Phoenix de Sherbrooke - 25 février 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
0°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Electro-5 Reparation Ecoresponsable
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Vendredi, 18 août 2017

Pour que tous les jeunes décident de rester à l’école



 Imprimer   Envoyer 
Serge Audet, directeur de la Fondation des élèves de la CSRS (gauche) et Gilles Normand, président de la CSRC, en compagnie de Fanni, Alexis, Audrey et Samantha, qui ont bien voulu partager leur expérience.

À quelques jours de la rentrée, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke a lancé ce matin à l'école le Goéland sa campagne annuelle Reste à l'école! Pour l'occasion, plusieurs jeunes ont partagé leur expérience touchante, dans le but d'encourager d'autres jeunes à risque à persévérer et à rester sur les bancs d'école.

Depuis 2009, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) défie le décrochage scolaire avec sa campagne Reste à l'école!, qui valorise la poursuite des études auprès des jeunes de 3e, 4e et 5e secondaire, en assurant un suivi des élèves à risque de décrocher pendant la période de l'été.

Plusieurs actions sont posées pendant cette campagne. Cette année, en plus de relancer quelque 200 élèves à risque, la CSRS assurera une grande visibilité à l'événement avec entre autres la diffusion de publicités numériques et de panneaux publicitaires à l'intérieur et à l'extérieur des autobus de la Société de transport de Sherbrooke.

Chaque année, la CSRS constate les bons résultats de cette campagne. L'an dernier à pareille date, parmi tous les élèves à risque qui ont été identifiés par les écoles secondaires, 105 jeunes ont été contactés pour discuter de leurs projets d'avenir avec et des conseillers en information scolaire et professionnelle.

«Pour les jeunes, poursuivre leurs études secondaires et obtenir leur diplôme a un impact sur la possibilité d'exercer un métier qu'ils aiment vraiment, souligne Gilles Normand, président de la CSRS. C'est la porte qui leur permettra de préparer leur avenir et de réaliser leurs rêves», rajoute-t-il.

Les jeunes partagent leur expérience

Plusieurs jeunes qui ont choisi de retourner sur les bancs d'école et d'autres qui ont déjà pensé abandonner leurs études étaient présents pour partager leur expérience lors du lancement de la campagne Reste à l'école!. Certains d'entre eux terminent présentement leur secondaire à l'école Le Goéland (école qui accompagne les élèves éprouvant des difficultés à demeurer dans le réseau scolaire conventionnel pour terminer leurs études secondaires).

Fanni, une élève de l'école Mitchell-Montcalm, a un trouble du déficit d'attention. Pour elle, l'école est un défi à relever à tous les jours.

«Je trouvais ça difficile de voir les autres élèves réussir pendant que moi je bûchais sans voir les résultats de mes efforts. Je n'ai pas réussi à avoir mon diplôme en juin, mais dès lundi, j'entre à l'école Le Goéland pour terminer mon secondaire!»

Pour Audrey, qui entamera son secondaire 5 au Triolet dans quelques jours, les bons résultats scolaires sont plutôt faciles à obtenir. Le problème, c'est autre chose. Audrey a un trouble d'anxiété. Chaque matin, elle doit trouver le courage de faire face à ses peurs, à ses crises de panique.

«À un moment j'ai arrêté l'école, parce que c'était trop difficile pour moi. Puis, j'ai rencontré des gens qui regrettaient d'avoir lâché l'école, ce qui m'a convaincu d'y retourner. C'est un effort pour moi chaque matin, mais je veux vraiment réussir!»

Quant à Alexis, 21 ans, il est retourné sur les bancs d'école l'hiver dernier, au Goéland. Transgenre et en famille d'accueil, Alexis avait abandonné l'école parce que chaque jour, des élèves l'intimidaient, se moquaient de lui.

«Je voulais toujours me cacher dans les casiers! C'était tellement difficile et les enseignants n'intervenaient pas. C'est Nancy, de ma famille d'accueil, qui m'a convaincu de prendre un cours d'été au Goéland. J'ai aimé mon expérience et j'ai décidé de retourner finir mon secondaire. Ici, on ne m'a jamais intimidé. À l'exception d'une seule fois, mais après l'avoir dit à mon enseignante Mélissa Milani, je n'ai plus jamais été intimidé. Lorsque j'aurai mon diplôme, je veux aller faire mon DEP pour devenir agent de protection de la faune.»

L'enseignante au Goéland Carina Beltrano a elle-même terminé ses études secondaires au Goéland, au début des années 90. Chaque début de session, depuis qu'elle enseigne à cette école, Carina partage son expérience avec ses élèves et les encourage à persévérer.

«J'ai toujours su que je devais enseigner ici, au Goéland. Les raccrocheurs sont des jeunes intelligents, mais ils n'ont pas eu la chance d'être bien encadrés ou alors le système scolaire conventionnel ne leur convenait pas. C'est loin d'être une question de capacités. Une partie de notre clientèle a vécu de l'intimidation au secondaire. Ici, l'intimidation c'est tolérance zéro!»

Pour davantage d'information sur la campagne Reste à l'école! ou de l'information sur le décrochage et le raccrochage scolaire, visitez le www.restealecole.com.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Une nouvelle école primaire sur les terrains de  l’école Du Phare

Une nouvelle école primaire sur les terrains de l’école Du Phare
Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10

Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10
NOS RECOMMANDATIONS
Well inc. : le Groupe Laroche intéressé à proposer un projet

Well inc. : le Groupe Laroche intéressé à proposer un projet
Les touristes pourraient être nombreux au coin des rue Merry et Principale

Les touristes pourraient être nombreux au coin des rue Merry et Principale
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Lumineige - Sentier illuminé
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Samedi, 24 février 2018
Cholestérol alimentaire, quel est l’impact?

Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 22 février 2018
L'importance de s'impliquer à l'école

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Cégep de Sherbrooke
Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 22 fevrier 2018
Val Estrie Ford - février 2018
Le Futures Subaru présentera « l’édition la plus forte » Par Vincent Lambert Mercredi, 21 février 2018
Le Futures Subaru présentera « l’édition la plus forte »
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt Par Cégep de Sherbrooke Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt
Un véhicule volé heurte une autopatrouille Par Vincent Lambert Mercredi, 21 février 2018
Un véhicule volé heurte une autopatrouille
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous