1077 Printemps 20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 4 janvier 2016

Bonne année. Ben oui, tiens, bonne année!



 Imprimer   Envoyer 

Quand j'étais petit...

Allez savoir pourquoi, chaque temps des Fêtes apporte son lot de souvenirs, de voyages dans le passé, de nostalgie. Ce doit être une question de perspective, j'imagine. Plus les années s'accumulent au compteur, plus le passé est grand. Et profond.
________

J'ai croisé un ado, cette semaine. 14 ans. Ou à peu près. Il me regardait de l'air un peu suffisant de celui qui a atteint une forme d'autonomie qui lui permet de faire la moue devant le quotidien qui déroule lentement ses journées. Remarquez, c'est ma perception de son attitude. Allez savoir, il est peut-être camouflé derrière cet air parce qu'il ne comprend pas trop ce qui se passe dans sa vie.

Bref...

Je regarde donc cet ado, qui a la capacité de se gratter en dessous du genou sans se pencher, et je lui dis :

 - Quand j'étais petit, je jouais tout le temps dehors dans le temps des Fêtes.

Saisissant visiblement l'énoncé comme un affront, il réplique :

 - Ben oui, je le sais, pis tu marchais 5 milles pour aller à l'école avec ton pupitre sur les épaules!

 - Euh, non! Ça, c'était mon père...

 - Ben oui, c'est ça...

 - En fait, quand on rentrait de jouer, on récupérait nos bas qui avaient glissé de nos pieds et s'étaient logés, en tapon, dans le bout de nos bottes!

Le souvenir me fait sourire.

 - Ben, nous autres, on a mis du « spandex » dans nos tissus pour faire les bas, pis y tiennent, faque, t'sais...

Il m'a servi cette dernière réplique avec la nonchalance arrogante de celui qui est sûr que c'est un autre ado de son âge qui a inséré le spandex dans le tissu.

Je reprends :

 - On n'avait pas de spandex dans nos bas ou nos bobettes, mais on « spendait » quand même plus de temps dehors, dans le temps.

 - Méchant jeu de mots anglo de mon'oncle...

J'ai repris mon train-train. Certaines conversations, on dirait, finissent par tourner en rond, des fois.

Je n'ai pas d'amertume par rapport avec cette courte discussion. Il serait malhabile, voire déprimant, de frapper sur un élément de cette génération sur qui repose notre avenir. Je pourrais sombrer dans les reproches dont on mitraille souvent les ados et les Y, mais ce serait tout aussi malhabile : je suis de la génération qui a les a élevés...

Faire la morale ne marche pas, de toute façon. Je leur dirais simplement : prenez le temps d'être des ados. Quand vos bras ne vous permettront plus de vous gratter sous le genou sans vous pencher, c'est la tête que vous vous gratterez probablement.
________

Le temps des Fêtes implique donc sa dose de mises au point, de mises à niveau. C'est comme ça. Et le tout finit par impliquer des résolutions.

 - Moi, des résolutions, j'ai décidé de ne plus en prendre depuis des années, me lance un ami.

 - En voilà donc une que tu tiens...

Ce sont de drôles de bibittes, les résolutions. Généralement, elles sont basées sur des choses concrètes, faisant partie d'une réalité qu'on veut changer. Le problème, dans notre époque extrême, c'est qu'on en adopte tout un lot à la fois, comme le faisait Harper avec ses projets de loi dits mammouths. C'est là que tout dérape.

Des habitudes, ça se change une à la fois. Comme on monte un escalier, une marche à la fois.

Je ne vous dirai pas ce que j'ai sur ma liste de résolutions. Trop souvent, on les rend publiques pour se mettre une pression d'exécution. Ce n'est pas ce qu'on dit qui compte, c'est ce qu'on fait.

Faire la morale aux adultes ne donne rien non plus.

Cette année nouvelle, je vous la souhaite bonne et peuplée de petits gestes qui rendront notre monde meilleur.

L'addition de petits gestes aidants et utiles contribue à une résolution importante : la résolution de bien des problèmes...

Clin d'œil de la semaine
On se dessine un nouvel escalier chaque jour de l'An. On passe l'année à monter et descendre des marches et on revient, chaque année, au pied du même escalier qu'on redessine!


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part

Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Deux entreprises de Magog s'unissent pour fabriquer des visières médicales

Deux entreprises de Magog s'unissent pour fabriquer des visières médicales
Un monde perdu, un monde à venir…

Un monde perdu, un monde à venir…
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Claude Hébert
Dimanche, 5 avril 2020
Le temps d’un confinement

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Deux suspects recherchés pour vol Vendredi, 3 avril 2020
Deux suspects recherchés pour vol
Divertissement pour ados confinés Samedi, 28 mars 2020
Divertissement pour ados confinés
La radio pour rejoindre les communautés culturelles Jeudi, 2 avril 2020
La radio pour rejoindre les communautés culturelles
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous