Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
Bingo Abénaquis fêtes 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Lundi, 11 avril 2016

3M $ contre le diabète et la douleur chronique



 Imprimer   Envoyer 

Deux équipes de chercheurs du CHUS bénéficieront de trois des 50M $ investis par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) au cours des cinq prochaines années pour développer la recherche sur le diabète et ses complications et la douleur chronique.

Cette vaste offensive des IRSC vise à entrer dans une nouvelle ère de collaboration en recherche médicale en créant une nouvelle stratégie canadienne de recherche axée sur le patient (SRAP), qui entre autres inclut le patient dès la première esquisse du protocole de recherche jusqu'à la fin des travaux.

Les personnes atteintes des conditions médicales chroniques à l'étude deviennent des « patients partenaires », un concept déjà reconnu et utilisé à la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSSS) de l'Université de Sherbrooke (UdeS).

Sur les cinq réseaux de recherche créés par la nouvelle stratégie, deux concernent Sherbrooke plus particulièrement : le réseau du diabète et de ses complications et le réseau des douleurs chroniques.

« Les deux problématiques sur lesquelles se pencheront nos scientifiques ont un impact majeur sur nos populations. Nous sommes très contents que des chercheurs d'ici jouent un rôle prépondérant dans la recherche à l'échelle nationale », affirme le Dr. William D. Fraser, le directeur scientifique du Centre de recherche du CHUS (CRCHUS).

Diabète : étude à plus grande échelle
L'endocrinologue André Carpentier est l'un des 15 co-chercheurs principaux du réseau axé sur le diabète.

« Imaginez que la région devienne un laboratoire vivant d'évaluation des nouvelles techniques qui aideront à prédire qui pourrait devenir diabétique et quelles seront les complications associées, souligne M. Carpentier, qui désormais travaille avec des « patients partenaires ». Je suis fier de travailler désormais avec des patients partenaires dans ce projet : nous avons absolument besoin d'eux pour guider nos actions. »

Selon lui, la création du réseau SRAP sur le diabète et ses complications donne aux directions scientifiques des moyens pour améliorer la collaboration entre les chercheurs et les patients et entre les chercheurs eux-mêmes en harmonisant les grandes initiatives de recherche à l'échelle canadienne.

Trois grands développements sont propres à Sherbrooke dans cette offensive des IRSC, dont la création du grand registre canadien du diabète et de ses complications.

« Ce registre permettra de déterminer l'impact des décisions et des traitements sur la santé des gens, sur les épisodes de soins et sur les trajectoires de soins, explique Dr. Carpentier. Nous travaillerons aussi au développement d'imagerie moléculaire au service des patients diabétiques pour notamment identifier de nouveaux biomarqueurs fonctionnels. »

Les biomarqueurs sont les indicateurs d'un changement dans les cellules du corps humain. Dans le cas du diabète, les biomarqueurs permettraient de prédire qui pourrait souffrir des complications, quelles seront-elles et comment le patient répondra à la suite d'une intervention médicale donnée.

« Le troisième projet propre à Sherbrooke concerne la plateforme clinique, qui déjà bien implantée mais qui sera portée à un autre niveau pour inviter nos collègues d'ailleurs au Canada à venir conduire leurs recherches ici. Ce faisant, on pourra donner un accès aux patients d'ici aux nouvelles technologies de pompes à insuline, aux nouveaux médicaments et aux nouveaux biomarqueurs, par exemple », affirme M. Carpentier.

Arriver à contrer la persistance de la douleur
Co-chercheur principal et directeur de l'axe inflammation-douleur du CRCHUS et de la FMSSS, le Dr. Louis Gendron affirme quant à lui que les recherches du réseau auquel il prendra part bénéficieront aux hommes, aux femmes, aux jeunes et au 65 % des personnes âgées souffrant de douleur chronique.

Une douleur chronique consiste en une condition qui cause au patient une douleur modérée à sévère, qui l'empêche de fonctionner normalement. Selon le chercheur, il s'agit d'une douleur qui demeure présente après la disparition d'une lésion ou blessure ou encore, qui peut provenir de plusieurs sources, comme l'arthrite, une intervention chirurgicale, une fracture. Chaque cas est unique, d'où la pertinence de faire appel à des patients partenaires.

« Nous avons compris il y a longtemps que nous devons concerter nos efforts pour arriver à mieux traiter nos patients. Le réseau nous permettra d'avoir accès aux outils, aux ressources, aux chercheurs et aux connaissances des onze meilleurs centres de recherche en douleur chronique au Canada. On parviendra à changer la façon dont on prend en charge la condition chez le patient et à structurer les efforts autour de la prévention, l'évaluation et le traitement. Le bien-être du patient est situé au cœur de la recherche. »

En outre, Louis Gendron estime que les nouvelles approches permettront de prédire quels antidouleurs permettront de soulager quels patients, tout en diminuant les nombreux effets secondaires des analgésiques.

« Habituellement, il faut traiter entre quatre et sept patients avec un nouvelle molécule pour arriver à en soulager un seul de manière satisfaisante. Le développement de la recherche nous permettra de mieux prédire, de mieux adapter chaque médicament, chaque traitement, à chaque patient », conclut-il.


Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Des voleurs recherchés à Magog récidivent

Des voleurs recherchés à Magog récidivent
1 000 transactions avec une carte volée

1 000 transactions avec une carte volée
NOS RECOMMANDATIONS
Des immigrants de Montréal accueillis à Sherbrooke pour de l'emploi

Des immigrants de Montréal accueillis à Sherbrooke pour de l'emploi
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Les spécialistes de l'électroménager decembre 2018
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

Alexis Jacques
Mardi, 11 décembre 2018
Le charme parisien

François Fouquet
Lundi, 10 décembre 2018
L’esprit des Fêtes… ou les esprits de Fêtes!

Jacinthe Dubé 29 nov 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $ Par Vincent Lambert Jeudi, 6 décembre 2018
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $
Quoi faire ce week-end Par Cynthia Dubé Vendredi, 7 décembre 2018
Quoi faire ce week-end
Nouvelle expérience immersive pour le vélo Par Vincent Lambert Vendredi, 7 décembre 2018
Nouvelle expérience immersive pour le vélo
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous