La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
Basta Communication decembre 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Alexis Bourque Bouliane Par Alexis Bourque Bouliane
abbouliane@estrieplus.com

Jeudi, 29 décembre 2011

L’itinérance au féminin


29 décembre 2011

 Imprimer   Envoyer 

Il ne fait aucun doute que le phénomène de l'itinérance a pris une ampleur considérable au cours des dernières années. Touchée par cette problématique, plus particulièrement celle des femmes itinérantes, Guylaine Cliche, une Sherbrookoise a décidé d'agir en se lançant dans la réalisation d'un court métrage.

Guylaine a été frappée de plein fouet par la réalité de l'itinéraire lors d'une visite à Montréal il y a quelques années. « J'ai été à Montréal avec mes trois enfants. J'ai vu un jeune homme, il était  couché par terre en convulsion dans son vomi.  C'était une journée de printemps, les terrasses débordaient sur la rue St-Denis et il y avait des centaines de personnes sur le trottoir, mais personne ne s'était arrêté pour aider ce jeune-là. J'ai été la seule à appeler l'ambulance. J'étais outrée que personne avant moi ne l'ait fait. Quand j'ai vu ce jeune homme étendu sur le trottoir, j'ai vu mes enfants, ça aurait pu être un de mes fils couchés là et les passants qui font comme si de rien n'était. Je me suis dit que je ne pouvais pas rien dire, j'avais le goût de faire en sorte que les gens cessent d'ignorer ces personnes », raconte Mme Cliche.

Malgré cet événement déclencheur dans lequel l'itinérant en cause était un jeune homme, c'est plutôt vers l'univers des femmes itinérantes que Mme Cliche s'est tournée pour son projet.

« Je suis moi-même une femme et j'ai connu la monoparentalité et pendant longtemps j'étais seule avec mes trois enfants, j'ai connu des difficultés financières majeures et heureusement, j'ai eu la chance d'avoir un entourage qui m'a soutenu. Cependant, plusieurs n'ont pas eu ma chance, il y a une augmentation du nombre de femmes dans la rue et même si on les voit moins, elles vivent souvent des situations plus différentes que les hommes. Il y a moins de refuges pour les femmes et celles qui doivent passer la nuit dehors sont plus vulnérables, elles sont souvent victimes de situations de violence dans les rues. Souvent ce sont des mères de familles qui ont perdu leur loyer parce qu'elles n'étaient plus capables de le payer et par la suite, elles ont perdu la garde de leurs enfants, parce qu'elles n'avaient plus d'endroit où les loger. Plusieurs sont atteintes de problèmes de santé mentale ou de toxicomanie, 90 % d'entre elles sont abandonnées par leur famille », explique Guylaine.

Qui est Guylaine Cliche?

Étudiante à temps plein à l'Université de Montréal, Guylaine Cliche y complète un baccalauréat disciplinaire, elle a notamment suivi des cours en lettres et langue française, en langues modernes en anglais. Elle donne également des conférences et des ateliers d'écriture depuis 2007. C'est toutefois la réalisation d'un cours d'art visuel qui lui a donné l'idée de réaliser un court métrage. « J'ai toujours été passionnée par l'écriture et la puissance des mots et l'été passé dans le cadre de mon bac multi, j'ai suivi un cours en arts visuels et j'ai été frappée par la puissance des images qui selon moi ont encore plus de puissance que les mots, j'ai donc décidé d'aller explorer ce monde ».

La femme en toi

C'est le titre que portera le court métrage réalisé par Mme Cliche et son équipe qui sera filmé à Montréal. « Bien que l'itinérance se vit partout au Québec et qu'on n'en soit pas à l'abri à Sherbrooke, Montréal est l'épicentre de cette crise », explique Mme Cliche.

Ce court métrage d'une durée mettra en vedette dix femmes itinérantes de la ville de Montréal qui seront recrutées dans les rues, dans les squats, au métro et auprès des refuges. Il sera tourné dans les deux langues, puisqu'il mettra en vedette des itinérantes anglophones et francophones. Plus qu'un tournage, ce projet se veut en quelque sorte également une forme d'aide communautaire. « Nous allons recruter 10 femmes qui vont passer la journée avec nous. Elles vont manger deux repas chauds, il y aura aussi des matelas pour qu'elles puissent dormir et elles pourront prendre une douche. J'aimerais aussi pouvoir leur faire rencontrer un médecin pour qu'il puisse évaluer leur état de santé et vérifier si elles n'auraient pas de besoins particuliers. En retour, je leur demande 15 minutes d'entrevue. Par la suite, chacune va repartir avec un sac à dos rempli d'articles, tels un sac de couchage, une lampe de poche, une brosse à dents, des serviettes sanitaires, etc. Pour moi, il est important de travailler dans la dignité avec ces femmes, aucune image ne sera tournée sans leur consentement. Je ne veux pas aller chercher l'image choc, je veux que la personne qui va passer la journée avec nous le fasse parce qu'elle en a envie. Je veux également continuer de m'impliquer auprès de ces personnes une fois la sortie du film », mentionne Mme Cliche.

Afin d'acquérir le matériel nécessaire à remettre aux femmes qui feront partie de son tournage, Guylaine a choisi un moyen plutôt original, soit celui de faire une collecte d'argent Canadian Tire. « Je ne suis pas un organisme à but non lucratif, je ne peux donc pas amasser d'argent et je ne veux pas non plus que les gens pensent que cet argent sera pour moi, je veux le faire d'une façon transparente », soutien la principale intéressée.

Jusqu'ici, elle a amassé suffisamment d'argent Canadian Tire pour équiper une femme itinérante et la collecte ne fait que débuter.

Le début du tournage du court métrage de Guylaine Cliche est prévu pour le mois de février et sa sortie est prévue pour le mois de septembre ou octobre prochain et bien qu'elle soit consciente que beaucoup de travail reste à faire pour permettre à toutes ces femmes d'avoir une vie meilleure, elle souhaite que son film réussisse à changer la manière de voir les itinérants. « Le but du film est de créer des liens entre les personnes qui témoignent et ceux qui regardent le film. Je veux que les gens puissent être capables de se reconnaître dans ces personnes, de les regarder comme si elles étaient leurs sœurs, leurs filles, leurs mères ».

Pour les personnes qui voudraient contribuer à la cause de Mme Cliche, il est possible de lui faire parvenir votre argent Canadian Tire à Guylaine Cliche, C.P. 40025, Sherbrooke, Québec, J1J 0A1. Chaque personne qui amassera 50 $ ou plus afin de soutenir le projet recevra gratuitement une copie du film lors de sa sortie.

http://www.facebook.com/#!/pages/La-Femme-en-Toi/262876970414728


Entrepôt Chaussures Prix 15 oct 2018
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
«Le Sapin a des boules» … à  Lennoxville!

«Le Sapin a des boules» … à Lennoxville!
Le Groupe BC2 s'installe à Magog

Le Groupe BC2 s'installe à Magog
NOS RECOMMANDATIONS
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!

Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!
Important incendie à Eastman

Important incendie à Eastman
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke decembre 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 décembre 2018
L’air du temps

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 19 décembre 2018
Les services adaptés : pour la réussite de tous et chacun

François Fouquet
Lundi, 17 décembre 2018
Le saumon et le dollar

Jacinthe Dubé 29 nov 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Important incendie à Eastman Par Vincent Lambert Lundi, 17 décembre 2018
Important incendie à Eastman
«Le Sapin a des boules» … à  Lennoxville! Par Cynthia Dubé Vendredi, 14 décembre 2018
«Le Sapin a des boules» … à Lennoxville!
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque Par Cynthia Dubé Mardi, 11 décembre 2018
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous