1077 Printemps 20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 10 juillet 2017

Difficile part des choses



 Imprimer   Envoyer 
La part des choses demande d’abord de faire une mise en situation : quand on parle des salaires et du mécanisme de transaction dans le sport professionnel, il faut accepter d’entrer dans une autre dimension.

Faire la part des choses, c'est équilibrer les propos, les situations. Faire culbuter un peu la médaille, juste au cas où il y aurait un autre côté...

Il semble de plus en plus difficile de faire cette part des choses. L'émotif parle toujours en premier. La logique parle après, si on lui en laisse la chance et s'il reste quelqu'un pour écouter!

Mais, disons-le ainsi, les dernières semaines ont été porteuses d'événements qui ont rendu la part des choses difficile à faire...

Deux exemples.

D'abord, Carey Price signe un contrat grandiose. Et Radulov quitte. Et d'autres aussi. Et d'autres s'amènent avec le CH.
Hé, lala, c'est émotif, le hockey! Et l'émotif est souvent un con de la pire espèce! On a traité Bergevin de tous les noms sur les médias sociaux. D'ailleurs, chaque geste posé par Bergevin attire un lot d'insultes d'internautes bien camouflés sous un surnom et à l'abri des regards dans leur salon. Du grand courage!

La part des choses demande d'abord de faire une mise en situation : quand on parle des salaires et du mécanisme de transaction dans le sport professionnel, il faut accepter d'entrer dans une autre dimension. Effectivement, personne ne « mérite » 10,5 M$ par année pour arrêter des rondelles. Mais inutile d'insulter Bergevin pour une situation comme celle-là. Parce que c'est de ça qu'il s'agit : insultes, commentaires grossiers, niais, mais trop souvent sur une base d'attaques personnelles. Qu'on argumente est une chose. Argumenter implique une logique qui, elle, implique un temps de réflexion. C'est demandant!

Insulter ne mène à rien. C'est plus qu'inutile. C'est dégradant.

Autre affaire. L'ambassadeur de l'Arabie saoudite interpelle notre gouvernement fédéral et lui demande de ne plus intervenir dans le dossier de Raïf Badawi. Le feu reprend sur les médias sociaux! « L'ambassadeur a raison, c'est pas de nos affaires. Badawi connaissait les règles là-bas. C'est de même. Qu'il paie pour. Pis que Trudeau s'occupe des vraies affaires, ici. » Je résume.

La part des choses viendrait nuancer certains propos. Vrai que l'Arabie saoudite est un des pays qui se sont abstenus de voter pour la Déclaration universelle des droits de l'homme. Mais cette abstention ne donne pas le droit de faire taire les autres et, surtout, n'empêche pas un signataire de manifester ses convictions en lien avec sa propre signature du document. L'esclavage n'a pas toujours été interdit aux États-Unis (entre autres), mais cela n'a pas empêché les citoyens de manifester contre l'esclavage. Pour faire avancer les choses, il faut parfois mettre de la pression.

Mon point est le suivant : les communications étant ce qu'elles sont, nous sommes bombardés d'informations dont on prend acte en temps réel. Peut-être est-ce à cause de la nature même des communications modernes, mais toujours est-il qu'on veut réagir là, maintenant. Comme pour se délester d'un poids qui nous empêche de marcher sur notre petite route tranquille.

Je me répète, mais bon: avec un droit vient des responsabilités. Ces responsabilités appartiennent à chaque individu, regroupement ou pays qui sont touchés par ce droit. Parmi ces responsabilités, il y a la promotion et la défense de ce droit.
Quand vous êtes membre de l'ONU, votre abstention à un vote ne vous soustrait pas à la volonté de la majorité. Et la Déclaration prône la liberté d'expression, de religion et condamne la torture : « nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

Pour moi, quand l'ambassadeur de l'Arabie saoudite nous dit de nous mêler de nos affaires, je réponds : c'est exactement ça qu'on fait.

Vivre en société est plus difficile qu'avant avec l'accès tous ces moyens de communication nouveaux et instantanés. Et je fais le constat suivant : ce qui est instantané n'est pas nécessairement dynamique. C'est souvent dangereux. Un minimum de réflexion vient aider à faire la part des choses.

Et la part des choses devient une responsabilité citoyenne...

Clin d'œil de la semaine

Une liberté ne vient jamais seule. Elle ne se défend pas toute seule non plus...


1077 Printemps 20
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
Quand l’opinion ne tient plus

Quand l’opinion ne tient plus
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Coronavirus et bail commercial

Coronavirus et bail commercial
Le TDA/H ne prend pas de pause durant la pandémie

Le TDA/H ne prend pas de pause durant la pandémie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Pierre-Olivier Pinard
Mardi, 7 avril 2020
Êtes-vous prêt à avoir la COVID-19? Partie 2

François Fouquet
Lundi, 6 avril 2020
Grand complot, croyances et COVID-19

Claude Hébert
Dimanche, 5 avril 2020
Le temps d’un confinement

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Le TDA/H ne prend pas de pause durant la pandémie Samedi, 4 avril 2020
Le TDA/H ne prend pas de pause durant la pandémie
Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence Mercredi, 1 avril 2020
Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence
Vives inquiétudes à Coaticook Par Daniel Campeau Jeudi, 2 avril 2020
Vives inquiétudes à Coaticook
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous