1077 Printemps 20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 18 mai 2015

Hier et demain



 Imprimer   Envoyer 

Quand quelque chose va mal pour un enfant, il fait tout pour se réfugier dans le jeu. Il joue pour recréer un sentiment de bien-être. C'est comme ça pour le deuil, c'est comme ça pour d'autres épreuves.

Prenez cet exemple d'un enfant qui perd un être significatif -disons un parent- dans sa vie. Il y a fort à parier que son entourage sera surpris de constater qu'il n'est pas complètement démoli. L'entourage dira, à tort, que, finalement, ça ne lui fait pas grand-chose, qu'il est passé à autre chose.

Ce n'est pas le cas, généralement. C'est une question de réflexe. L'enfant cherche un sentiment de bien-être. Il le trouve dans le jeu. Il faut tout de même être attentif, puisque sa peine n'est souvent que tassée, mais demeure bien présente. Souvent, sans crier gare, l'enfant éclatera en sanglots. Le présent le rattrape. La réalité lui rentre dedans, à ce moment précis. Puis, le jeu lui servira d'arme plus ou moins secrète pour ramener le sentiment de bien-être.

Je me dis que l'être humain a un réflexe inné qui le pousse vers ce sentiment de bien-être. En société, nous sommes demeurés, à certains niveaux, des enfants. Sauf qu'on a remplacé le jeu par la pensée magique.

Je pensais à tout ça en écoutant les nombreux commentaires qui ont fait suite à l'élection de PKP à la tête du Parti québécois. Je me rappelais aussi l'élection de Philippe Couillard à la tête des Libéraux. L'idée est de trouver la bonne personne, celle qui mènera notre barque à bon port. Le problème, c'est qu'une fois que nous sommes convaincus que la bonne personne est nommée, on regarde ailleurs en se disant que le dossier est réglé. Depuis des lunes, nous votons pour un leader, tant au fédéral qu'au provincial. « Harper va nous amener où il faut! » « Couillard va nous arranger ça! » « Une femme première ministre, c'est ça, la solution! »

À peu près toutes les affirmations des citoyens, en période électorale, tournent autour de ce type d'énoncés. Les idées défendues? Les éléments du programme? On n'en a rien à cirer. On a une vie à vivre, on est occupés. Donc, on se dit qu'on va voter pour un leader pis on le débarquera, au pire, si ça ne fait pas l'affaire.

L'enfant se réfugie dans le jeu quand ça ne va pas. L'électeur se réfugie dans la pensée magique pour ressentir une forme de bien-être par rapport au système de gouvernance.

Et le temps finit par jouer contre nous. Le temps filtre la réalité, ne conservant, généralement, que les bons moments. C'est pour cela, j'imagine, qu'on en vient toujours à dire que le dirigeant qui était là il y a trente ou quarante était bon, lui. Le temps vient dorer le souvenir. Les plus conservateurs évoqueront ce passé filtré pour empêcher le changement. L'électeur cherche un sentiment de bien-être. Donnons-le lui! Il sera heureux et s'endormira encore pendant quatre ans.  

Le Parti québécois maquille son idée d'indépendance le plus possible, changeant au passage l'appellation et les actions pour faire passer la pilule. Les Libéraux de Jean Charest et de Philippe Couillard cachent leurs intentions réelles derrière des phrases-clés, camouflant ainsi leur idéal qui est pas mal plus à droite qu'ils le disent.

Mon point, dans tout ça? On ne peut plus jouer à l'enfant-électeur et ne chercher qu'un sentiment de bien-être. Il faut aller au-delà des refuges temporaires et s'approprier la dynamique de la gouvernance publique.

La politique n'étant que stratégie depuis des décennies, il faut ouvrir les yeux et apprendre à débattre des idées. La transparence ne viendra pas des stratèges d'en haut. Elle sera imposée par l'électeur à la base.

Mais il faudra y mettre du sien. Et ça, ce n'est pas acquis.

Clin d'œil de la semaine

Le Dalaï-Lama disait qu'il n'y a que deux jours dans l'année où on ne peut rien faire. Hier et demain.   


1077 Printemps 20
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Grand complot, croyances et COVID-19

Grand complot, croyances et COVID-19
Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part

Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part
Rythme_avril20
NOS RECOMMANDATIONS
Vives inquiétudes à Coaticook

Vives inquiétudes à Coaticook
Un monde perdu, un monde à venir…

Un monde perdu, un monde à venir…
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Pierre-Olivier Pinard
Mardi, 7 avril 2020
Êtes-vous prêt à avoir la COVID-19? Partie 2

François Fouquet
Lundi, 6 avril 2020
Grand complot, croyances et COVID-19

Claude Hébert
Dimanche, 5 avril 2020
Le temps d’un confinement

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Tous dans le même bateau	Par François Fouquet Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau
Sherbrooke tissée serrée pour l'achat local Lundi, 30 mars 2020
Sherbrooke tissée serrée pour l'achat local
Coronavirus et bail commercial Par Me Michel Joncas Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous