Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
Centre culturel Pierre-Gobeil 10 dec 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Vendredi, 4 mars 2016

Prisons: SST, fin de la surpopulation et embauches réclamées



 Imprimer   Envoyer 

Le 3 février, une cinquantaine d'agents correctionnels a eu lieu le 3 février devant la prison Talbot de Sherbrooke. Dans le cadre des négociations entourant leur prochaine convention collective, les agents réclament entre autres que la Santé et sécurité au travail fasse réellement partie des priorités de leur employeur.

Les agents en milieu carcéral sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015. Avant même d'entamer les discussions en lien avec leurs conditions salariales, le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN) entend faire de la Santé et sécurité au travail (SST), du climat de travail et de la sécurité dans les établissements de réelles priorités aux yeux de son employeur, le ministère de la Sécurité publique (MSP).

« Le ministère de la Sécurité publique a la mauvaise réputation de poser une action en réaction à un problème, sans tenter de faire quoi ce que soit pour agir en amont, affirme le président du SAPSCQ-CSN, Mathieu Lavoie. Les décisions sont prises en fonction des chiffres et non en fonction des besoins sur le terrain. Le ministère n'a pas les moyens de ses ambitions et est géré par des gens qui ne connaissent rien du milieu carcéral. »

Un des pires climats de travail au Québec
Selon Mathieu Lavoie, la SST connaît de flagrantes lacunes dans la quasi-totalité des établissements carcéraux. Pire : « les agents ont l'impression que l'administration des prisons s'en fout », affirme-t-il.

Il déplore également que de nombreux rapports ont été relayés aux oubliettes par l'employeur.

« Des études réalisées en 2009 par des chercheurs d'universités québécoises démontrent clairement que le climat organisationnel est une des causes du haut taux d'absentéisme, du climat de tension et des nombreux conflits que vivent les agents. Le ministère a balayé tout ça du revers de la main », affirme-t-il.

La sécurité des établissements problématique
Deux enjeux de la négociation sont en lien avec la sécurité à l'intérieur des prisons : le gel de l'embauche de nouveaux agents et la surpopulation chronique dans tous les centres de détention.

« Il n'y a pas eu de nouvelle cohorte d'agents formés à l'École nationale de police depuis le mois de mai 2015, alors qu'il manque actuellement environ 200 agents dans le réseau. La pression est énorme sur le réseau depuis quinze ans. Auparavant, environ 60 nouveaux agents étaient formés par cohorte : la prochaine, au printemps, compte 24 agents. Une autre est prévue, mais on ne sait pas pour combien de nouveaux agents. »

Trois nouveaux établissements ouvriront bientôt leurs portes à Amos, Sept-Îles et Sorel. Un vaste processus d'embauche devra bientôt se mettre en branle, selon le syndicat.

Conjugé à la surpopulation chronique que vivent toutes les prisons du Québec, le climat de travail devient critiquer pour les agents. Actuellement, les établissements fonctionnent à 110 % de leur capacité, en moyenne.

« Par exemple, un établissement est conçu pour 240 détenus et il doit composer avec 320. Même le Protecteur du citoyen affirme depuis plusieurs années qu'il ne faut pas dépasser un certain seuil de population organisationnelle. Ce sont des problèmes que le ministère doit adresser. »

Le 3 février avait lieu un rassemblement des agents de Sherbrooke. Au cours des prochaines semaines, ce sera au tour des agents des autres centres de détention de d'exprimer leur solidarité et leurs revendications.

Une rencontre entre le nouveau ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, n'est pas encore à l'agenda. « Nous avons fait parvenir une missive au ministre à la suite de sa nomination, mais nous n'avons pas encore reçu d'accusé de réception », conclu M. Lavoie.


Entrepôt Chaussures Prix 15 oct 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
«Le Sapin a des boules» … à  Lennoxville!

«Le Sapin a des boules» … à Lennoxville!
500 bénévoles au travail pour aider 2 260 familles

500 bénévoles au travail pour aider 2 260 familles
NOS RECOMMANDATIONS
Sept arrestations pour alcool au volant

Sept arrestations pour alcool au volant
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur

L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherbrooke Auto Occasion
 
François Fouquet
Lundi, 17 décembre 2018
Le saumon et le dollar

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 17 décembre 2018
Le Cégep, premier lieu d'expérimentation pédagogique

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Jacinthe Dubé 29 nov 2018
Clinique Supra Santé nov 2018
Cantonniers : Mario Gosselin, le premier dans la LNH Par Vincent Lambert Mercredi, 12 décembre 2018
Cantonniers : Mario Gosselin, le premier dans la LNH
Des voleurs recherchés à Magog récidivent Par Vincent Lambert Jeudi, 13 décembre 2018
Des voleurs recherchés à Magog récidivent
(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog Par Cynthia Dubé Vendredi, 14 décembre 2018
(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous