Zoo de Granby juin 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 4 août
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 27 octobre 2014

Anesthésie collective



 Imprimer   Envoyer 

Mon neveu Jérémie a toujours démontré une logique implacable. Petit, lors de sa première longue randonnée en vélo, il s'était mis à pédaler très rapidement alors qu'il restait encore quelques kilomètres à parcourir. Mon frère l'a mis en garde : « Jérémie, pédale pas si vite, tu vas être bien trop fatigué! » Ce à quoi Jérémie a répondu : « Oui, mais je vais être bien trop fatigué bien moins longtemps! »

Implacable.

Je repensais à cette anecdote en regardant un reportage sur Télé Québec. Une émission qui s'appelle Déficit Zéro. Une jeune famille aux prises avec un étau financier assez solide rencontrait une consultante de l'ACEF (Association coopérative d'économie familiale). Le reportage n'avait rien de voyeur. Il décrivait une situation que l'on trouve et retrouve de plus en plus souvent. Malheureusement.

L'exercice, fort intéressant d'ailleurs, montrait le couple en train de faire, pour vrai, un budget familial. Je spécifie « pour vrai », pas dans le sens de la téléréalité voyeuriste, nenon, mais bien dans le fait qu'ils ont eu à considérer chaque dépense à sa juste valeur.

C'est là que j'ai pensé à la logique implacable de Jérémie. À un certain moment, le papa, qui décortique les comptes dans cet exemple, comprend que chaque dépense doit être prise en compte. Par exemple, on ne peut pas dire "la voiture est récente, elle ne brisera pas, alors je ne mettrai rien à ce poste de dépense". Ça, c'est pelleter les problèmes par en avant. C'est logique. Implacablement logique, j'en conviens. Mais ce n'est pas ce qui se passe dans la « vraie » vie.

En cours de reportage, l'animateur glisse une statistique troublante : plus de la moitié des ménages canadiens vivraient une situation délicate et déstabilisante si un de leur chèque de paie accusait un retard de deux semaines.

Juste un retard. Pas une annulation de la paie. Plus de la moitié des familles! Il n'y a aucune autre façon de réagir, à mes yeux, que d'être troublé.

Dans ma perception des choses, nous sommes sous l'emprise d'une espèce d'anesthésie collective par rapport à la consommation de biens et de services. Dit autrement, nous avons décidé qu'il fallait tellement de trucs liés à la consommation pour considérer qu'une personne est « établie » dans sa vie, que la réflexion et la logique mathématique du budget familial ont pris le bord.

Comment peut-on vivre sans deux voitures? Comment expliquera-t-on à nos amis qu'on a encore un téléviseur aussi profond que large au salon? Pourquoi ne pas donner du confort à notre foyer, alors que tout est accessible en petits paiements faciles?

À un autre moment du reportage, la maman avoue qu'elle a songé à abandonner l'exercice de la tenue stricte d'un budget familial en se disant « pourquoi on ne continue pas comme avant? »

Il est là le piège de l'anesthésie collective! Rares sont ceux qui vont être rappelés à l'ordre par leur entourage quand ceux-ci les verront multiplier les dépenses tous azimuts. On dira plutôt : « ouin, ça coûte cher pour s'installer, mais on n'a pas le choix! Au moins, ce sera fait!»

Oui, mais à quel prix?

Au prix, en fait, de mensualités desquelles on n'échappe plus quand on met le doigt dans l'engrenage.

L'antidote à cette anesthésie collective? La logique implacable. Et le désir de s'en tenir à cela.

C'est une question de santé économique, oui, mais de santé tout court.

Clin d'œil de la semaine

« T'es malade de passer à côté d'une telle offre! » « Je suis malade parce que je l'ai trop fait, tu vois... »


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
L’amitié non industrialisée

L’amitié non industrialisée
Les vieux dans notre environnement

Les vieux dans notre environnement
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
NOS RECOMMANDATIONS
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste
Quoi faire ce weekend?

Quoi faire ce weekend?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Zoo de Granby juin 2021
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 août 2021
Les Jeux olympiques au féminin

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

François Fouquet
Lundi, 2 août 2021
Entre trois… et divague!

Me Michel Joncas
Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Enlèvement d’un homme à Val-des-Sources Par Maxime Grondin Lundi, 2 août 2021
Enlèvement d’un homme à Val-des-Sources
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE Par Me Michel Joncas Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE
Enlèvement de Serge Boutin : arrestation de deux suspects Par Maxime Grondin Mardi, 3 août 2021
Enlèvement de Serge Boutin : arrestation de deux suspects
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous