magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS recherche un fraudeur qui gesticule beaucoup!
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 15 juin 2015

Difficile fierté



 Imprimer   Envoyer 

« Je ne veux pas perdre mes Rocheuses! » Vous vous souvenez de la phrase dite et redite par bien des gens. Et bien d'autres! C'était au moment du référendum de 1980. Puis à celui de 1995.

Nos Rocheuses. À nous! Celles-là mêmes qui symbolisaient notre fierté d'être des Canadiens. C'est vrai qu'elles étaient majestueuses en 1980. Et en 1995. Elles le sont toujours, cela dit. Mais notre fierté, elle, elle est où?

Je pense à tout cela, en écrivant cette chronique, parce que je vois venir le congé lié à la fête du Canada. Nous entendrons de beaux discours d'ouverture sur le monde, de respect, d'intégration, de protection de l'environnement.

Tout cela est juste et bon. En parole. Mais dans les actions, dans le quotidien des choses, elle se situe où, notre fierté d'être Canadiens? Est-ce qu'on est encore capables de la justifier? C'est quoi, pour notre premier ministre, le Canada d'aujourd'hui?

D'abord, une petite mise au point. Si vous me lisez régulièrement, vous savez que j'entretiens un bémol constant dans l'affirmation du patriotisme. Je trouve ridicule qu'on chante les hymnes nationaux aux parties de hockey (surtout lors de cette finale Lightning/Blackhawks, alors qu'on salue systématiquement un officier de l'armée en plus d'interpréter le chant patriotique). Pour moi, la manifestation trop grande du patriotisme crée un mur autour de soi et contribue à créer des clans qu'il n'est pas toujours sain d'entretenir.

Mais bon. Laissons le patriotisme de côté et revenons à l'élément de fierté, même si, des fois, ils sont proches parents, ces deux-là!

Je ressentais une certaine fierté à ce que les casques de nos militaires soient bleus. Certains diront que c'était moumoune. Moi je crois que le type d'interventions qu'ils faisaient ressemblait plus à la vision du Canada pacifique que j'aime entretenir.

Je ressentais aussi une certaine fierté à ce que le Canada s'inscrive dans la lutte aux changements climatiques. Maintenant, nous sommes les cancres en la matière. Le Canada auquel je m'identifiais portait ce flambeau fièrement. Même si les bottines avaient parfois de la misère à suivre les babines, au moins, je sentais qu'il se passait quelque chose.

Je ressentais aussi une certaine fierté à entendre nos dirigeants promouvoir les libertés individuelles sur le vaste globe qui s'est unifié avec la multitude des traités de libre-échange, entre autres. Il me semble que, quand tu fais des affaires avec quelqu'un et que tu ne laisses pas tes principes au placard, tu as un certain droit d'exiger une certaine éthique de tes partenaires commerciaux. 

Je ressentais... C'était hier.

Mon premier ministre embrasse une vision du Canada qui est autre. Il rêve d'attaques militaires tous azimuts et n'hésite pas à plaider l'urgence ultime pour débloquer fonds par-dessus fonds.

Mon premier ministre embrasse la vision de l'aveugle quand il est question d'environnement. Il nie les faits, ce qui justifie qu'il ne fasse rien. Il n'a pas hésité, il y a quelques années, à faire renverser un projet de loi qu'avait réussi à faire adopter Jack Layton et qui fixait des objectifs clairs en matière d'environnement. Il a fait ça comment? En se servant du Sénat à majorité conservatrice. Il réussit même à coller des arcs-en-ciel et des licornes de couleur dans le cahier de charge des sables bitumineux.

Mon premier ministre embrasse une vision bien à lui des droits de la personne. Il rêve d'un Canda sécuritaire (où chacun serait armé, question de sécurité) et ne veut rien savoir de faire pression sur l'Arabie Saoudite dans le dossier de Raïf Badawi, préférant maintenir ses liens commerciaux et, surtout, la vente d'armes à ce pays.

Il est devenu difficile d'être fier de l'unifolié. On a bousculé de grands principes qui nous avaient construits et on est à fabriquer une nation tournée vers elle-même et qui ne devient, comme bien d'autres, qu'un amalgame de stratégies qui ne se soucient plus du bien commun. En tous les cas, pas du bien commun qui devrait être commun à tous...

Mais, au moins, on a encore nos Rocheuses.

Clin d'œil de la semaine

Le congé du 1er juillet est déplaçable. Faisons ça et ramenons-le quand on aura de quoi fêter...  


Écoloboutique juillet 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!

Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!
Des écarts qui font frissonner

Des écarts qui font frissonner
NOS RECOMMANDATIONS
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"
Le pays qui refuse de naître

Le pays qui refuse de naître
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Boucherie du Terroir 2juillet2020
 
Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

François Fouquet
Lundi, 29 juin 2020
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Jacinthe Dubé 5 juin20
Éditions de l'Homme - Mangez local
Première pelletée de terre pour l'usine de magnésium d'Asbestos Lundi, 29 juin 2020
Première pelletée de terre pour l'usine de magnésium d'Asbestos
Cinq introductions par effraction, suspects arrêtés Mercredi, 1 juillet 2020
Cinq introductions par effraction, suspects arrêtés
Pour que les artistes puissent continuer de créer et rêver Samedi, 27 juin 2020
Pour que les artistes puissent continuer de créer et rêver
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous