magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
STYLE DE VIE
STYLE DE VIE / Style de vie
Geneviève Kiliko Par Geneviève Kiliko

Mercredi, 25 mai 2016

Guylaine Cliche et le Conseil traditionnel mohawk


Guérir un peu plus loin...

 Imprimer   Envoyer 

Au cours des 12 prochaines pleines lunes (13 au total), Guylaine Cliche et le conseil traditionnel mohawk feront une tournée avec le livre « Paroles de paix en terre autochtone » sorti tout récemment aux Éditions Le Jour. Le 22 mai dernier, le lancement bilingue de ce livre s'est déroulé à St-Venant-de-Paquette, à la Maison de l'Arbre, où les enseignements de la Lune et une cérémonie ont eu lieu en soirée. L'objectif de ce livre est de protéger la vie en redonnant le pouvoir aux femmes, pour rééquilibrer l'harmonie qui s'est effritée au cours des derniers siècles par la domination masculine, domination qui a causé de nombreuses guerres dans le monde actuel. Les enseignements de la lune sont donc divulgués dans un besoin urgent de rétablir l'ordre naturel des choses. La lune est le cœur battant de notre Terre-Mère comme le cœur qui pompe le sang et qui le purifie, la lune joue sur les marées et pompe le sang de la terre, l'eau. Présentement, des projets d'exploitation sont effectués sur la lune, ce qui risque fortement de déstabiliser tout l'équilibre entre la Terre et la Lune.

Le début du projet

Tout a commencé lorsque Guylaine s'est fait offrir deux plumes d'aigle par une collègue de travail en juillet 2014. À ce moment précis, elle savait intuitivement qu'un tournant important s'amorçait dans sa vie. Un mois plus tard, elle se retrouvait à la Journée internationale des peuples autochtones qui se déroulait au Jardin botanique de Montréal. « Quand je suis arrivée, il y avait un cercle, un feu et des gens du conseil traditionnel mohawk de Kahnawake. Stuart Myiow, un membre du conseil, parlait du fait qu'il nous fallait redonner le pouvoir aux femmes; tout cela, pour le bien de la planète, pour le bien de la vie sur terre. Suite à cela, je suis allée les voir et j'ai participé à la cérémonie de la pleine lune au Mont Royal. J'ai échangé mes coordonnées avec eux et je leur ai proposé un projet de livre. Un mois plus tard, l'éditeur acceptait ce projet, de même que le conseil. J'ai donc amorcé le processus de documentation. », mentionne-t-elle.

Pendant un an et demi, Guylaine a côtoyé le conseil traditionnel mohawk pour apprendre sur les enseignements. Elle a synthétisé les enseignements de 15 personnes du conseil et les a regroupés dans ce livre, où la parole de chacun est fidèlement retranscrite. « J'ai été obligée d'imposer à l'éditeur de ne pas transformer le texte, car j'endossais la parole de 15 personnes. Je devais constamment être en relation avec le conseil pour que le tout soit conforme. Ça n'a pas été facile. », confie-t-elle.

Les enseignements de la lune

La société mohawk est matrilinéaire (par la tradition), les femmes sont les « donneuses de vie », tandis que les hommes sont les « protecteurs de vie », ils ont le rôle de protéger la vie sur la terre. Tous les mois, il y a une cérémonie de la nouvelle et de la pleine lune.

Selon eux, lorsque les femmes sont au pouvoir, la société arrive à maintenir la paix beaucoup plus facilement que dans les sociétés où ce sont les hommes. « Il y a tout un processus de respect de la vie. La femme a une pensée à long terme, avant d'aller creuser un trou pour exploiter les ressources naturelles, elle va penser aux générations futures. La pensée masculine, quant à elle, est davantage à court terme. » souligne Madame Cliche.

Lors des menstruations de la femme, qu'ils appellent « les périodes de lune », le pouvoir créateur de la femme se manifeste, et est honoré. Tout comme la lune vit des cycles, la femme se relie davantage à la création au cours de cette période. « Ces enseignements m'ont permis de faire la paix avec mon identité de femme. Je suis vraiment reconnaissante d'avoir l'occasion de vivre mes périodes de lune plus sereinement avant la ménopause. On peut parler de "hasard", mais mon cycle s'est ajusté à la pleine lune depuis mon contact plus étroit avec cet astre. Et puis, je n'ai plus jamais regardé le ciel de la même façon... », dit-elle.

Le processus d'écriture comme action et comme réconciliation

Lorsque Guylaine avait parlé au sein du cercle de paroles au Jardin botanique en 2014 (journée internationale des autochtones), elle s'était excusée aux gens des premières nations au nom des blancs, pour tout ce qu'ils leur avaient infligé. Lorsqu'elle s'était assise un peu plus tard avec le conseil traditionnel mohawk pour leur proposer son projet de livre, Stuart Myiow, membre du conseil, lui avait dit les propos suivants : « Au jardin botanique, tu t'es excusée, mais les mots sont des mots, ça prend des actions pour réparer une situation. Les mots ne valent rien. Avec le livre, tu poses une action concrète. »

Guylaine n'a donc pas ressenti de culpabilité longtemps. « J'ai compris que ça se passait les deux pieds dans mes bottines, et que le "bla-bla", ça ne vaut rien. Des noms sur des plaques commémoratives pour s'excuser, ça ne vaut rien. Est-ce qu'on peut amener de l'eau potable dans les réserves au nord du Québec? Est-ce qu'on peut arrêter de raser les forêts du parc de La Vérendrye? Ça, c'est des actions! Les grandes excuses, les grands déploiements publics pour les premières nations, j'ai un peu de difficulté avec ça, quand on n'est même pas capable d'assurer l'eau potable dans des réserves... La culpabilité, je n'ai pas le temps pour ça. Il faut agir. »

Le livre traduit en 3 langues

À l'heure actuelle, le livre est traduit en trois langues. Guylaine est à la recherche d'une maison d'édition hispanophone pour éditer le livre en espagnol. Le prochain lancement du livre se déroulera à Montréal le 19 juin à 13 h, au parc Lafontaine, lancement bilingue (anglais et français). Mis à part cet événement, le Conseil traditionnel mohawk est très actif depuis des années, à Montréal et dans d'autres villes au Québec. Ils se déplacent fréquemment pour transmettre leur message; ils sont actifs et ils prennent la parole, mais jamais avec violence.

Depuis les deux dernières années, Guylaine Cliche a travaillé 7 jours sur 7 pour mener à bien ce projet de livre, qui a enfin vu le jour. En espérant que son travail puisse toucher les lecteurs à entamer des actions concrètes dans le futur, pour le bien des générations à venir.

Pour plus d'informations, vous pouvez visiter le site Internet de Guylaine Cliche.

L'homme n'a pas tissé la toile de la vie, il n'est qu'un fil de cette toile. Quoi qu'il fasse à la toile, il le fait à lui-même.

 - Chef Seattle


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Un don de 10 000 $ pour l'agrandissement de la cuisine

Un don de 10 000 $ pour l'agrandissement de la cuisine
Défilé du père Noël : plusieurs rues seront fermées

Défilé du père Noël : plusieurs rues seront fermées
NOS RECOMMANDATIONS
Important incendie à Eastman

Important incendie à Eastman
Le charme parisien

Le charme parisien
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
magasingeneral.com
 
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
OTL Gouverneur Sherbrooke classé dans le top 3 des hôtels 5 étoiles au Québec Par Cynthia Dubé Jeudi, 13 décembre 2018
OTL Gouverneur Sherbrooke classé dans le top 3 des hôtels 5 étoiles au Québec
Granby fait un «clin d'oeil» à Sherbrooke Par Vincent Lambert Jeudi, 13 décembre 2018
Granby fait un «clin d'oeil» à Sherbrooke
Important incendie à Eastman Par Vincent Lambert Lundi, 17 décembre 2018
Important incendie à Eastman
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous