Zoo de Granby juin 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 4 août
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 7 décembre 2015

Ce qu’il reste de nous



 Imprimer   Envoyer 

L'époque est extrême.

Une époque, pourtant, ne peut être extrême en soi. Une époque est une époque. Comme une année est une année sur la ligne du temps.

C'est tout.

« Qu'est-ce que tu veux que je fasse, on vit dans une époque extrême. J'y peux rien, je suis le courant. »

Je le sais bien.

Et le courant est fort. Même le meilleur nageur risque de ne pas s'en sortir.

Une époque que l'on a rendue extrême, donc.

Décembre me rappelle invariablement les extrêmes. Du don généreux qu'on fait au coin de la rue en passant par la cueillette de denrées essentielles pour bien des familles, en passant par les campagnes caritatives comme celles d'Aube-Lumière, cette maison de fin de vie de Sherbrooke, tout y passe.

Et tout cela est juste et bon.

Mais on est drôles, quand même. Drôles dans le sens qu'on s'émeut aisément devant la vidéo qui montre le visage reconnaissant de celui qui a moins de chance et qui reçoit un don, mais on ne s'émeut pas tant du fait qu'on arrive à Noël à moitié brisé par les vagues de la performance qui se cassent sur nous au fil des mois.

Bêtement, c'est comme si le premier justifiait le deuxième. Comme si le moins « chanceux », en recevant de nous, justifiait que notre « chance » nous coûte si cher en temps et en santé.

L'extrême, c'est cette chose qui finit par nous faire échapper l'essentiel. L'essence des choses.

Prenez le vin.

C'est souvent entre amis, autour d'une table chaleureuse, qu'on a goûté au vin la première fois. Vous savez, cette désinvolture alors qu'on se calait confortablement contre le dossier de notre chaise, faisant tourner nonchalamment notre coupe de vin entre nos doigts, en laissant les doux effets du nectar faire tanguer le réel? Et vous savez, aussi, cette façon de régler le sort du monde qui s'échappait de ces soupers?

Aujourd'hui, on va d'abord étudier le vin dans la bouteille, nos papilles vivant dans un palais dont le raffinement empêche le plaisir en bas d'un certain niveau. D'un certain cépage. Si le prince n'est pas satisfait de son palais, un brouillis s'installera dans son appréciation du moment et le plaisir sera exclu. On ne sert pas de la piquette à quelqu'un qui travaille si fort et performe si bien! Et chacun finit avec sa définition de la piquette.

L'essentiel prend le bord.

Et pour ce qui est de régler le sort du monde, c'est simple: si tout le monde faisait comme nous, ça irait mieux. Réglé.

L'époque est extrême.

Ce qu'on en fait l'est, c'est sûr.

On achète notre poinsettia pour Aube-Lumière en se disant qu'on contribue à une cause juste. Et c'est vrai.

Et si on se donnait le défi extrême de faire en sorte que cette justesse n'attende pas qu'on soit allongé dans le lit de notre fin de vie pour trier l'essentiel du non essentiel? Pour se demander ce qu'il reste de nous, à ce moment précis, alors que l'argent et le clinquant du quotidien ne comptent plus?

Voilà un défi. Un défi extrême.

C'est peut-être parce qu'il est extrême qu'il va nous séduire, après tout.

Clin d'œil de la semaine

Me semble que les soupers entre amis étaient plus simples avant. On doit être bouchonnés...


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
L’amitié non industrialisée

L’amitié non industrialisée
La ferme, on est dimanche! (2)

La ferme, on est dimanche! (2)
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
NOS RECOMMANDATIONS
464800 $ pour soutenir la mission des CJE de Sherbrooke et de Coaticook

464800 $ pour soutenir la mission des CJE de Sherbrooke et de Coaticook
Bilan COVID-19 du 3 août

Bilan COVID-19 du 3 août
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 août 2021
Les Jeux olympiques au féminin

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

François Fouquet
Lundi, 2 août 2021
Entre trois… et divague!

Me Michel Joncas
Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste Par Archives nationales du Québec à Sherbrooke Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste
Saint-Étienne-de-Bolton : deux autres conducteurs interceptés, dont un à 202 km/h Par Maxime Grondin Vendredi, 30 juillet 2021
Saint-Étienne-de-Bolton : deux autres conducteurs interceptés, dont un à 202 km/h
Enlèvement de Serge Boutin : arrestation de deux suspects Par Maxime Grondin Mardi, 3 août 2021
Enlèvement de Serge Boutin : arrestation de deux suspects
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous