magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
12°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Les drapeaux de l'Hôtel de Ville de Sherbrooke seront mis en berne pour soutenir la population de la ville de Toronto.
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 23 décembre 2015

Yves Gilbert très déçu du projet de loi 86



 Imprimer   Envoyer 

D'entrée de jeu, Yves Gilbert, président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC), déplore, avec ses confrères de l'Estrie, que les commissaires seraient éliminés dès que le projet de loi 86 sera entériné par l'Assemblée nationale. Ils sont pourtant imputables de leurs décisions auprès de François Blais, ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, dont le parti est majoritairement libéral. « Pourquoi ne pas prendre la loi de l'instruction publique et l'adapter », pose comme question le président nouvellement élu ? Conscient, il sait que les élèves continueront malgré tout à user leur culotte sur les bancs de l'école.

En synthèse, ce projet législatif modifie celui sur l'instruction publique pour changer « l'organisation et la gouvernance des commissions scolaires (CS) en vue de rapprocher l'école des lieux de décision et d'assurer la présence des parents au sein de l'instance. » Le ministre souhaite « remplacer le conseil des commissaires par un conseil scolaire formé de parents, de membres du personnel de la commission scolaire et de gens de la communauté », lit-on dans les notes explicatives du projet. Toutefois, les territoires des commissions scolaires ne sont pas touchés.

Un des problèmes majeurs que souligne M. Gilbert porte sur la reddition de compte de ceux qui prendront la relève. Il craint que « chaque école essaiera de nommer des gens sur le comité de parents dont le personnel formera le grand comité. » Ce dernier sera composé de seize personnes dont cinq parents d'élèves de la commission scolaire, d'un parent d'enfant handicapé ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage, de six autres issues de la communauté, élues selon le cas, d'un enseignant choisi par ses pairs et de deux directeurs d'école. En attendant, M. Gilbert indique que le comité provisoire sera formé de 4 parents provenant de conseils de parent, de deux directeurs d'école, du directeur général de la commission scolaire et du directeur adjoint.
D
onnant, pour exemple, le cas hypothétique de ces établissements de petits villages, ce nouveau conseil pourrait être formé de trois personnes d'East Angus, deux de Lac-Mégantic et une autre de Coaticook. « Ces parents-là seront-ils imputables si l'école d'Audet ferme ? », faute d'élèves. « Il va arriver des situations cocasses », déplore-t-il.

« M. Blais a une marotte: les parents ne sont pas écoutés, ils sont plus ou moins au centre des décisions. Pourquoi bouleverser des structures ? C'est un brassage de structure pour rien », ajoute-t-il, déçu de ce projet de loi. Ça n'apporte rien dans le succès des élèves, prétend le président. Au contraire, selon lui, dans les milieux ruraux, il craint un manque d'équité, qui ferait que la répartition des ressources financières serait injustement redistribuée. « On nous fait croire que tout ce qui a été fait avant a été mal géré. Si la loi est adoptée le 1er avril, le 16, on est dehors, c'est un manque de respect, on est chassé cavalièrement », estime-t-il.

Après les fêtes, les présidents des CS vont présenter leur mémoire en commission parlementaire. « Ça crie de tout bord de tout côté, il y a trop de contradiction dans ce projet », prétend-il. Entre autres, M. Blais aurait le contrôle exclusif de la taxation. « Les taxes sont dans les mains du ministre, est-ce qu'on peut lui faire confiance sans lui prêter d'intention ? », lance-t-il sur un ton soupçonneux. Le pire selon lui, malgré ce que prétend le projet, « la population n'aura plus de tribune pour un contrepoids, ce sera pareil en éducation qu'en santé. » Concluant, il répète ce qu'il a avancé à plusieurs reprises: « On n'est pas là pour l'argent, on est là pour les élèves. »

Député Bolduc
Selon Ghislain Bolduc, député de Mégantic, ça va bien dans les discussions. Le projet de loi s'inscrit dans l'intérêt des élèves. Les économies de 20 M$ réalisées en 2016 et 80 M$ les années suivantes, en mettant fin au mandat des commissaires élus, permettraient l'embauche de 600 enseignants et spécialistes supplémentaires. Le gouvernement mise sur la réussite scolaire et la rétention des jeunes. Pour lui, les écoles seront plus autonomes, les projets éducatifs seront plus proches de la réalité et en fonction du besoin des élèves. L'organisme de participation des parents (OPP) et du conseil d'établissement (CET) vont travailler à renforcer le processus décisionnel de la commission scolaire à l'école.

Chaud partisan de l'équilibre budgétaire, M. Bolduc indique que son gouvernement est responsable en gérant efficacement les dépenses. Les structures organisationnelles des CS sont maintenues, le DG et son équipe vont avoir un mandat plus large, elles ne seront pas éliminées. « On veut rendre la loi plus participative, les parents seront plus sollicités, ce sera plus dynamique au sein de l'école, » indique-t-il. Selon lui, en permettant plus de flexibilité, on peut rejoindre plus facilement les enfants. Il souhaite que les établissements mettent les étudiants en stage. « La dimension pratique les ramène dans l'action », qu'il avance. M. Bolduc compte sur les échanges prochains entre le gouvernement et les présidents des CS pour trouver des compromis acceptables. Il prévoit quelque quatre rencontres entre les principaux intervenants avant l'adoption de la loi.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le petit roi et ses parents zombies!

Le petit roi et ses parents zombies!
De la musique classique jouée par 282 musiciens à Sherbrooke

De la musique classique jouée par 282 musiciens à Sherbrooke
NOS RECOMMANDATIONS
Le projet de taxi à prix réduit pour les jeunes se poursuivra

Le projet de taxi à prix réduit pour les jeunes se poursuivra
Nouveau pari à relever pour Orford Musique

Nouveau pari à relever pour Orford Musique
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza avril 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Travis Cormier
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur Par Cynthia Dubé Vendredi, 20 avril 2018
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 avril 2018
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS
Sherbrooke accueillera son premier Festibière Par Vincent Lambert Mardi, 17 avril 2018
Sherbrooke accueillera son premier Festibière
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous