Zoo de Granby juin 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 4 août
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 27 juin 2016

La famille



 Imprimer   Envoyer 

Ouais, je sais, le thème est usé.

Les blogues du temps des Fêtes regorgent de gens qui se plaignent de devoir voir leur famille. Ils disent qu'ils n'ont pas d'atomes crochus. Que tout cela les énerve. Que c'est une perte de temps dans l'organisation devenue très stricte des loisirs! Avec la quantité d'efforts et de stress investis dans la planification des loisirs, il faut que tout soit efficace. Et dire que le loisir doit enlever du stress, en bout de piste. Pourquoi ajouter celui de rencontrer la famille?

La famille, je disais. Je vous parle un peu de celle que je connais le mieux. La mienne. Mais attention, rien de très personnel. Pas de prénoms, pas d'anecdotes (ou si peu). Mais des constats.

Nous nous sommes retrouvés la fin de semaine dernière. Le prétexte? Un anniversaire de mariage. Presque tout le monde a dû faire pas mal de kilomètres pour être là. Aucun de ces kilomètres n'a été décrit comme un obstacle.

À un moment donné de cette rencontre, je me suis arrêté quelques instants. Le temps de me dire que j'étais chanceux. Chanceux de pouvoir voir ma famille sans qu'il y ait de chialage, de chicane. Quand je lis les histoires que les gens racontent autour, je me dis vraiment que je suis chanceux!

La famille, c'est un îlot dans l'océan du quotidien. Un endroit où il fait bon être. Les échanges sont joviaux, intéressés. Dans ma famille, on a appris tôt l'autodérision. Il est préférable de ne pas en manquer quand on se voit. La méchanceté est absente, cela dit.

Je me retrouvais dans cet îlot où l'un s'intéresse à l'autre, sans tomber dans la comparaison. Je n'ai jamais senti que la réussite de l'un devait dépasser celle de l'autre. On se mesure, en société, par rapport à ce qu'on « fait dans la vie ». Son métier, ses aptitudes et, surtout, l'exploitation de celles-ci. Par extension, on se définit par son char, ses vêtements, les vins qu'on boit et autres patentes niaises et sans réelle valeur. Tout ce boucan n'est visiblement pas important chez nous. Tant mieux!

Je suis toujours heureux et un peu surpris de constater l'intérêt des neveux et nièces à participer à ces événements. À se revoir entre cousins et cousines. Il y a une sorte de flambeau qui se passe.

Une de mes nièces, quand a vécu sa jeunesse en transit, d'un pays à l'autre, suivant ainsi le parcours professionnel de ses parents, nous disait ceci : « moi, quand on me demande d'où je viens, c'est aux deux adresses de mes grands-parents que je réfère. C'était là qu'on déposait nos valises. Ce sont eux qui nous attendaient et nous reconduisaient à l'aéroport quand on devait repartir ». Cette nièce n'a jamais vraiment demeuré à Sherbrooke, mais ses racines y sont. Les racines, c'est la famille. Et vice versa.

Le pays, c'est d'abord la famille. Celle qui nous a accueillis, laissés partir et, parfois, retrouvés, quand, parfois, les chemins s'étaient éloignés.

La famille, c'est aussi quelque chose qui semble de plus en plus difficile à imbriquer dans la case horaire de chaque individu. Notre société étant basée sur le principe des citoyens solitaires qui se côtoient, il y a danger dans la demeure.

Si on ne brasse pas la cage de nos valeurs, de temps à autre, il y a danger que la famille devienne un élément folklorique qu'on évoque en conte.

J'émets le souhait que la lignée se poursuive dans notre famille. C'est bien parti. La fête de la fin de semaine était tout de même de leur initiative!

Ouais, je sais, le thème de la famille est usé. Mais la mienne ne l'est pas. Et je m'en déclare heureux. Tout simplement...

Clin d'œil de la semaine
L'essentiel, c'est la cellule familiale. Pour les familles criminalisées, l'essentiel de la famille est en cellule...


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Entre trois… et divague!

Entre trois… et divague!
La ferme, on est dimanche! (2)

La ferme, on est dimanche! (2)
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
NOS RECOMMANDATIONS
Six projets pour améliorer l’attraction de population dans le Haut-Saint-François

Six projets pour améliorer l’attraction de population dans le Haut-Saint-François
Entre trois… et divague!

Entre trois… et divague!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Zoo de Granby juin 2021
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 août 2021
Les Jeux olympiques au féminin

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

François Fouquet
Lundi, 2 août 2021
Entre trois… et divague!

Me Michel Joncas
Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
La justice des bien-pensants Par Daniel Nadeau Mercredi, 28 juillet 2021
La justice des bien-pensants
Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises Par Maxime Grondin Mercredi, 28 juillet 2021
Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises
464800 $ pour soutenir la mission des CJE de Sherbrooke et de Coaticook Par Maxime Grondin Lundi, 2 août 2021
464800 $ pour soutenir la mission des CJE de Sherbrooke et de Coaticook
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous