Musée_nature_science_super_ban
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 14 janvier 2022
 
ACTUALITÉS
Actualité
En bref
En Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Ça se passe chez nous
Santé et Beauté
Famille
Avis publics
Blogue
CHRONIQUEURS / Environnement
Yves Nantel Par Yves Nantel

Vendredi, 3 décembre 2021

La Solution: quatre voies s'affrontent



 Imprimer   Envoyer 

Le réchauffement du climat est une évidence. Les manifestations de plus en plus extrêmes de celui-ci nous le prouvent et nous inquiètent. Nous ne sommes pas encore à la panique mais ... 

Devant cette situation, quatre grands courants de pensée nous interrogent : celui qui affirme que c'est normal et qu'on n'y peut rien, celui qui croit que nous pouvons changer la situation tout en maintenant nos modes de vie intacts, celui qui nous avertit que nous devons abandonner notre objectif de croissance sans fin et celui qui nous annonce l'effondrement de la société.

Nous n'y pouvons rien 

Il y a des gens, quelques scientifiques y inclus, qui croient que les phénomènes climatiques que nous connaissons sont dans l'ordre des choses, qu'ils font partie des cycles naturels de l'évolution de notre planète. Ils affirment qu'elle a déjà connu des périodes semblables à celle d'aujourd'hui. Donc pas de panique.

S'ils reconnaissent le réchauffement, ils argumentent que notre mode de développement n'y est pour rien. De ce raisonnement, ils concluent qu'il ne nous reste plus qu'à nous y préparer et à s'y adapter. Le réchauffement étant inévitable ils jugent donc farfelues, inutiles la mobilisation actuelle de la communauté internationale et ses stratégies pour renverser la situation.

Ces gens, qualifiés de climato-sceptiques, sont davantage de la mouvance conservatrice. Tout en invoquant les nouvelles technologies, ils prônent le maintien des structures économiques actuelles ainsi que nos modes de vie. 

Rétablir le climat par une économie verte

La très grande majorité des pays et des scientifiques reconnaissent le phénomène du réchauffement démesuré du climat. Ils adhèrent à l'analyse démontrant que notre système économique n'a pas su anticiper les conséquences de l'utilisation des énergies fossiles à savoir la libération du CO2 enfoui dans le sol depuis des millénaires. Pas plus qu'il n'a su empêcher les émissions de méthane et quelques autres gaz qui, avec le CO2, constituent le cocktail des GES. 

C'est sous le chapeau de l'ONU, et au nom du développement durable que d'aucuns appellent économie verte, que les pays cheminent de COP en COP. La position centrale adoptée en 2015 (Accord de Paris) est à l'effet qu'il est encore temps de réagir afin de maintenir l'augmentation du réchauffement à +2 ℃ d'ici 2050, idéalement à 1,5 ℃. Mais l'on ne s'entend pas sur les moyens d'y arriver. Chaque pays défend ses intérêts : on l'a vu à Glasgow en novembre dernier. 

Au rythme des manifestations extrêmes du réchauffement, le consensus sur la carboneutralité en 2050 se raffermit. Non seulement les pays mais aussi de grandes entreprises émettrices de GES et de grands investisseurs internationaux mettent des freins à l'exploitation des hydrocarbures. Des scientifiques explorent de nouvelles technologies de réduction des GES. Même si l'étau semble se resserrer sur ces derniers les engagements des pays sont nettement insuffisants. 

Ces pays, sous l'égide de l'ONU, cheminent sans remettre en cause les structures économiques actuelles et son moteur, la Croissance.

La décroissance comme nécessité 

Il y a ceux qui, devant la dégradation de la situation actuelle, croient qu'il faut remettre en cause la prémisse de la CROISSANCE comme facteur de développement économique. Au contraire, ils affirment que c'est sa poursuite qui a entraîné le chaos climatique actuel.

À l'échelle du globe, nous excédons déjà les capacités de notre mère nourricière, la Terre, en utilisant plus de ressources qu'elle ne peut nous assurer. Si tous les pays consommaient comme nous Canadiens nous aurions besoin de 4,8 planètes Terre. L'objectif de cumuler la croissance chaque année est une aberration, disent-ils.

Cette façon de voir considère que nous devons déjà planifier la décroissance sinon nous y serons plongés en ordre dispersé et ce sera le sauve qui peut à l'échelle du globe. Que sans remettre en cause la croissance, la réflexion et les solutions actuelles sont vouées à l'échec. Qu'il faut repenser complètement nos modes de production et de consommation. 

Nous préparons notre effondrement civilisationnel 

Une quatrième position nous avertit que nous posons actuellement les jalons de l'effondrement de notre civilisation. 

Ce sera l'imbrication de trois crises majeures : la crise sociale caractérisée par le maintien des inégalités sociales et la croissance de la population, la crise économique confrontée à l'extinction des ressources non renouvelables et aux migrations économiques et la crise environnementale caractérisée par le réchauffement du climat et la perte de biodiversité. Ces crises s'aiguisent chaque jour, disent-ils. 

Facteur aggravant, les luttes de pouvoir entre les superpuissances empêchent la nécessaire cohésion pour affronter l'effondrement. L'ajout de la résurgence inévitable de quelques virus mortels et ce sera le chaos total, l'effondrement de notre civilisation. Il faut s'y préparer tout de suite. Il faut changer de paradigme, c'est urgent, ajoutent-ils.

Prendre le taureau par les cornes

À part la position climato-sceptique, nous sommes obligés de constater qu'il faut se retrousser les manches. Les analyses scientifiques convergent à l'effet que la situation est plus grave que prévue, que tout peut basculer rapidement. Nous sommes déjà dans l'obligation de mesures d'adaptation au climat en plus de la nécessité d'abandonner les énergies fossiles. Peut-on croire encore en une économie même verte ? 

Il faut bien reconnaître que la croissance infinie n'est pas possible sur une planète à ressources limitées et qu'il faut se résoudre à vivre en tenant compte des capacités réelles de celle-ci. 

Il faut aussi considérer que l'histoire nous apprend que l'effondrement est bien plausible et qu'une fois enclenchée la cascade d'événements nous y entraînant, il sera impossible de l'arrêter. 

Les tergiversations de la part des pays nous empêchant de limiter le réchauffement climatique à 1,5 ℃ confortent, chaque année davantage, les postions des adeptes de la décroissance et même celles de l'effondrement. 

L'espoir passe par les mesures radicales et immédiates.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
La plus grande avancée scientifique de 2021 au Québec sera peut-être Sherbrookoise!

La plus grande avancée scientifique de 2021 au Québec sera peut-être Sherbrookoise!
Quatre échanges pour le Phœnix

Quatre échanges pour le Phœnix
Musée_nature_science_centrale
NOS RECOMMANDATIONS
Incendie d’origine suspecte

Incendie d’origine suspecte
Les petits empereurs

Les petits empereurs
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Musée_nature_science_bigbox
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 12 janvier 2022
Les petits empereurs

François Fouquet
Lundi, 10 janvier 2022
On ne sait pas trop comment faire

4 hommes arrêtés, une Cadillac et une BMW saisies Par Daniel Campeau Mercredi, 12 janvier 2022
4 hommes arrêtés, une Cadillac et une BMW saisies
3 voleurs recherchés Par Daniel Campeau Mercredi, 12 janvier 2022
3 voleurs recherchés
La plus grande avancée scientifique de 2021 au Québec sera peut-être Sherbrookoise! Par Daniel Campeau Mercredi, 12 janvier 2022
La plus grande avancée scientifique de 2021 au Québec sera peut-être Sherbrookoise!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut