magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 

Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 24 septembre 2014

RurART à la ferme La Généreuse



 Imprimer   Envoyer 

Les arts compatibles avec la réalité rurale? C'est le défi qu'a relevé Amélie Lemay-Choquette lors de la présentation « in situ de cinq artistes et deux artisans de différentes disciplines sur la ferme biologique La Généreuse dans le cadre d'une résidence artistique en milieu rural », qui  décrivait ainsi sa prestation.

Plus d'une centaine de personnes ont participé au pèlerinage qui ouvrait la voie à des dimensions qui élevaient l'esprit.

Elle a su réunir de talentueux jeunes qui provenaient de la Colombie-Britannique, de la France et du Québec. Pour sa 4e édition présentée sous le thème «La Matière», l'initiatrice du projet a invité Greg Selinger, bboy, collectif Body Slam, Laura Eavery, danseuse, Mathieu Lippé, slameur et conteur, Charles Van Goidtsen Hoven, violoniste, Ronald Duhaime, flûtiste, France Dosogne, chapelière, Lauryna Grandbois, ébéniste, Éléonare Paysant, stagiaire, Gélimar Sanchez.

Amélie a choisi de présenter l'évènement dans un environnement naturel en lien avec l'agriculture. Débutée dans les grands jardins par une chorégraphie de Greg, tout en puissance contrôlée, la danse réunissait dans une gestuelle hautement symbolique la plantule, le sol et l'humain attentif à tirer de son univers une nourriture qu'il souhaite saine et abondante. Plongée dans l'étang, elle faisait voler les gouttelettes, témoignant de l'influence des pluies que la Mère distribue, sur les récoltes. La vitre, vierge pour l'heure, laissait présager une frontière entre l'humanité et la spiritualité, frontière à découvrir au fur et à mesure de la prestation.

Concert de flûte indienne, chorégraphies-fusion, percutant heurt quand tout va trop vite et que le recul est la voie de sortie, tels étaient quelques-uns des tableaux présentés à la lumière d'un soleil couchant filtrant à travers l'érablière.

Et une station spéciale pour écouter Mathieu Lippé livrer son monologue construit d'arbres « au bouleau ». Plus loin, sur le trajet, il s'est permis un conte fabuleux sur les aléas de l'oiseau médiateur entre l'éther et la terre, la corneille. Sous les pommiers, accueillis par un xylophone en cristal, les promeneurs ont pu « jaser un bon bout de temps » avec la jeune Lauryna qui a réalisé des travaux de marqueterie du plus bel effet.

Et en conclusion, ce moment où toutes les significations, tous les sens fusionnent dans un éclair de compréhension de la démarche artistique, Amélie a repris la chorégraphique initiée par Greg pour la transposer, en des gestes fluides, en un tableau en jaune et blanc, vitrail aérien de lumière.

Bien que la préparation du thème fut plutôt courte, Amélie a aimé se mettre en mode découverte avec les artistes arrivés l'avant-veille. « Ils se sont rapidement enracinés dans le sujet et le peaufiner s'est bien passé », a-t-elle commenté. « Je voulais rendre le lien de l'art avec la ruralité, l'agriculture, les artistes et les artisans. » Comme les agriculteurs qui travaillent avec l'environnement, elle souhaitait que leur prestation aille dans le même sens et non comme étant une dimension aléatoire à la manière de la nature. « RurART se veut un évènement où l'art sort des zones urbaines pour gagner les milieux ruraux », a conclu Mme Lemay-Choquette.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
La plus grande richesse du Québec

La plus grande richesse du Québec
Perquisition pour vente de stupéfiants à des mineurs

Perquisition pour vente de stupéfiants à des mineurs
NOS RECOMMANDATIONS
Les élèves de Montcalm présentent leur revue musicale originale

Les élèves de Montcalm présentent leur revue musicale originale
Da Vinci mis de l’avant au Festival Orford Musique

Da Vinci mis de l’avant au Festival Orford Musique
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
 
François Fouquet
Lundi, 22 avril 2019
Revenir à la base

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 19 avril 2019
Voici une façon de « tricher » santé

Sarah Jitten
Jeudi, 18 avril 2019
Tendance barrettes!

William Lafleur
Mercredi, 17 avril 2019
Qu’est-ce que ça prend pour avoir des résultats?

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 avril 2019
La plus grande richesse du Québec

Johanne Brien
Mardi, 16 avril 2019
Prends soin de toi …

Valcourt 2030 – innover collectivement Dimanche, 14 avril 2019
Valcourt 2030 – innover collectivement
Da Vinci mis de l’avant au Festival Orford Musique Par Cynthia Dubé Mercredi, 17 avril 2019
Da Vinci mis de l’avant au Festival Orford Musique
Voici une façon de « tricher » santé Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 19 avril 2019
Voici une façon de « tricher » santé
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous