Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-5°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Electro-5 Reparation Ecoresponsable
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Lundi, 7 mars 2016

La retraite du rassembleur



 Imprimer   Envoyer 

Si Alain Larouche est fier d'une chose de son passage chez Tourisme Cantons de l'Est (TCE), c'est d'avoir réussi à faire de la marque « Cantons de l'Est » une véritable marque touristique. Et d'avoir réussi à mobiliser l'industrie régionale pour valoriser cette marque.

Le directeur général de l'organisation prendra sa retraite en septembre prochain à l'âge de 64 ans. Il aura passé une trentaine d'années à propulser l'industrie touristique de la région à bien d'autres niveaux.

Provoquer la mobilisation
Selon lui, le succès de tous les projets de mise en valeur de la région ne pouvait pas passer outre une sérieuse mobilisation et un engagement marqué des acteurs de l'industrie touristique.

« Nous avons rassemblé trois noms qui jusqu'alors travaillait séparément : Estrie, Eastern Townships et Cantons de l'Est. Nous avons créé des bannières qui ressemblent à la région, comme Créateurs de saveurs, Cafés de villages et plus récemment Cœurs villageois. Les gens se reconnaissent mieux là-dedans aujourd'hui, affirme Alain Larouche. Le défi était d'amener l'ensemble des gens à travailler ensemble vers un même objectif. »

La démarche de rassemblement a débuté en 2003 avec la création de la taxe sur l'hébergement par le gouvernement du Québec. L'industrie régionale mettait maintenant la main sur 2M $, chaque année, pour réaliser ses idées. L'effort semble avoir porté ses fruits : l'Organisation mondiale du tourisme avait émis 109 recommandations à TCE en 2009 et la moitié d'entre elles avait été rencontrées déjà l'an dernier.

« Nous avons travaillé les éléments point par point en tenant compte de la vitesse de nos partenaires. Ils étaient 800 à emboîter le pas dans un groupe hétérogène. Les gens de Lac-Mégantic ne sont pas si parents que ça avec les gens Sutton, Coaticook ne ressemble pas à Asbestos, Sherbrooke et Granby non plus. Nous avons dû les convaincre tous qu'ils étaient dans le même bateau. »

Donner une identité à une région
TCE est ses partenaires se sont concentrés sur l'identité des Cantons de l'Est, pour en déterminer ce qu'il y avait de spécial ici. Selon Alain Larouche, on ne parle pas ici de quelques éléments qui ressortent du lot.

« La région elle-même est spéciale, avec tout ce qui la compose. On pourrait se réfugier derrière de grands attraits comme le Zoo de Granby, Ski Bromont ou le parc du Mont Orford qui cumulent chaque année environ 800 000 entrées chacun. Mais je suis convaincu qu'on a plus d'avenir si on mise sur l'ensemble de la région. »

Comme la Toscane et la Provence, qui sont de belles régions dans leur ensemble parce qu'elles peuvent compter sur une belle nature, sur quelques grandes villes qui ont de la gueule, des populations agréables à rencontrer et de bons produits à goûter.

« On a ce potentiel en Estrie. Nous sommes la région du Québec avec le plus et les plus grands attraits. Cette centaine d'attraits différents nous permet notre diversité et d'affirmer que la région, dans son ensemble, vaut la peine. »

Le travail de mise en valeur est une réussite. Toutefois, les défis que les successeurs d'Alain Larouche auront à relever sont multiples et cruciaux pour l'avenir de l'industrie touristique des Cantons de l'Est.

« Au fil des ans, on a labouré, on a créé beaucoup de choses. Le grand défi des prochaines années sera de valoriser et de faire vivre tout ça. On a semé, il faut maintenant aider la fleur à pousser et à fleurir, image M. Larouche. Il faudra avoir l'habileté et la constance de mettre de l'engrais : valoriser et construire la crédibilité de nos marques, comme amener encore plus de chefs à mettre nos produits locaux sur leurs tables. Il existe encore bien des possibilités! »

La concurrence devra aussi être adressée pour éviter que les efforts des dernières années ne stagnent. La clé, selon Alain Larouche, est d'encourager une cohésion encore plus grande des acteurs de l'industrie et des autres domaines pour que les Cantons de l'Est demeurent une destination d'escapade de choix dans la tête des gens.

« Nous savons que les gens reviennent plusieurs fois dans une même année pour le cyclisme, la randonnée ou le gourmand. Les gens cherchent aujourd'hui une escapade, un voyage qui leur donnera une expérience complète, humaine et qui offrira des produits locaux. On devra poursuivre cette créativité, cette imagination qui ont construit le tourisme gourmand, le tourisme de l'eau, le culturel de l'Estrie. La région est agréable à habiter, elle doit continuer à être agréable à visiter », affirme-t-il.

Manquer de temps
Pour Alain Larouche, ce ne sont pas les projets qui manqueront lorsqu'il quittera les bureaux de Tourisme Cantons de l'Est pour la dernière fois, en septembre : c'est le temps!

« Je veux recommencer à faire de plus longs voyages, je me suis acheté de nouvelles cordes de guitare, un éditeur me demande de réécrire ma thèse de maîtrise pour la publier... Je suis encore en forme et c'était le temps pour moi de tourner le page. J'ai changé trois fois le modèle d'affaires de Tourisme Cantons de l'Est, je laisse la chance à un autre d'implanter le quatrième qui vient avec le formation de l'Alliance de l'industrie touristique du Québec. »

Première destination : le Mexique. Pour passer du temps avec des amis, parfaire son espagnol et ensuite, poursuivre son tour du monde.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10

Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10
Une nouvelle école primaire sur les terrains de  l’école Du Phare

Une nouvelle école primaire sur les terrains de l’école Du Phare
NOS RECOMMANDATIONS
Les Jeux de Sherbrooke complets pour la deuxième édition

Les Jeux de Sherbrooke complets pour la deuxième édition
Jouvence : un employé agressé physiquement par un client

Jouvence : un employé agressé physiquement par un client
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Novus Vitres Sherbrooke Coaticook - février 2018
 
Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 22 février 2018
L'importance de s'impliquer à l'école

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Cégep de Sherbrooke
Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Léandre Lachance
Mardi, 20 février 2018
La table à cinq pattes

François Fouquet
Lundi, 19 février 2018
Photo des Jeux

Guillaume Rousseau
Lundi, 19 février 2018
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 22 fevrier 2018
Val Estrie Ford - février 2018
Chasse aux sorcières Par Daniel Nadeau Mercredi, 14 février 2018
Chasse aux sorcières
Jordan Pierre-Gilles rêve aux Olympiques Par Vincent Lambert Jeudi, 15 février 2018
Jordan Pierre-Gilles rêve aux Olympiques
Incendie sur la 13e Avenue : 3 personnes transportées au CHUS Par Cynthia Dubé Vendredi, 16 février 2018
Incendie sur la 13e Avenue : 3 personnes transportées au CHUS
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous