1077 Printemps 20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Rassemblements: surveillance accrue du SPS
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 26 octobre 2015

Lendemain de veille



 Imprimer   Envoyer 

La campagne électorale a été trop longue.

Autant le dire sans autre préambule : la campagne des conservateurs a été minable. Ou brillante. C'est selon.

Minable au sens où les publicités destructrices (à la sauce « droite américaine ») ont déferlé jusqu'à plus soif et encore plus. M. Harper a aussi identifié le fait
« d'avoir de l'argent pour sa retraite » comme une valeur québécoise. Minable. Les vérités escamotées, travaillées, botoxées, ont aussi déferlé. Minable. M. Harper a refusé les demandes d'entrevue de fond (se disant que paraître sympathique en direct à la télé avec Éric Salvail faisait tout aussi bien...). Il a refusé de répondre aux questions des journalistes après les points de presse. Il a refusé de jouer le jeu de la démocratie. Minable. Et je ne parle même pas du Niqab, devenu outil pervers de mobilisation raciste destiné à galvaniser les troupes.

Il a poussé le minable jusqu'à ne pas dire lui-même qu'il quittait son poste de chef, mandatant le président de parti de le faire à sa place. Ce n'est pas Harper qui a dit à ses députés qu'il quittait. Il l'a fait dire par un autre. Probablement pour qu'on ne conserve aucune vidéo de la chose.

Une campagne minable.

Ou brillante, c'est selon.

Brillante au sens où le type de pouvoir qu'exerçait Harper en était un de quasi-dictature. Caché derrière le bouclier presque étanche de la majorité au parlement, il a ramené toutes les décisions, tous les pouvoirs, à son bureau. Ses ministres étaient devenus des pantins. On a pu constater l'extraordinaire futilité du rôle qu'Harper accordait à ses ministres (sauf quelques très proches) en écoutant l'inutile ministre de l'Environnement prendre position sur les déversements d'eaux usées de la ville de Montréal dans le St-Laurent. Pardonnez le lien, mais il y avait autant de m... dans le discours que dans l'eau à être purifiée...

« Va voter pour moi et rendors-toi, mon fils », semblait dire Harper, jouant au prophète tant attendu...

Et il y a eu le 19 octobre.

Je me suis allé au lit au moment où il était certain qu'Harper n'était plus et que Trudeau s'installerait. Je me disais que j'attraperais les discours officiels rapidement à mon réveil. Ça finit tard, les élections, au Canada!

Je me suis aussi dit que j'avais hâte de lire des trucs sur les médias sociaux dans mes groupes rapprochés.

Je n'ai rien écrit sur Facebook. Mes amis non plus. Deux ou trois petits commentaires de félicitations pour Pierre-Luc Dusseault. Le reste, niet. Rien.

Le lendemain de veille m'a surpris. Assez pour vérifier autour de moi. Le constat était partout le même : au moins, Harper est parti. Le reste, on verra.

Puis, j'ai pensé à Trudeau. Fils. Essayant d'oublier le père. Je l'ai vu avec ses enfants (habillés en mou et turbulents même si la caméra était là). J'ai vu Trudeau dans le métro le lendemain matin de son élection. J'ai entendu Trudeau dire qu'il inviterait Madame May, chef du Parti vert, au sommet de Paris sur l'environnement.

J'ai constaté tout ça et ça m'a fait drôle.

Mon premier réflexe n'était pas de dire que ces gestes étaient habilement calculés pour plaire. Par définition, tous les gestes qu'on pose dans le cadre de notre travail sont calculés. Un calcul qui souhaite démontrer une façon d'être et de faire.

Et si la façon d'être et de faire était au moins un peu différente?

J'ai reçu ces gestes comme une embellie dans un ciel plombé de nuages. Comme un espoir après 10 ans de désespoir. Et j'ai réalisé, surtout, ceci : au fil des ans, nous avons été critiques envers nos élus. Puis, nous sommes devenus carrément cyniques. Après? Après, il ne restait que l'indifférence défensive. Celle qui devient mortelle pour la démocratie. Celle qu'Harper souhaitait tant pour pouvoir régner sans trop de problèmes.

Je n'ai rien oublié des scandales des libéraux. Rien.

Mais, habité d'une forme d'espoir, j'ai quand même un peu plus le goût de me réinvestir comme un citoyen doit le faire.

Pour la suite, on verra. Au moins, Harper n'est plus là.

Clin d'œil de la semaine

Monsieur Trudeau, vous n'aurez pas deux ou trois chances de vous démarquer. Un mandat. Justin...


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
Quand l’opinion ne tient plus

Quand l’opinion ne tient plus
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Centraide lance un fond d'urgence

Centraide lance un fond d'urgence
La télévision payée par la Fondation du CHUS

La télévision payée par la Fondation du CHUS
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Bou_Ter_1avril20
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques Mercredi, 1 avril 2020
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques
Une plateforme web pour l'achat local Vendredi, 27 mars 2020
Une plateforme web pour l'achat local
Tous dans le même bateau	Par François Fouquet Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous