Rythme_avril20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 30 octobre 2017

Plus ça change…



 Imprimer   Envoyer 
La dernière fois, en 2013, même pas 45% des citoyens se sont exprimés à Sherbrooke.

Il n'y a pas grand-chose de neuf sous le soleil automnal électoral de Sherbrooke. Facebook et les médias sociaux s'invitent encore plus dans la parade, c'est vrai. L'écran à écran vient appuyer le porte à porte. Mais en même temps, le terreau des médias sociaux vient accentuer le sarcasme et les attaques envers les adversaires. Très souvent, le but n'est que déboulonner l'adversaire le plus proche. Pas très aidant.

Des fois, j'ai l'impression que nous sommes dans un jeu vidéo.

Chaque quatre ans, les candidats ouvrent leur console de jeu et prennent la manette en main. Ils commencent le trajet devant les mener au but ultime : un siège à l'Hôtel de Ville. Dans les premières semaines de la campagne électorale, ils ont droit à l'erreur. Ils ont quelques vies en banque. À la fin, ils n'ont plus de vies en banque, alors ils font très attention.Chaque parole est un piège. Et mettre le pied dans le piège, c'est dangereux quand tu n'as plus de vies en stock !

Alors, l'entourage des candidats serre les rangs. Les stratèges interviennent aux heures. On fait gaffe. Surtout, ne pas se tromper! Parce qu'il y a un danger sur la route vers le siège ultime. Un géant qu'il faut garder de bonne humeur: l'électeur. Il ne faut pas réveiller ce géant qui dort depuis quatre ans. Il n'aime pas qu'on le réveille abruptement. Une fois éveillé et grognon de ne pas pouvoir dormir plus longtemps, il peut déloger qui il veut à grands coups de votes.

Les politiciens veulent bien que le vote sorte, mais pas trop. Et surtout pas grognon.

Ça vous choque quand je dis que l'électeur dort?

La dernière fois, en 2013, même pas 45% des citoyens se sont exprimés à Sherbrooke. Pas la moitié! Ce que les stratèges détestent, c'est quand le nombre d'électeurs change dramatiquement. En fait, ils détestent ne pas savoir à l'avance comment ça va finir. D'où l'idée de faire une campagne rassurante et ainsi, tenir pour acquis que s'il n'est pas choqué, l'électeur va rester doucement chez lui et que les prédictions vont tenir la route. Le siège ultime est à portée de main!

Mon point, aujourd'hui, est le suivant : nous avons ce pouvoir de faire avancer les choses. Les mécanismes existent. Parmi eux, le vote aux quatre ans. Mais il y a bien plus!

Je nous interpelle sur les points suivants, nous, électeurs. Je dis « nous » parce que je m'inclus là-dedans, je ne fais pas la morale, pas du tout! Alors, voici.

C'est quand, la dernière fois que vous avez participé à une rencontre de quartier, une séance ou une consultation publique? C'est quand la dernière fois que vous vous êtes intéressés aux travaux du conseil? Que vous avez au moins regardé la retransmission des travaux du conseil sur la chaîne de télé MaTV ? Que vous êtes allés sur le site Internet de la Ville pour consulter autre chose que l'horaire de la cueillette des déchets et des heures d'ouverture des écocentres?

Mon point est le suivant : nous sommes ce géant qui dort. Qui peut modifier l'agenda.

Je nous propose donc deux choses, ce matin : sortons voter le 5 novembre. C'est pas grave s'il pleut un petit peu ou qu'il fait un petit peu froid... Mais je nous demande plus : deux fois l'an, pour commencer, on s'intéresse à une consultation publique ou on s'intéresse directement à la vie politique municipale via notre conseillère ou conseiller. Il faut arrêter d'attendre qu'on vienne nous informer en frappant à notre porte. Ce n'est pas beaucoup, deux fois l'an. Mais ce serait déjà une petite révolution.

Parce que le maire et les conseillers peuvent bien être beaux et sympathiques, c'est l'implication citoyenne qui change les choses. Rien d'autre.

Clin d'œil de la semaine

On répète que plus ça change, plus c'est pareil. C'est exactement ce que les stratèges se disent quand ils parlent de nous, électeurs...


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence

Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence
Un monde perdu, un monde à venir…

Un monde perdu, un monde à venir…
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Pierre-Olivier Pinard
Mardi, 7 avril 2020
Êtes-vous prêt à avoir la COVID-19? Partie 2

François Fouquet
Lundi, 6 avril 2020
Grand complot, croyances et COVID-19

Claude Hébert
Dimanche, 5 avril 2020
Le temps d’un confinement

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Coronavirus et bail commercial Par Me Michel Joncas Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial
La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures Mardi, 31 mars 2020
La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures
Deux entreprises s'unissent pour fabriquer des visières médicales Vendredi, 3 avril 2020
Deux entreprises s'unissent pour fabriquer des visières médicales
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous