Resto-Brasserie Le Dauphin
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Startup Québec : Le gouvernement accorde 225 000 $ à l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Ecolo Boutique fevrier 2018 - 3
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Jeudi, 12 avril 2018

911: qui sont ces voix rassurantes au bout du fil?



 Imprimer   Envoyer 
En cette Semaine nationale des télécommunicateurs d’urgence, EstriePlus.com a voulu faire un portrait du métier méconnu de préposé à la répartition des appels d'urgence 9-1-1.

Ils sont cette voix calme qui vous rassure au bout du fil. C'est cette même voix qui s'assure de vous faire parvenir du secours le plus rapidement possible. Vous ne pourrez jamais mettre un visage sur la voix qui vous a soutenu et accompagné dans un moment difficile en attendant l'arrivée des policiers, mais son travail est extrêmement important dans l'équation. En cette Semaine nationale des télécommunicateurs d'urgence, EstriePlus.com a voulu faire un portrait du métier méconnu de préposé à la répartition des appels d'urgence 9-1-1.

Il y a 23 ans, Sherbrooke se dotait d'un service de répartiteur du 911, afin d'améliorer les services d'urgence. Le métier est longtemps resté dans l'ombre des policiers, des ambulanciers et des pompiers, mais on le reconnait de plus en plus. D'ailleurs, pour une deuxième année consécutive, le métier jouit d'une belle reconnaissance à l'occasion de la Semaine nationale des télécommunicateurs d'urgence, un événement qui a d'abord pris naissance aux États-Unis, il y a quelques années, et qui se déroule maintenant partout en Amérique.

« Je suis très contente qu'on souligne le métier, car en 23 ans d'expérience, j'ai toujours eu l'impression qu'on n'existait pas vraiment, indique Marie-France Côté, chef d'équipe à la répartition des appels 911 à Sherbrooke. Nous sommes en quelque sorte les metteurs en scène de ce qui se déroule lors d'une urgence. Prenons en exemple un accident avec blessés; nous devons d'abord localiser l'endroit de l'appel. Nous transférons ensuite l'information aux ambulanciers, tout en créant une carte d'appel qui sera vue par nos collègues sur la route. Nous devons rester en ligne avec notre interlocuteur jusqu'à l'arrivée des intervenants. »

Accident avec blessés, mort subite, appel de détresse, agression, catastrophe; le répartiteur doit conserver son calme peu importe la situation.« Plus la personne au bout du fil est calme et rassurée, plus elle va coopérer avec nous, ce qui nous aidera à donner de l'information aux intervenants en route, explique Mme Côté. Les répartiteurs sont donc des personnes débrouillardes, avec beaucoup de leadership, logiques et capables de trouver des solutions rapidement. »

Et quels sont les appels les plus difficiles auxquels les répartiteurs doivent répondre? « Les appels d'enfants, le syndrome de mort subite du nourrisson, le cri d'un parent qui trouve son enfant décédé, répond Mme Côté sans hésitation. Ce sont des appels qui nous restent en tête longtemps et qui ébranlent tout le monde, autant nous que les policiers et les ambulanciers. »

De 1995 à aujourd'hui

Ouvert à Sherbrooke en 1995, le centre d'appel compte aujourd'hui une trentaine de préposés à la répartition des appels d'urgence 9-1-1. Si le bilinguisme n'est pas nécessaire dans plusieurs villes au Québec pour pratiquer ce métier, la situation est différente à Sherbrooke, où tous les répartiteurs doivent être bilingues.

En 23 ans d'existence, plusieurs choses ont changé et la technologie a permis d'améliorer grandement le service. « À l'époque, nous n'avions pas Internet et tout se faisait à l'aide d'une carte géographique, se souvient Mme Côté, qui travaille au centre depuis le tout début. Les cellulaires de l'époque étaient aussi très difficiles à localiser. Ce n'était pas toujours évident. » Mme Côté souligne aussi que les appels de détresse ainsi que les appels en lien avec des troubles de la santé mentale ont augmenté considérablement avec les années.

Les préposés sont aussi équipés pour faire la surveillance des caméras dans les cellules du commissariat de police, ainsi que celles installées un peu partout au centre-ville. En saison estivale, période très occupée dans les rues, le service de répartition embauche quelques étudiants en technique policière qui ont pour tâche d'exercer une surveillance accrue des caméras du centre-ville.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Un Sherbrookois traversera le Canada pour deux causes

Un Sherbrookois traversera le Canada pour deux causes
Grand nettoyage : plus de 500 tonnes ramassées au fil du temps

Grand nettoyage : plus de 500 tonnes ramassées au fil du temps
NOS RECOMMANDATIONS
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur

Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur
Nouveau pari à relever pour Orford Musique

Nouveau pari à relever pour Orford Musique
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Lebeau Vitres d’Autos
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Coopérative Funéraire de l'estrie 25 avril 2018
 
Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Valérie Guillemette
Vendredi, 20 avril 2018
Dis-moi comment se comporte ton enfant, je te dirai ce qu’il mange!

Alexandre Hurtubise
Vendredi, 20 avril 2018
Une programmation post-festival bien remplie

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 20 avril 2018
Détox : Le Pharmachien et Maison Jacynthe ne s’entendant pas

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 10 avril 2018
Travis Cormier
Nouveau pari à relever pour Orford Musique Par Cynthia Dubé Mardi, 17 avril 2018
Nouveau pari à relever pour Orford Musique
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur Par Cynthia Dubé Vendredi, 20 avril 2018
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur
Printemps tardif : les vivaces comestibles à leur meilleur! Par Alexandre Dagenais Jeudi, 19 avril 2018
Printemps tardif : les vivaces comestibles à leur meilleur!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous