Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
13°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Fête du Lac des Nations 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Samedi, 4 mai 2013

Quand éducation s’arrime à garçons



 Imprimer   Envoyer 

Pour la deuxième édition, le congrès Quand éducation s'arrime à garçons a mis la communication au cœur du débat. La relation enseignant-élève influence la réussite scolaire.

Or, une étude démontre que la relation avec les garçons est plus difficile. Les garçons partagent spontanément moins d''informations et il est plus difficile de comprendre ce qu'ils ressentent. « Comme le congrès s'intéresse aux interventions efficaces auprès des garçons ainsi qu'à l'ensemble des actions concrètes qu'il faut poser pour assurer leur réussite, nous croyons qu'il faut développer un modèle de communication qui répondent aux caractéristiques des garçons », explique Nathalie Marceau, directrice des services pédagogiques du Collège du Mont-Sainte-Anne et responsable de l'organisation du congrès.

« Les besoins des garçons et des filles sont différents, ajoute Mme Marceau.  Ils conçoivent les choses différemment et perçoivent le milieu scolaire autrement.  De plus, une différenciation des interventions auprès des élèves tirerait avantage à se faire selon le genre. La communication avec nos garçons est soumise à du bruit et à des effets de distorsion.  Nous devons en tenir compte dans notre interprétation. Quand nous leur parlons, utilisons-nous un langage clair, économique et direct ?  Les perdons-nous dans un fouillis d'émotions et de présomptions? Avec les garçons, ce qui fonctionne, c'est la communication dans l'action, l'humour, l'utilité de ce qui est dit, l'empathie dans les difficultés. Enfin, en tant qu'intervenant, posons-nous la question : est-ce que ma communication s'arrime à mes garçons ? »

Voilà ce qui se dégage des travaux de la deuxième édition du congrès Quand éducation s'arrime à garçons, organisé aujourd'hui par le Collège du Mont-Sainte-Anne et qui a réuni plus de 250 participants de toutes les régions du Québec pour discuter des interventions efficaces auprès des garçons. On y retrouvait des intervenants directs auprès des garçons : enseignants, direction d'école et de commissions scolaires, représentants du MELS, techniciens et professionnels œuvrant dans les milieux scolaires et communautaires, mais également des gens du domaine des sciences, de la culture et des arts.  Cette mobilisation témoigne d'une manière très éloquente d'un besoin pour des solutions concrètes, réalistes et applicables dans les milieux où les garçons évoluent. « Il existe peu d'événements comme celui-ci et comme le collège du Mont-Saint-Anne est la seule école secondaire francophone pour garçons, nous nous faisons un devoir  d'innover et de réfléchir à la pédagogie pour garçons afin de dépasser le discours négatif qui entoure les garçons et l'école et de trouver des solutions créatives qui auront un impact sur le cheminement scolaire de ceux-ci », soutient Mme Marceau.

Afin de maintenir la mobilisation que la rencontre Quand éducation s'arrime à garçons a suscitée, les personnes intéressées peuvent se joindre aux amis Facebook du congrès et consulter le site internet www.education-garcon.ca. Les organisateurs souhaitent ainsi maintenir, par un dialogue permanent, les échanges et la réflexion autour de la réussite scolaire des garçons.

De nombreux partenaires soutiennent Quand éducation s'arrime à garçons : Collège du Mont-Sainte-Anne, Table estrienne de concertation interordres en éducation, Partenaires pour la réussite éducative en Estrie, Aramark, Servicom, Fédération des établissements en enseignement privés, Ville de Sherbrooke, Missionnaires de Mariannhill, Les Stentors,  Desjardins, Loews-Le Concorde, Gestion de l'Estrie-Xérox, Huppé réfrigération, Audiobec, journal La Tribune

Source : Mélanie Naud, Collège du Mont-Sainte-Anne


Karting Orford
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Elle troque son emploi pour son rêve paralympique

Elle troque son emploi pour son rêve paralympique
La Fête nationale en Estrie: le Québec, ça se fête !

La Fête nationale en Estrie: le Québec, ça se fête !
NOS RECOMMANDATIONS
L'histoire derrière le Défi Félix

L'histoire derrière le Défi Félix
Tournée des microbrasseries : l’ascension des bières à Sherbrooke

Tournée des microbrasseries : l’ascension des bières à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 21 juin 2018
Faites-nous confiance!

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 juin 2018
Fêter la nation québécoise

Catherine Côté
Mercredi, 20 juin 2018
Mode homme – Les tendances de l’été

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 18 juin 2018
Golf et Académie Longchamp inc. 2018
Oser le monde au Cégep de Sherbrooke! Par Cégep de Sherbrooke Lundi, 18 juin 2018
Oser le monde au Cégep de Sherbrooke!
Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif Par Vincent Lambert Lundi, 18 juin 2018
Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif
Un conducteur frappe un terre-plein à haute vitesse Par Vincent Lambert Vendredi, 22 juin 2018
Un conducteur frappe un terre-plein à haute vitesse
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous