magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 

Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
MRC ESTRIE / Memphrémagog
Jeudi, 17 avril 2014

Michel Breton se retire de la politique active



 Imprimer   Envoyer 

Le candidat péquiste Michel Breton se retire de la politique active et choisit d'orienter sa nouvelle carrière professionnelle dans le secteur des communications électroniques et écrites.

C'est ce qu'il a affirmé par voie de communiqué mercredi.

Les résultats de l'élection 2014 dans Orford ne sont pas une surprise pour plusieurs d'entre nous : le changement de la carte électorale effectué en 2012 va continuer à avoir un impact sur l'économie locale pour au moins une décennie. Ce constat provient de mon passage à la présidence de la Table de développement social Memphrémagog qui a identifié cette problématique au début de la décennie : grâce aux excellentes données statistiques et démographiques compilées par l'Observatoire estrien du développement des communautés (OEDC), il est ressorti que l'enjeu primordial et le défi économique dans la MRC, c'était le renouvellement des générations.

« Il est difficile pour un politicien comme moi de traiter de démographie et de distorsion démocratique sans éveiller chez certains une perception de mauvaise réaction teintée de reproches et d'amertume; mais la réalité démographique de la MRC Memphrémagog demeure et doit demeurer une préoccupation de nos décideurs et élus politiques », explique Michel Breton.

Comme les « bons docteurs » sont à la mode, je vais tenter d'effectuer une autopsie de la dernière campagne dans Orford sous l'angle du profil de l'électorat. L'effet indéniable du POUVOIR GRIS s'est exprimé à nouveau en 2014 comme il s'était manifesté à l'élection du 4 septembre 2012. Allons-y pour les chiffres.

D'une élection à l'autre, la MRC a accueilli 752 nouveaux électeurs, une croissance d'environ 500 personnes annuellement qui assure tout de même un certain optimisme sur le plan démographique : nous ne connaissons pas le déclin que vivent certaines régions du Québec. Cela fait partie de nos attributs naturels reconnus pour la qualité de vie dans nos communautés.

Cependant, la moyenne d'âge de l'électorat dans Orford est de 53,1 ans, soit trois ans de plus que la moyenne du Québec. Environ 50% d'entre eux (plus exactement 20,330) ont atteint l'âge de la pré-retraite ou de la retraite et sont davantage préoccupés par les besoins en santé que la création d'emplois. En soi, il n'y a rien d'anormal là; on a tous des besoins plus prioritaires les uns que les autres et notre bien-être nous guide dans nos choix de société.

Sur le plan de la collectivité par contre cela peut créer de la distorsion dans les priorités économiques d'une communauté ou d'une région; d'un point de vue sociologique, on appelle cela, la menace d'une dévitalisation. « C'est ce que nous vivons malheureusement à l'échelle de la MRC depuis une décennie », ajoute Michel Breton. La dévitalisation, c'est comme le cancer : c'est sournois et les maux qui en découlent sont coûteux pour l'ensemble de la société (pertes d'emploi, tension dans le milieu familial, accentuation des divorces, accroissement de la criminalité, augmentation de la misère humaine, pression sur les banques alimentaires et les services de soutien à la solidarité).

Dans le segment des familles (25-45 ans), la réalité quotidienne et les priorités sont tout autres. Dans Orford, on dénombre en 2014 seulement 25% de l'électorat (soit 9,950) pour mettre de l'avant leurs priorités collectives (diminution de la charge fiscale, amélioration du soutien à l'emploi, services de garderie, qualité de l'éducation publique, soutien de transition à l'emploi, offre de transport collectif, diminution du prix de l'essence). Le poids démographique des 25-45 ans est si faible que leur impact électoral passe sous le radar : ils ne votent pas ou votent peu parce qu'ils ne sont pas entendus par les politiciens. Ils se découragent, se démobilisent et se sentent isolés collectivement.

Pour compléter l'analyse démographique, on retrouve le segment des désillusionnés : les jeunes (18-24 ans) et les moins jeunes (45-54 ans) qui complètent le dernier 25% de l'électorat. Ils ont perdu confiance dans les institutions et sont désillusionnés. Leur participation électorale et à la démocratie est directement proportionnelle aux enjeux qui les touchent de très près : souvent, leur vote pour un parti politique évolue d'une élection à l'autre selon la perception qu'ils ont de la réponse à leurs intérêts du moment.

Retour sur les élections 2014

Sur le plan de l'analyse des résultats, la conclusion est facile à tirer; dès le vote par anticipation, les dés étaient jetés. Ce qu'il faut savoir, c'est que 80% des votes en CHSLD ou au domicile de l'électeur, 65% des votes en résidence  de personnes âgées et 52% des votes dans les bureaux de votes par anticipation ont été crédités aux libéraux de Pierre Reid. Sur les 13 068 obtenus au final, déjà 4,561 voix (35%) provenaient des différentes possibilités de voter par anticipation qui représentaient 21,7% des électeurs inscrits. Seul un taux de participation élevé de l'électorat permettait d'espérer renverser la situation; malheureusement, ce ne fut pas le cas à l'échelle du Québec mais pour Orford on a obtenu tout de même un taux décent de 72,8% comparativement à 78,1% en 2012. Il aurait fallu additionner ensemble les résultats de la CAQ et du PQ pour espérer surpasser les Libéraux. Le rattrapage était devenu impossible car selon les sondeurs, près de 65% des électeurs du PLQ ont 55 ans et plus.

Le vote à Magog en 2014 est comparable au reste des communautés environnantes; en soi, c'est une bonne nouvelle qui reflète les efforts que nous avons mis pour sensibiliser les magogois à l'importance de participer à leur démocratie. Cela peut s'expliquer par le fait que le vote par anticipation a été plus faible dans les communautés environnantes probablement à cause de la tempête de neige du dimanche 30 mars et que les sondages donnaient les libéraux victorieux comparativement à la fin de la campagne 2012; dans les faits, l'affluence du lundi 31 mars s'est traduite à un niveau moindre, 2e jour du vote par anticipation.

Compte tenu de ces résultats électoraux récurrents sur le plan local et du contexte démographique que je vous ai décri au niveau de la MRC suite à la redéfinition de la carte électorale, j'ai décidé de me retirer de la politique active. « Le cœur n'y est plus même si les convictions sont encore profondes sur la nécessité de procéder à une réforme de notre fiscalité, à une amélioration du mode de scrutin et à des réformes de notre système parlementaire », admet Michel Breton.

« J'aurais aimé mettre mon expertise et mon expérience du développement des affaires au service de ma communauté mais le message n'a pas passé », ajoute Michel Breton. Trop peu de gens sont intéressés à la relance de l'économie locale et à la création d'emplois. « J'ai le sentiment profond qu'il y a urgence mais la campagne de peur orchestrée par les libéraux et Pierre Reid a fait ses ravages. La population et le pouvoir gris de la MRC en ont décidé autrement », conclut Michel Breton.

Source : Patricia Tremblay, attachée de presse


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Implantation d’un plan d’état d’urgence pour le Service de police de Sherbrooke

Implantation d’un plan d’état d’urgence pour le Service de police de Sherbrooke
1000 $ aux voyageurs : « définitivement pas l’objectif qu’on avait »

1000 $ aux voyageurs : « définitivement pas l’objectif qu’on avait »
NOS RECOMMANDATIONS
Accident sur l’autoroute 10 : un enfant perd la vie

Accident sur l’autoroute 10 : un enfant perd la vie
Le mot en K et la force centripète

Le mot en K et la force centripète
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Me Catherine Chouinard
Dimanche, 24 janvier 2021
Un chalet à plusieurs : rêve ou cauchemar?

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 janvier 2021
La vieille âme

François Fouquet
Lundi, 18 janvier 2021
Le mot en K et la force centripète

Mordus de l’hiver : une variante numérique pour cette année Par Maxime Grondin Lundi, 18 janvier 2021
Mordus de l’hiver : une variante numérique pour cette année
Accident route 147 : la Sûreté du Québec recherche le véhicule qui serait responsable de la collision Par Daniel Campeau Lundi, 18 janvier 2021
Accident route 147 : la Sûreté du Québec recherche le véhicule qui serait responsable de la collision
Lancement du Défi Château de neige en Estrie Par Megan Foy Mardi, 19 janvier 2021
Lancement du Défi Château de neige en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous