RYTHME_WE_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 19 avril
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
RYTHME_JTT_2103
CHRONIQUEURS /
Être LGBTQ+ en Estrie
Sarah Beaudoin Par Sarah Beaudoin

Samedi, 9 janvier 2021

Je ne suis pas ton idéal sexuel



 Imprimer   Envoyer 

Je ne suis pas ce stéréotype que tu aimerais rencontrer. Je ne suis pas cette femme lesbienne qui performe dans l'un de tes films, mais je ne suis pas non plus cette classique lesbienne masculine qui fume la clope en jasant philosophie et politique. Je ne suis pas une bisexuelle en recherche d'attention ou incertaine de ses envies sexuelles qui ne demande qu'à coucher avec la ou le premier venu. Je ne suis pas polyamoureuse parce que j'ai des problématiques d'attachements, en fait, j'en ai peut-être, mais je suis pas mal certaine que c'est aussi le cas d'une grande partie des personnes monogames. Je ne suis pas non plus polyamoureuse parce que je désire participer à une orgie. Je ne suis pas cette personne trans silencieuse qui ne parle jamais de son identité mais qui existe pour répondre aux fétiches de ces messieurs autrement ouvertement transphobes.

L'idéal sexuel, basé sur des stéréotypes véhiculés par la société, ainsi que les systèmes qu'elle comprend, n'existe pas. Ce modèle auquel tout.es devraient correspondre pour être valorisé.es par leurs proches, avoir un sentiment d'accomplissement de soi et satisfaire les désirs sexuels des hommes qui en expriment leur seule volonté par un sifflement ou une remarque qui manque franchement de classe, une accolade douteuse.

Essayer de correspondre à un idéal sexuel, nous empêche ironiquement d'avoir le plaisir tant recherché, ainsi que la liberté de choix et celle d'imposer ses limites et d'exposer ses besoins. Pourquoi en parler dans une chronique LGBTQ+ ? Tout simplement parce que les personnes LGBTQ+ sont souvent victimes d'une conséquence de ces idéaux sexuels : l'hétéronormativité.

L'hétéronormativité est le fait qu'une norme sociale, renforcée par des centaines d'années de répression, implicite ou explicite, des personnes LGBTQ+, fait en sorte que l'hétérosexualité est considérée comme la norme, l'idéal, le plus commun.

Il n'en est rien puisque, même parmi les personnes hétérosexuelles, hommes, femmes ou personnes non-binaires, on retrouve autant de sexualités qu'il y a de personnes.

L'hétéronormativité fait en sorte que les couples homosexuels sont rarement pris sérieusement. Les femmes sont hypersexualisées, les hommes allosexuels sont sous-valorisés et ont souvent de violentes conséquences et les personnes non-binaires sont à la fois fétichisées et victimes de violences.

L'hétéronormativité encourage également le bris de consentement en permettant aux individus d'une société de considérer que les désirs d'une personne sont dirigés vers le genre opposé, qu'ils ne changent jamais et peuvent être tenus pour acquis. Voici donc une liste de mythes totalement faux provenant de la norme hétéronormative :

Les hommes sont très actifs sexuellement et sont toujours attirés par une femme. Ils performent en tout temps. Les femmes sont passives et toujours disponibles pour combler les besoins des hommes...que ce soit d'écouter, d'être active sexuellement d'une quelconque façon ou d'être fétichisées pour le plaisir des messieurs. Toute personne a une sexualité et tout couple a des relations sexuelles. Tout couple est à la fois amoureux et actif sexuellement. Une personne mariée doit répondre aux besoins sexuels de sa ou son conjoint, quand elle ou il le veut et ne peut refuser.

Je ne suis donc pas ton idéal sexuel et ma sexualité ne te concerne pas. Si tu veux avoir des relations sexuelles avec moi tu dois me respecter, me le demander de façon à obtenir un réel consentement et ne pas prendre en compte que l'existence de notre couple fait en sorte que mon corps est ta possession.

Que je sois femme, personne non-binaire ou homme. Que je sois allosexuelle ou hétérosexuelle. Il est primordial d'effectuer dès aujourd'hui un virage à 360 degrés sur la perception que nous avons de notre sexualité. La seule norme que notre société devrait exiger des personnes sexuellement actives, c'est le consentement. Un consentement qui peut être sexy par moments, maladroit par d'autres, mais toujours aussi pertinent. Un consentement libre de toutes contraintes et donné en toute connaissance de cause, à chaque fois qu'il y a rapprochement intime ou relation sexuelle. Un consentement qui nous permettrait réellement d'obtenir ce plaisir si recherché qui, au contraire de ce qu'on nous a toujours dit, ne s'obtient que par le respect de soi-même et de ses limites, le respect de l'autre et la douce perception que notre corps est nôtre et qu'on n'en sera jamais dépourvu.



Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les dommages structurels de la moisissure

Les dommages structurels de la moisissure
Appel au dépistage pour les gens ayant visité Le Sage Brasseur

Appel au dépistage pour les gens ayant visité Le Sage Brasseur
Scie à Chaine Claude Carrier fév 2021
NOS RECOMMANDATIONS
L’homme au turban

L’homme au turban
Bilan COVID-19 du 14 avril

Bilan COVID-19 du 14 avril
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
MSSS COVID-19 phase 12 avril 21
 
François Fouquet
Lundi, 19 avril 2021
La relecture : comme un bon prof le ferait

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 16 avril 2021
Des prébiotiques dans le lait maternel ?

Daniel Nadeau
Mercredi, 14 avril 2021
L’homme au turban

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Un individu ayant la COVID-19 s’est présenté à la Boutique Joséphine Par Maxime Grondin Mardi, 13 avril 2021
Un individu ayant la COVID-19 s’est présenté à la Boutique Joséphine
Bilan COVID-19 du 15 avril Par Maxime Grondin Jeudi, 15 avril 2021
Bilan COVID-19 du 15 avril
Sherbrooke : saisie d’héroïne par le SPS Par Maxime Grondin Jeudi, 15 avril 2021
Sherbrooke : saisie d’héroïne par le SPS
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut