magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
13°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 25 mars 2015

Fusion des quatre coopératives régionales



 Imprimer   Envoyer 

Du 29 mars au 2 avril prochain, plus de 3 500 membres de quatre coopératives de l'Estrie voteront sur le projet de fusionner leurs possessions pour « assurer à long terme les actifs et l'avoir des membres » et devenir « un véritable pilier économique de la région, avec un pouvoir d'achat, une offre de service et une capacité de développement nettement accrue », lit-on dans l'avis de convocation à assister à une soirée d'information sur ce dernier. En réalisant ce projet, les directeurs souhaitent faire face à la compétition et assurer le maintien des points de services dans les régions visées.

La fusion se conclurait entre la Coop des Cantons, coopérative agricole qui couvre les territoires de Saint-Isidore-de-Clifton, Coaticook et Saint-François-Xavier-de-Brompton d'une part, celle de la Société coopérative agricole de Compton, la Société coopérative agricole de Weedon et l'Association coopérative de La Patrie. La nouvelle entité porterait le nom de Terrestrie et aurait son siège d'affaires sur le boulevard Bourque, à Sherbrooke.

Deux sortes de membres à la coopération, les réguliers qui sont producteurs agricoles dans son acceptation la plus large et les auxiliaires qui ont adhéré au principe et qui y consomment les biens et les services. Tous possèdent des parts sociales, mais elles sont différentes selon qu'ils appartiennent à l'une ou l'autre des catégories.

En résumé, l'objet de cette transaction, telle que décrite dans la convention de fusion, est relié au secteur agraire et aux domaines connexes. Fabrication et fourniture de services, production, transformation, entreposage, mise en marché, manutention, transport en ce qui concerne l'agriculture, vente des matériaux de construction, de quincaillerie, des sous-produits du pétrole et d'autres formes d'énergie dépeignent les activités de la nouvelle entreprise fusionnée destinée à tous les membres. Seuls l'épicerie et les dépanneurs ne sont pas spécifiquement mentionnés à moins qu'ils soient considérés dans les « domaines connexes à cette activité notamment, mais non limitativement [...] »

Après la troisième année de fonctionnement de la coopérative fusionnée, elle sera divisée en trois secteurs. Le secteur 1, celui qui concerne particulièrement la MRC du Haut-Saint-François, regroupera 22 municipalités: Woburn, Notre-Dame-des-Bois, Val-Racine, Chartierville, La Patrie, Hampden, Scotstown, Milan, Stornoway, Stratford, Weedon, Lingwick, Bury, Newport, Saint-Isidore-de-Clifton, Cookshire-Eaton, Ascot Corner, Stoke, East Angus, Westbury, Dudswell et Weedon.

La principale raison de ce projet de fusion repose sur les difficultés financières que rencontrent les coopératives, mentionne Linda Perreault, directrice générale de la Coop de Weedon. Plusieurs de leurs membres, rapporte-t-elle, ont déjà été approchés sur le sujet et ils se montreraient favorables à l'idée, ce que confirme Dominique Therrien, présidente. Cette dernière est d'accord à reconnaître que diminuer les frais administratifs et se donner une masse critique en augmentant leur pouvoir d'achat assurerait la pérennité de l'entreprise.

À La Patrie, Claude Morin, président de l'Association coopérative, mentionnait lors de l'assemblée générale que le commerce connaissait depuis trois ans des difficultés. « Les résultats de la Coop La Patrie ne sont pas à la hauteur de nos attentes depuis quelques années », écrivait-il aux membres. Toutefois, s'empressait-il d'ajouter, les services rendus et la solidité de l'avoir de la coop donne le temps de redresser la situation. En effet, en plus des autres produits, elle est la seule à tenir épicerie et la lingerie, ce qui sert à maintenir un minimum de cohésion sociale. Selon lui, l'achat local prime et pour y arriver, il faut des prix qui rivalisent avec ceux des grandes entreprises. Angèle Doyon, directrice générale, indique que cette coop possède un statut particulier. Elle n'est composée que de membres auxiliaires. Et de ce fait, lors de la division en différents secteurs, un siège leur sera réservé au sein de la nouvelle entité Terrestrie.

À Saint-Isidore-de-Clifton, Pierre Blouin, directeur de la succursale, se réjouit de cette démarche. Selon lui, en plus du pouvoir d'achat dont s'est dotée la Coopérative fédérée en achetant BMR et en conservant les bannières Unimat, les transactions regroupées ne peuvent que servir à diminuer encore plus les coûts de transport et de gestion. « Tu as un meilleur prix si tu commandes un voyage de planches qu'un seul paquet à la fois », donnait-il en exemple. Il en est de même pour les commandes communes effectuées chez les fournisseurs accrédités par la Fédération. « Déjà, pour une soumission complète, on est très comparable avec les grandes marques, là ce sera encore mieux », ajoutait-il. Comme il n'a pas pu prendre le pouls des coopérants de son secteur, il ne peut pas s'avancer sur leur intérêt à fusionner.

Ce projet ne fait pas seulement des heureux. Quelques-uns, sous le couvert de l'anonymat, craignent d'être « avalés par les gros ». D'autres font remarquer que bien des fusions ont généré leur lot de problèmes. Certains encore voient « la rationalisation » comme des pertes d'emplois. Et dans ce cas particulier, c'est que les intérêts des régions éloignées ne soient pas pris en cause. Tous les membres des quatre coops auraient dû recevoir les documents comprenant l'avis de convocation, la convention et les règlements généraux. Des soirées d'information sont aussi organisées pour répondre aux questions des sociétaires avant le vote, qui selon les endroits, se déroulera les 30, 31 mars et les 1er et 2 avril.

Rappelons que cette mise en commun de capitaux a été à la base du système coopératif qui a permis à des groupes, agriculteurs au départ, d'avoir l'argent nécessaire pour transporter et vendre leur production sur les plus grands marchés et d'acheter en retour, les intrants et l'outillage pour produire. Par la suite, la coopérative a ouvert ses portes aux consommateurs en offrant d'acquérir des parts auxiliaires pour augmenter leurs revenus et par conséquent, leur pouvoir d'achat.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
12 jeunes cinéastes prennent part à la Course des régions

12 jeunes cinéastes prennent part à la Course des régions
Un processus judiciaire adapté aux personnes souffrant d’un problème de santé mentale

Un processus judiciaire adapté aux personnes souffrant d’un problème de santé mentale
NOS RECOMMANDATIONS
Top 5 de la « Body positivity »

Top 5 de la « Body positivity »
(Mise à jour 16 h 10) Incendie rue des Roseraies

(Mise à jour 16 h 10) Incendie rue des Roseraies
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Radio-Canada - Par Ici l'info
 
François Fouquet
Lundi, 17 septembre 2018
Jacques Rougeau et les élections…

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Human Interest et environnement Par François Fouquet Lundi, 10 septembre 2018
Human Interest et environnement
Mange-la ta poutine, t’es pas grosse anyway ! Par Isabelle Perron Jeudi, 13 septembre 2018
Mange-la ta poutine, t’es pas grosse anyway !
Une augmentation de 25% de la clientèle Par Cynthia Dubé Mardi, 11 septembre 2018
Une augmentation de 25% de la clientèle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous