magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 18 novembre 2019

Le poids d’un coton ouaté


De toute façon, l'habillement n'enlève rien à la capacité de réfléchir d'une personne. Après tout, une personne en coton ouaté peut être tout aussi pertinente qu'une personne en veston-cravate ou tailleur, disons.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photo: Simon Clarck, Agence QMI; Catherine Dorion

Dans certains dossiers, ce qui semble évident a priori devient moins évident au fil des réflexions. Si tant est qu'on se donne la peine d'y réfléchir.

L'actualité nous a donné un cas pas pire, ces dernières semaines.

Voici une chronique « oui, mais ».

Catherine Dorion a commis une faute protocolaire en revêtant un coton ouaté, défiant ainsi le code vestimentaire de l'Assemblée nationale du Québec.

Oui, mais.

Il n'y a pas de vrai code. Pas clairement établi, en tous les cas. Au mieux, c'est la vague notion de « tenue de ville » qui est invoquée. La tenue de ville est plus facile à appliquer chez les hommes, il me semble. Chemise, cravate, veston, on est équipés pour aller en ville. Plus difficile chez les dames, où une tenue de "circonstance" est souvent nommée. Tenue de circonstance... Ouin! Pas clair!

Le respect de l'institution revient donc au premier rang des arguments plaidant pour une tenue vestimentaire strictement encadrée. C'est l'Assemblée nationale du Québec! Le haut lieu décisionnel politique. Là où les grandes décisions sont prises. Un minimum de décorum est bien défendable, non? J'imagine que oui!

On ne se présente pas à l'Assemblée nationale habillé en mou, me semble! On doit un respect plus grand que ça à une vénérable institution qui commande un minimum d'humilité de la part des gens qui y oeuvrent!

Oui, mais.

La référence au respect est utilisée un peu trop facilement, je trouve. Même si le président de la Chambre, François Paradis, a invoqué des notions de respect en invitant les commettants de l'Assemblée nationale à réfléchir à un code vestimentaire, il me semble qu'il y a pire. Péril en la demeure, je dirais! Les députés s'insultent à qui mieux mieux, parlent pendant que leurs consoeurs et confrères s'expriment, coupent la parole, se traitent de toute sorte d'affaires, bref, ce n'est pas jojo.

Le fait que des caméras captent tout ne témoigne pas du brouhaha profondément irrespectueux qui règne en Chambre. Le son qui est diffusé et joint aux images vient des microphones qui ne s'ouvrent qu'au gré des droits de parole. Le reste devient un bruit de fond agaçant.

Pour le respect, on repassera!

De toute façon, l'habillement n'enlève rien à la capacité de réfléchir d'une personne. Après tout, une personne en coton ouaté peut être tout aussi pertinente qu'une personne en veston-cravate ou tailleur, disons. Même que certaines personnes peuvent agir de meilleure manière, du moins le disent-elles, en se sentant confortables dans les vêtements qu'elles portent.

Arrêtons donc de juger les propos d'une personne à son linge!

Oui, mais.

Quand on occupe une fonction par laquelle on communique avec des commettants, la façon de s'habiller et de se tenir envoie un message qui précède celui que la personne veut vraiment envoyer. En d'autres mots, si je déroge des us et coutumes généralement établis, c'est que je souhaite envoyer un message. Je souhaite peut-être montrer une dissidence. Peut-être suggérer une forme de rébellion. Peut-être aussi invoquer le fait que le linge n'est pas important. Mais une chose est sûre : ce qu'on revêt envoie un message.

Difficile, à la fin, de se faire une opinion sur le port d'un vêtement par rapport à l'autre.

Un point me semble revenir, là aussi : nous avons tellement à cœur nos libertés individuelles que nous ne reconnaissons plus l'importance du groupe auquel on appartient.
Le soi avant le nous.
Et, souvent, le soi à la place du nous.

Clin d'œil de la semaine

Je cite mon vieil ami Robert Decourcel (parti bien trop tôt!). Quand on lui demandait la tenue vestimentaire de tel ou tel événement, il disait : « Un petit sous-vêtement propre est de mise! »


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part

Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part
Quand l’opinion ne tient plus

Quand l’opinion ne tient plus
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

Un monde de découvertes au bout de nos doigts
Une ligne d'aide pour la MRC Des Sources

Une ligne d'aide pour la MRC Des Sources
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherb_achat_local_2020
 
Claude Hébert
Vendredi, 3 avril 2020
Menez vos investissements à bon port

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Le CIUSSSE-CHUS ouvre une clinique désignée d'évaluation Jeudi, 2 avril 2020
Le CIUSSSE-CHUS ouvre une clinique désignée d'évaluation
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques Mercredi, 1 avril 2020
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques
Sherbrooke unie contre la pandémie Par Anita Lessard Vendredi, 27 mars 2020
Sherbrooke unie contre la pandémie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous