magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
2°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe en Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Radioactif Forfait Internet mai 2018
OPINIONS / Opinions
Laura Basque Par Laura Basque

Mardi, 14 novembre 2017

Le combat des librairies indépendantes



 Imprimer   Envoyer 
Les grosses compagnies jouissent d’un avantage que n’ont pas les plus petites : leur survie ne dépend pas de leur vente de livres.

Dans un cours sur l'étude de la culture, nous avons discuté abondamment de la librairie indépendante et de ses enjeux.
Il y a quelques années, on aurait dit du milieu de la librairie indépendante qu'il était faiblissant et voué à s'éteindre. Effectivement, les ventes des indépendants étaient en chute libre. Elles prenaient de moins en moins de place dans le marché de la vente de livres au Québec.

Cependant, depuis deux ans, ces ventes ne cessent d'augmenter. Par rapport à 2015, les ventes de livres neufs ont augmenté de 3,5 % dans les librairies indépendantes (comme Biblairie GGC), mais ont diminué de 2 % chez les librairies à succursales (comme Renaud-Bray) et ont baissé de 6,7 % pour les magasins de grandes surfaces (comme Costco). Le combat mené contre les grosses compagnies déguisées en librairies aura porté fruit : leur déconfiture n'est que positive.

Les grosses compagnies jouissent d'un avantage que n'ont pas les plus petites : leur survie ne dépend pas de leur vente de livres. Oui, une perte de part de marché leur fait mal, mais ne les tue pas : les succursales de Renaud-Bray, par exemple, vivent aussi de la vente d'autres objets, comme des jouets et des crayons, des peluches et des carnets, des « porte-bonheur » et des articles de cuisine. Cependant, les librairies indépendantes ne peuvent pas vivre de trop importantes baisses dans leurs ventes, puisqu'elles sont principalement responsables de leur survie.

Si on doit favoriser la librairie indépendante aux achats de livres chez Costco, c'est surtout pour la diversité. Les grosses compagnies, qui d'ailleurs vendent à des prix impossibles à compétitionner pour les librairies indépendantes (en ne faisant quelques fois aucun profit), ne vendent que des livres grand public. Ce qui veut dire que les artistes émergents n'ont pas de place sur les étalages et, ainsi, n'émergent pas. Ce qui veut aussi dire que les styles moins populaires, comme la poésie et le recueil de nouvelles, n'auront pas la chance d'être parmi les livres disponibles.

Si on doit favoriser les librairies indépendantes aux librairies à succursales, c'est parce que celles-ci disposent d'un grand pouvoir envers le milieu littéraire, qui n'est pas toujours utilisé à bon escient. Je pense notamment à la fois où Renaud-Bray a mis en vente le tout dernier tome du Journal d'un dégonflé avant la date de lancement officielle au Québec, créant une compétition déloyale envers les autres libraires, qui ont attendu. Il y a aussi eu cette querelle entre Philippe Béha et Renaud-Bray, lorsque ce premier a reproché au deuxième de ne pas privilégier les livres jeunesses québécois. Par la suite, Renaud-Bray a retourné à l'éditeur tous les livres illustrés par Béha. Un peu de difficultés à prendre la critique.

Mais surtout, si on doit acheter chez notre libraire du quartier, c'est principalement pour leur expertise. Les libraires connaissent bien le domaine de la littérature. Demandez-leur conseil et vous serez impressionnés par les découvertes que vous ferez.


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Distraction au volant : principale cause de collisions

Distraction au volant : principale cause de collisions
Le hockey, de père en fils

Le hockey, de père en fils
NOS RECOMMANDATIONS
Le plus gros événement de hockey-balle en ville

Le plus gros événement de hockey-balle en ville
De la recherche financée par des professeurs

De la recherche financée par des professeurs
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
magasingeneral.com
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 septembre 2018
Voter autrement pour gouverner autrement…

François Fouquet
Lundi, 17 septembre 2018
Jacques Rougeau et les élections…

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Ils volent et prennent la fuite Par Vincent Lambert Mercredi, 19 septembre 2018
Ils volent et prennent la fuite
La culture, sous toutes ses formes Par Cynthia Dubé Vendredi, 21 septembre 2018
La culture, sous toutes ses formes
Le hockey, de père en fils Par Vincent Lambert Jeudi, 20 septembre 2018
Le hockey, de père en fils
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous