SSRI_OCT_2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
COOPERATIVE FUNERAIRE SEPT 21
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 2 juin 2021

La fin du commencement



 Imprimer   Envoyer 

De nombreux chroniqueurs ont rappelé les propos prononcés par Winston Churchill le 10 novembre 1942 à la suite de la bataille d'El Alamein pour marquer le début au Québec du grand déconfinement. Churchill, avec la dégaine qu'on lui connaît, avait déclaré : « Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais, c'est peut-être la fin du commencement. » Cela décrit bien l'état d'esprit, le Zeitgeist, qui habite notre époque en lien avec la pandémie qui nous a englués dans la déprime depuis mars 2020. Le gouvernement Legault a fait son lit et il a donné son aval à la reprise de nos activités afin d'atteindre une certaine normalité, mais non sans nous avertir qu'une quatrième vague est toujours possible. Le point sur une époque bouleversée et bouleversante...

Le déconfinement

On pouvait voir la joie dans les reportages de milliers de Québécoises et de Québécois qui pouvaient à nouveau voir des amis dans leur cour ou être attablés à une terrasse de restaurant. Dès le premier jour, nous étions nombreux à célébrer nos retrouvailles avec une certaine liberté. Cela se poursuivra au cours des prochaines semaines avec la reprise des activités sportives, la réouverture des restaurants, des gyms et tutti quanti. Pour les voyages à l'étranger, il faudra encore attendre. Le gouvernement de Justin Trudeau avait été lent à fermer la frontière au début de la pandémie, il semble être aussi lent à la rouvrir. Mais au moins, l'une des mesures les plus liberticides, l'imposition d'un couvre-feu, est abolie.

Parallèlement, les autorités de santé publique préviennent qu'il est important de respecter l'ordre de marche du déconfinement, car nous ne sommes pas à l'abri d'une recrudescence de ce foutu virus de la Covid-19, personnifié aujourd'hui par le variant indien, qui pourrait nous replonger dans nos cauchemars d'hier. Décidément, les tenailles de l'idéologie sanitaire ne disparaitront pas de sitôt. Il est pourtant une vérité que nous devrions comprendre, la vie n'est pas sans risque et l'un de ceux avec lequel nous devrons apprendre à vivre c'est la présence de ce virus, que l'on sait mortel, dans nos vies à partir de maintenant. La pandémie va devenir une endémie et nous devons nous habituer à sa présence en limitant les risques de contagion.

D'une pandémie à une endémie...

Il faut faire appel au dictionnaire pour bien comprendre la différence entre pandémie et endémie. Un état endémique c'est une maladie qui sévit en permanence dans une population. Par exemple, le paludisme est l'une des grandes endémies des continents africain et asiatique. Une épidémie est pour sa part, c'est ce que nous vivons depuis 15 mois, une maladie qui atteint simultanément un grand nombre de personnes par contagion. Cette pandémie était mondiale. Dans l'avenir prévisible, la pandémie du coronavirus deviendra endémique et nous devrons apprendre à vivre avec la maladie. La progression de la vaccination sur l'ensemble de la planète est le seul moyen pour éradiquer le virus à l'échelle mondiale. Néanmoins, dans le circuit classique de la course entre variants et vaccins, il est du domaine du possible que certaines souches soient plus résistantes aux vaccins, ce qui commandera des modifications aux formules vaccinales. Dans cette lutte entrecroisée de variants contre vaccins, il est plausible que nous ne réussissons pas à éradiquer ce virus, d'où le fait que cela pourra devenir une maladie endémique.

La spectacularisation de l'information et la désinformation

Ce qui est aussi une forte probabilité, c'est que le travers de nos médias d'information à traiter les nouvelles concernant la pandémie dans le filtre de la spectacularisation de l'information est là à demeure. La spectacularisation des médias est un phénomène par lequel le traitement de l'information par les médias cherche à trouver des coupables et à rechercher le fait anecdotique qui prouve que nous ne sommes pas en contrôle de la situation tout en personnalisant à outrance. On décrit cette pandémie comme un spectacle avec gagnants et perdants avec ses héros, ses morts et ses mauvais coucheurs.

Par ailleurs, le phénomène des médias sociaux où nombreux sont ceux qui peuvent avoir leur minute de gloire en faisant leurs propres recherches demeurera comme un élément permanent de notre univers médiatique. La désinformation, les théories du complot, les fausses nouvelles seront encore le pain et le beurre de ces gens incultes et incapables de raisonnement. Cela s'amplifie par la difficulté pour la science de vulgariser même si l'on doit saluer l'effort soutenu de nos scientifiques qui ont fait un travail remarquable au cours de la dernière année. Nonobstant leurs mérites, la parole scientifique ne peut être immunisée contre l'évolution de ses connaissances qui font que parfois la science se dédit, se contredit ou demeure vague et imprécise. Rien n'est moins scientifique que choisir entre le noir et le blanc.

La légitimité de nos gouvernants

Au cours de la dernière année, le gouvernement Legault a fait un travail admirable pour gérer cette pandémie. On peut bien vouloir trouver des poux à ce gouvernement, mais on doit admettre d'après plus de 80 % des gens comme l'atteste le sondage de Léger sur cette question, que François Legault a su tenir la barre de notre bateau qui naviguait à vue dans un océan trouble et infesté de virus mortel. François Legault s'est montré sous le jour d'un grand timonier et nous devons l'en remercier. On a peine à imaginer l'ampleur de la difficulté pour un gouvernement de gérer une telle crise. Justin Trudeau a aussi fait un travail digne de mention. Sa volonté de mettre de côté les enjeux budgétaires pour venir en aide aux familles canadiennes, sa capacité de naviguer dans les eaux troubles de la diplomatie internationale et des empires pharmaceutiques pour assurer notre approvisionnement en quantité suffisante de vaccins et sa gestion de la frontière auront contribué à nous aider dans notre lutte collective contre cette pandémie.

J'ai souvent écrit sur ce sujet qu'il fallait faire confiance en nos gouvernements. Je crois que j'ai eu raison de miser sur la légitimité de nos gouvernements et sur leur volonté de préserver nos vies. On pourra toujours chiquer la guenille plus tard et faire de la politique partisane, mais pour le moment, il faut saluer nos gouvernements pour leur bon travail.

Les vrais héros

Les héros dans cette histoire c'est bien entendu le personnel de notre réseau de la santé, les travailleuses et les travailleurs qui ont assuré le maintien de l'essentiel de nos vies notamment pour nous approvisionner, mais les vrais héros de l'histoire ce sont tous les Québécoises et tous les Québécois qui ont respecté chaque jour les consignes de la santé publique et même s'ils ont parfois rechigné se sont soumis de bonne grâce à toutes ces limitations à nos libertés ordinaires. Cela nous a permis de constater que dans toute société, il y a toujours une minorité qui respecte seulement ses propres besoins. Ces gens ont trop souvent occupé l'avant-plan de l'actualité médiatique. Les médias ont fait fausse route en privilégiant leurs histoires. La vraie histoire qu'ils auraient dû nous raconter c'est la nôtre. Celle des gens ordinaires comme vous et moi qui se sont pliés à respecter les consignes de la santé publique. C'est à cause de vous, de nous tous, que nous en sommes aujourd'hui à la fin du commencement...



Coop Funéraire arrangements oct 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les dés sont jetés : Rouge minoritaire

Les dés sont jetés : Rouge minoritaire
C’est ça qui est ça…

C’est ça qui est ça…
CCSI SHERBROOKE OCT 21
NOS RECOMMANDATIONS
Sherbrooke met la table: la gastronomie à bon prix

Sherbrooke met la table: la gastronomie à bon prix
La fin d’un monde

La fin d’un monde
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

HYUNDAI_USAGÉ_2
Inscription Infolettre EstriePlus.com
opex campagne sept 21
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 20 octobre 2021
Ne tuons pas la beauté du monde

François Fouquet
Lundi, 18 octobre 2021
Une vie, un sentier, des repères

Ombudsman de la Ville de Sherbrooke
Jeudi, 14 octobre 2021
Journée des ombudsmans

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Un cycliste frappé  mortellement à Sherbrooke, la conductrice poursuit son chemin ! Par Daniel Campeau Lundi, 18 octobre 2021
Un cycliste frappé mortellement à Sherbrooke, la conductrice poursuit son chemin !
Journée des ombudsmans Par Ombudsman de la Ville de Sherbrooke Jeudi, 14 octobre 2021
Journée des ombudsmans
La fin d’un monde Par Daniel Nadeau Mercredi, 13 octobre 2021
La fin d’un monde
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut