plein front hier, c'est cette lettre envoyée aux curés des paroisses et faisant appel aux valeurs chrétiennes qui unissent un parti et une église (le parti n'est pas nommé directement... Et comme le chef ne répond pas aux questions...) La lettre demande qu'on prie pour que le prochain gouvernement soit majoritaire. C'est énorme!

Ce que je comprends de cette initiative, c'est la chose suivante: quand on identifie qu'un peuple cherche ses repères, on finit par conclure qu'il y a certainement une bonne proportion de nostalgiques qui trouvent que tout était mieux à l'époque. Qu'on savait tellement mieux à quoi s'en tenir. Ce sont ces gens qu'on vise.

Redéfinir ses repères. La notion implique des zones de turbulence et d'incertitude. Des zones saines, en ce qui me concerne. Des zones d'où émergeront des pistes de solution.

Nous sommes en plein là-dedans.       

Vendredi dernier, comme deux milliards d'autres humains, j'ai jeté un oeil au mariage du prince William. En me demandant bien pourquoi... La monarchie n'est pas un repère pour moi. Je ne suis pas amateur de protocoles. Je trouve que le mariage est quelque chose de privé. Bref, j'aurais dû détourner le regard. Mais j'ai regardé. Par voyeurisme? Je me le suis demandé. Mais ce n'est pas mon genre.

Je crois plutôt que l'intérêt venait du simple fait qu'il est réconfortant de voir des gens visiblement heureux. Qu'il est simplement rassurant de penser que ça peut marcher. Que le bonheur est possible. Eh, puis, je me disais, en regardant le cortège, les chevaux et tout, que l'humain est capable du meilleur et du pire. Et que ça fait juste du bien de voir le meilleur parfois...

Tiens, tiens. Le meilleur. Voilà qui ferait un bon repère! Reste à définir le meilleur...   

Clin d'oeil de la semaine

On sent un éveil de l'intérêt envers la politique, il me semble. Serait-ce la lumière au bout du tunnel? Peut-être. On verra le résultat de l'élection... Mais la lumière dans le tunnel pourrait bien être celle d'un train qui nous rentre dedans...


1077 Printemps 20
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Principes et valeurs : j’ai une question, votre honneur!

Principes et valeurs : j’ai une question, votre honneur!
Quand l’opinion ne tient plus

Quand l’opinion ne tient plus
Recup Estrie mars20
NOS RECOMMANDATIONS
Estrie Aide ferme temporairement son centre de dons

Estrie Aide ferme temporairement son centre de dons
De la musique pour se faire du bien

De la musique pour se faire du bien
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

HS Mars 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 mars 2020
L’occasion fait le larron…

Isabelle Simoneau
Mardi, 24 mars 2020
De la musique pour garder le moral

François Fouquet
Lundi, 23 mars 2020
Quand l’opinion ne tient plus

Alexis Jacques
Dimanche, 22 mars 2020
À 4789 km

Nathalie Larocque
Samedi, 21 mars 2020
Poursuivre les apprentissages à la maison

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
La liste des services essentiels à Sherbrooke Mercredi, 25 mars 2020
La liste des services essentiels à Sherbrooke
Le SPS en état d'urgence Mercredi, 25 mars 2020
Le SPS en état d'urgence
Quand l’opinion ne tient plus Par François Fouquet Lundi, 23 mars 2020
Quand l’opinion ne tient plus
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous