magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  STS: Une carte rechargeable maintenant disponible
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS / Juridique
Me Michel Joncas Par Me Michel Joncas

Jeudi, 29 juin 2017

Clause de non-concurrence et de non-sollicitation



 Imprimer   Envoyer 
Il y a quelques années déjà, la Cour suprême du Canada a eu à se prononcer sur une clause de non-concurrence et de non-sollicitation (Payette c. Guay inc., 2013, 3 R.C.S. 95).

Il y a quelques années déjà, la Cour suprême du Canada a eu à se prononcer sur une clause de non-concurrence et de non-sollicitation (Payette c. Guay inc., 2013, 3 R.C.S. 95).

Les faits sont les suivants : un très important locateur de grues Guay inc. a acheté un concurrent Groupe Fortier pour la somme de 26 millions de dollars, dont 14 millions ont été payés comptant. Le contrat stipulait également que Payette et son associé travailleraient pour Guay inc. durant une période de six (6) mois. Par la suite, les parties devaient convenir d'une nouvelle entente de travail. Le contrat contenait à la fois une clause de non-concurrence et de non-sollicitation d'une durée de cinq (5) ans pour toute la province de Québec. Elle interdisait au vendeur, entre autres:

De détenir, exploiter ou posséder, en totalité ou en partie, directement ou indirectement et à quelque titre ou fonction que ce soit, ou de toute autre manière, aucune entreprise agissant dans le domaine de localisation de grues [...] (10.1)

Et

De solliciter pour son compte ou pour le compte d'autrui, faire affaires ou tenter de faire affaires, à quelque endroit que ce soit, en tout ou en partie, directement ou indirectement et de quelque façon que ce soit, avec aucun des clients de l'Entreprise et de l'Acheteur [...](10.2).

Après les six mois, Payette et son associé ont convenu d'un contrat de travail à durée déterminée. À la fin de la période prévue, le contrat a été reconduit pour une période indéterminée.

Une année plus tard, Guay inc. a congédié Payette et son associé sans motif sérieux. Suite à ce congédiement, Guay inc. a versé à Payette 150 000$ et à son associé une indemnité pour leur départ. Lors de son départ, Payette a demandé à Guay inc. s'il avait des objections à ce qu'il accepte un emploi dans une société qui n'était pas impliquée dans le domaine de localisation de grues. Guay inc. ne s'y opposait pas.

Quelques mois plus tard, Payette a débuté un nouvel emploi auprès d'une entreprise de grues, concurrente à celle de Guay inc., contrairement à ce qu'il avait déclaré.

Un mois plus tard, Guay inc. a déposé une demande d'injonction interlocutoire pour que Payette cesse ses nouvelles activités.

Lors de l'audition devant la Cour supérieure, le juge a rejeté la demande d'injonction. Pour le juge, la période de non-sollicitation et de non-concurrence commençait au jour du congédiement. Selon le juge, Guay inc. ne pouvait invoquer l'article 2095 C.c.Q. puisqu'elle avait congédié Payette sans motif sérieux. Au surplus, la clause territoriale ne pouvait s'appliquer puisque, selon le juge, le territoire était trop large. Il a donc considéré la clause de non-concurrence illégale, car sa portée dépassait le territoire vendu. Il a jugé également illégale la clause de non-sollicitation.

Qu'en est-il pour la Cour suprême? A-t-elle appliqué l'article 2095 du Code civil du Québec (C.c.Q.) ?

Celui-ci stipule :

L'employeur ne peut se prévaloir d'une stipulation de non-concurrence, s'il a résilié le contrat sans motif sérieux ou s'il a lui-même donné au salarié un tel motif de résiliation.

Rendant la décision au nom des sept juges de la Cour suprême du Canada qui ont entendu cette affaire, le juge Wagner a établi que les règles visées par l'article 2095 C.c.Q. ne s'appliquaient pas lorsqu'il s'agissait d'un contrat de travail qui se rattachait à un contrat de vente d'actifs comme pour le présent dossier. En effet, les parties qui prévoient ce genre de contrat ont une plus grande liberté de contracter que celles qui négocient un contrat de travail où il peut exister un déséquilibre entre l'employeur et l'employé.

Au plaisir,

Me Michel Joncas
Fontaine Panneton Harrisson Bourassa & Associés


Fondation Queb Cancer avril 20
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Succession: Accepter ou renoncer?

Succession: Accepter ou renoncer?
Hyundai Sherbrooke avril20 ventes
NOS RECOMMANDATIONS
Une offre irrésistible d'Orford Musique

Une offre irrésistible d'Orford Musique
La pandémie: une occasion de réformer notre système économique?

La pandémie: une occasion de réformer notre système économique?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique mai20
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sport Trans Action mai 20 vélo
 
JD Mars 2020
Vos consignés pour la Fondation Rock-Guertin Vendredi, 22 mai 2020
Vos consignés pour la Fondation Rock-Guertin
Je suis Montréal Par Daniel Nadeau Mercredi, 20 mai 2020
Je suis Montréal
La Réserve Naturelle du parc du Mont-Bellevue sera réalité en 2022 Mercredi, 20 mai 2020
La Réserve Naturelle du parc du Mont-Bellevue sera réalité en 2022
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous