magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 8 février 2016

Donner au suivant... pour vrai



 Imprimer   Envoyer 

« Donnez au suivant ». Le phénomène télévisuel se poursuit. Et, si je compare avec d'autres "télés censées être réalité", celle-ci se démarque par les valeurs qu'elle transporte.

C'est toujours beau à la télé. Disons d'abord que je ne doute aucunement de la lourdeur de ce que chacun des participants vit. Disons que certains sont plus éprouvés que d'autres. C'est comme ça depuis toujours et ça ne changera pas. Là n'est pas la question.

Ce qui est beau à la télé, c'est le fait de visualiser ce que donne la solidarité. Le montage est bien fait. Il met en haute définition un geste qui, pris à part, ne ferait pas les frais d'une émission de télé.

Le coup de main du voisin qui vient peinturer pendant quelques heures, le marchand qui accepte de ne pas prendre son profit habituel ou qui sollicite ses fournisseurs pour offrir quelque chose à titre gracieux (en retour d'un logo publié à heure de grande écoute, quand même), la réunification de plusieurs amis de la personne aidée, tout cela contribue à tirer une larme. Une larme qui sème en nous la petite lumière du « tout est possible quand on s'y met ».

Dit autrement, l'émission fait du bien.

Mais qu'en est-il quand les caméras ne sont pas là? Qu'arrive-t-il quand on se retrouve là, les deux pieds dans le quotidien de nos vies? La petite lumière du « tout est possible quand on s'y met » brille-t-elle assez fort pour éclairer nos actions?

Ben, là, je peux quand même pas reconstruire la maison de mon voisin qui vient d'avoir un accident qui le confinera à un fauteuil roulant, quand même!

Je sais bien...

La solidarité que la télé montre sur nos écrans télé devenus géants est presque trop belle. Trop grande. Presque inaccessible. Bâtie pour le spectacle télé, en quelque sorte.

Il devient donc plus difficile de se satisfaire d'un petit geste posé quand la reconnaissance ne vient pas avec. Comme si seul le geste qui provoque un frisson à autrui avec de la valeur. Comme si un geste avait de la valeur que, si et seulement si, il était publiquement reconnu.

Cette semaine, j'ai eu une discussion avec des gens sur un sujet qui nous touche tous, un jour ou l'autre. Est-ce que je vais, ou non, saluer (peut-être une dernière fois), un ami qui reçoit des soins palliatifs. Les réponses varient beaucoup.

  • Je ne suis pas confortable, mais j'y vais quand même. Je ne me pose pas trop de questions, dit l'un. 
  • Ouin, mais toi, t'es ben faite pour ça, réplique l'autre. T'sais, dans la vie, faut apprendre à connaître nos forces. Moi, c'est pas une des miennes. J'aurais plus de chances de gaffer que d'aider. Je sais que mes amis savent que je les aime. Je pense que, comme moi, ils se concentrent sur les bons moments qu'on a vécus. Je préfère ne pas tout gâcher. 
Il est étonnant de réaliser comment il est difficile d'être confronté à la solidarité.

Dans une ère de performance et dans laquelle il y a des dizaines de blogues qui nous invitent à « se connaître soi-même », les échappatoires semblent aisées.

Assise dans le lit de son unité de soins palliatifs, la personne malade attend. Elle se demande pourquoi ses amis avec qui elle a vécu tant de beaux moments ne viennent pas la saluer. Au fond, elle comprend leur malaise. Elle l'a vécu aussi.

La maladie isole souvent les personnes. En fait, la maladie vient souvent transformer une personne en « malade ». Elle change son statut social. Ce qui isole la personne, au final.

C'est malaisant de visiter une personne en fin de vie. On ne sait pas trop comment on va dire les choses. Le scénario ne s'imprime pas dans notre cerveau et on invoque toutes sortes de raisons pour éviter d'avoir à réagir sans scénario précis.

Quoi dire?

Rien, en fait. Il suffit d'y aller. D'être là. Il n'est pas très utile de commenter la situation. Tout le monde la connaît bien, rendu là. Il suffit d'être là. De prendre la main d'une personne qui se sent isolée. Juste ça. Le reste coulera de source.

Juste pour que, pendant un moment, le malade redevienne une personne. La personne qui a partagé tant de moments de notre vie.

Il suffit d'y aller une fois. Après, on comprend qu'on n'a pas besoin de télé HD pour donner au suivant.

Clin d'œil de la semaine
La reconnaissance, c'est la paie du bénévole. Ben, non... un bénévole, par définition, n'est pas payé...


Hyundai Sherbrooke jan 2021 A
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le mot en K et la force centripète

Le mot en K et la force centripète
Vivre dans un état policier

Vivre dans un état policier
Hyundai Sherbrooke jan 2021 B
NOS RECOMMANDATIONS
L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement

L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement
Dégradation du climat politique : la Ville de Windsor soutient la campagne de l’UMQ

Dégradation du climat politique : la Ville de Windsor soutient la campagne de l’UMQ
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique Déc 2020 COVID
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Boucherie du terroir 21 jan 21
 
Me Catherine Chouinard
Dimanche, 24 janvier 2021
Un chalet à plusieurs : rêve ou cauchemar?

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 janvier 2021
La vieille âme

François Fouquet
Lundi, 18 janvier 2021
Le mot en K et la force centripète

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement Par Maxime Grondin Mercredi, 20 janvier 2021
L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement
Vendeur de cannabis illicite arrêté à Sherbrooke Vendredi, 22 janvier 2021
Vendeur de cannabis illicite arrêté à Sherbrooke
Bilan COVID-19 du 19 janvier Par Maxime Grondin Mardi, 19 janvier 2021
Bilan COVID-19 du 19 janvier
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous