1077 Printemps 20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 19 mai 2014

Rêve déchu, rêve déçu?



 Imprimer   Envoyer 

La nouvelle m'a frappé. Les boomers entrent dans une phase de « déconsommation ».

Déconsommation. Bon, voilà une autre affaire.

Nous vivons à une époque de communication. Nous avons raffiné nos manières de communiquer. Nous avons inventé des outils de communication incroyables. Assez, même, pour ne plus trop savoir comment communiquer de personne à personne!

Dans cette ère de communication, un point revient, inlassablement : on nomme les choses. On dirait qu'une fois nommées, les choses s'acceptent mieux.

Jean Charest ne parlait pas de coupes budgétaires dans la fonction publique, il parlait de réingénierie de l'État. Un mot patenté par des communicateurs. Cela vient ennoblir les gestes qui suivront.

Les gestionnaires d'entreprises sont spécialisés dans l'utilisation de mots magiques qui font gober des situations souvent troubles. Je pense aux « phases de rationalisation", à la mode du « benchmarking » qui a fait perdre des centaines d'emplois sur la simple base de la comparaison de modèles d'affaires entre les entreprises. Je pense,justement, à l'expression « modèle d'affaires » qui vient aussi justifier plein de gestes lourds de conséquences...

Le fait de nommer une chose (avec une appellation originale, si possible) implique une sorte de fatalité. Quand l'homme d'affaires reconnu vous dit : « Le modèle d'affaires de notre entreprise prescrit des actions courageuses que nous accomplirons dans le respect des règles établies et reconnues », il vient de se déculpabiliser d'une série d'actions qui n'interpelleront pas du tout son courage, mais bien sa dévotion envers des principes économiques reconnus et nommés. Et c'est toujours dans cette quête effrénée de profits. Dit autrement, au nom du modèle d'affaires, nous allons abolir des postes, transférer la production ailleurs dans le monde et diminuer nos dépenses au maximum. Et le « courage » de l'homme d'affaires sera récompensé par un puissant chèque de l'entreprise.
Nommer une action ou une série d'actions, c'est donc la rendre fatale. Inévitable.

Quand j'ai entendu le terme déconsommation, je me suis dit, bon, ils veulent en venir où?

En fait, cette fois, c'est la crainte qui fait réagir les boomers.

Je suis né en 1961. La toute fin des boomers et le début d'autre chose. J'en suis donc plus ou moins. Plus moins que plus, en fait.

Mais, quand j'avais 18 ans, au volant de ma rutilante Honda Civic '76, j'entendais des chroniqueurs parler de la société de loisirs qui allait meubler ma vieillesse. « Ben dis donc, c'est pas rien! » que je me disais. Loisirs mon œil...

L'ère de consommation qui a suivi nous a fait passer, en moins de trente ans, d'un retour à la terre à une société du chacun-pour-soi dans laquelle l'indice de bonheur se calculait en possession. Le bonheur, cela dit, avait un synonyme : la réussite.

C'est en glorifiant la réussite que nous nous sommes mis, collectivement, à dépenser nos épargnes, puis, pour que le bonheur ne se termine pas, à emprunter toujours plus pour alimenter notre réussite.

Les boomers devaient vivre aisément grâce à un fond de pension riche et crémeux.

Aujourd'hui, les fonds de pension font la manchette. Les prestations déterminées pour la vie, trouvaille des années 70 et 80, ne tiennent plus la route. Et, comble du malheur (sarcasme, un peu, quand même!) l'espérance de vie ne cesse d'augmenter!

C'est cette peur de manquer d'argent qui incite les boomers à réduire leur consommation. À redéfinir leur bonheur quotidien.

Le rêve s'estompe pour plusieurs. Mais ce n'est pas si grave. Rêver sa vie, c'est une chose. La vivre en est une autre.

Qui n'a pas fantasmé sur un objet et, une fois celui-ci acquis, n'a pas été déçu de ne pas ressentir le bonheur espéré?

Clin d'œil de la semaine

« La nécessité est la mère de l'invention » dit-on. La crainte de manquer de matières premières est peut-être la mère d'un bonheur redéfini...


1077 Printemps 20
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
Quand l’opinion ne tient plus

Quand l’opinion ne tient plus
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques

L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques
Un monde perdu, un monde à venir…

Un monde perdu, un monde à venir…
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Bou_Ter_1avril20
 
Claude Hébert
Vendredi, 3 avril 2020
Menez vos investissements à bon port

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Une plateforme web pour l'achat local Vendredi, 27 mars 2020
Une plateforme web pour l'achat local
Un monde de découvertes au bout de nos doigts Par Isabelle Simoneau Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts
Divertissement pour ados confinés Samedi, 28 mars 2020
Divertissement pour ados confinés
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous