RYTHME_RETOUR_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 11 avril
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
1077_MATIN_2103
CHRONIQUEURS /
Être LGBTQ+ en Estrie
Sarah Beaudoin Par Sarah Beaudoin

Mardi, 23 avril 2019

Franchir la barrière de l’âge dans les communautés LGBTQ+



 Imprimer   Envoyer 
Camille Allard a décidé de réaliser un projet sur les rapports intergénérationnels entre personnes LGBTQ+ en collaboration avec le GRIS Estrie et IRIS Estrie. (Photo Pixabay)

Plusieurs initiatives sherbrookoises et estriennes mériteraient d'être mises de l'avant et peuvent soulever de réelles préoccupations ou besoins de personnes LGBTQ+. Quand je pense à ce genre d'initiatives, je pense entres autres à l'initiative de Camille Allard, étudiante à la maîtrise en travail social à l'Université de Sherbrooke.

Camille a décidé de réaliser un projet sur les rapports intergénérationnels entre personnes LGBTQ+ en collaboration avec le GRIS Estrie et IRIS Estrie. Ce projet provient d'une envie très personnelle d'approfondir des questionnements qu'elle avait sur les impacts possibles de vivre sa réalité LGBTQ+ durant des périodes où les personnes LGBTQ+ n'étaient pas autant acceptées socialement et d'une envie de se démarquer par l'originalité de son sujet de thèse. Elle a également confié ne pas avoir eu la chance de pouvoir partager son propre vécu avec des personnes d'une autre génération faisant partie des communautés LGBTQ+. Elle considère que cela aurait été bénéfique. Elle croit que discuter de telles réalités avec des personnes d'autres générations pourrait lui permettre d'apprendre de leur expérience de vie et de leur sagesse qui en découle.

Bien qu'elle soit encore au stade d'évaluation des données récoltées par les groupes d'études qu'elle a formé, Camille affirme que les rencontres ont été très positives et ont permis la création de liens, très souvent insoupçonnés au départ, entre les personnes qui composaient le groupe et qui avaient été sélectionnées de façon assez aléatoire. Ces deux groupes se sont rencontrés officiellement à trois reprises et étaient formés de personnes LGBTQ+ assez diversifiées par leur orientation sexuelle et/ou identité de genres, ainsi que de leur âge qui pouvait varier du début vingtaine à presque 70 ans.

Camille pouvait observer les différences frappantes mises de l'avant lors de la rencontre entre des personnes LGBTQ+ de différentes générations, tout particulièrement en ce qui concerne l'utilisation de termes LGBTQ+ actuels comme personne non-binaire* et transidentité*. Elle observait toutefois également les ressemblances lorsqu'il s'agissait de parler de sujets comme le coming out. Même si le phénomène de coming out est mieux accepté socialement qu'à l'époque, il peut être vécu de façon très similaire, à travers les générations, au niveau personnel.

Elle trouve difficile, dans un contexte de vie habituel, de créer un contexte dans lequel des personnes LGBTQ+ de différentes générations puissent se rencontrer. Elle aimerait que de telles occasion soient créées par la création d'un jumelage intergénérationnel, par exemple. Après tout, selon les observations qu'elle a recueillies jusqu'à maintenant, bien plus de ressemblances que de différences unissent les personnes LGBTQ+, peu importe leur âge et, de toute façon, ces dernières pourraient tout simplement aider les personnes LGBTQ+ d'une autre génération à voir sa propre réalité dans un autre perspective.

*Prendre note que les réalités non-binaires et la transidentité ont toujours existé, mais que nous parlons ici de l'existence du terme, du mot.

Sarah Beaudoin
Présidente chez Sarah Beaudoin- Conseillère en communications

 


Écoloboutique avril 21
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Bilan COVID-19 du 10 avril

Bilan COVID-19 du 10 avril
Corona : comment le coronavirus affecte-t-il les paris sportifs au Canada ?

Corona : comment le coronavirus affecte-t-il les paris sportifs au Canada ?
Café William Spartivento 2103
NOS RECOMMANDATIONS
Les pissous de François Legault

Les pissous de François Legault
Retour du festival gourmand Sherbrooke t’en bouche un coin

Retour du festival gourmand Sherbrooke t’en bouche un coin
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Café William Spartivento 2103
 
Yves Nantel
Samedi, 10 avril 2021
LES 3 R, TU APPLIQUERAS

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 8 avril 2021
Notre histoire en archives : Derrière le rideau du photomaton

Daniel Nadeau
Mercredi, 7 avril 2021
Les pissous de François Legault

François Fouquet
Mardi, 6 avril 2021
Le printemps, Vivaldi et les refrains

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Bilan COVID-19 du 8 avril Par Maxime Grondin Jeudi, 8 avril 2021
Bilan COVID-19 du 8 avril
COVID-19 : un «wake-up call» de François Legault Par Maxime Grondin Vendredi, 9 avril 2021
COVID-19 : un «wake-up call» de François Legault
Bilan COVID-19 du 9 avril Par Maxime Grondin Vendredi, 9 avril 2021
Bilan COVID-19 du 9 avril
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut