magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
28°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 6 avril 2016

Forum consultatif sur le PDZA dans le HSF



 Imprimer   Envoyer 

« On ne pouvait s'attendre à mieux ! », s'est exclamé Noël Landry, président du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la MRC du Haut-Saint-François. « Toutes les couches de la société [de la MRC] y étaient, élus, producteurs, population et grandes entreprises », ajoutait-il. M. Landry tenait à souligner l'apport des quelque cent trente personnes qui se sont présentées au forum consultatif qui s'est déroulé à Dudswell.

« Elles ont toutes participé aux différents axes en se mélangeant. Il y avait de la coopération. Les discussions étaient équitables. Les prises de position générale ont été unanimes, qui portaient sur les trois grands axes du forum », déclarait-il sans ambages. Le président rapportait même qu'Alain Roy, directeur régional du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, lui aurait confié que « tous les projets qui vont sortir du PDZA vont être priorisés au MAPAQ. »

M. Roy rappelait que le PDZA a été lancé il y a quelques années. « Chaque MRC se projette dans la reconnaissance de son importance [celle de la zone agricole]. » L'apport d'un budget de 100 000 $, dont 40 000 $ proviennent du MAPAQ, et le solde, de la MRC, permet la réalisation de ce plan sur une période de 18 mois. Toutes les régions du Québec sont consultées. « On va collectiviser les informations, les milieux se prennent en main pour augmenter les données des différents ministères », confiait-il. Agréablement surpris, il a constaté la mobilisation des gens de la MRC. « Ils y croient, on va les accompagner dans la diversification, la consolidation, le développement de l'agrotourisme et des cultures émergentes, entre autres », résumait-il.

Quatre sondages, distribués aux agriculteurs, aux producteurs forestiers, à la relève et aux citoyens, ont permis de bâtir le document synthèse à partir duquel a été élaboré le cahier du participant. Les trois principaux axes s'y trouvaient, dont celui qui traitait du positionnement de la MRC au titre de leader du développement agricole et forestier. Le deuxième partait sur l'implantation et le développement de ce genre d'entreprises agroalimentaires et agroforestières. Enfin, tous se penchaient sur les moyens de valoriser et d'occuper le territoire de façon dynamique.

Ghislain Lefebvre, du Conseil de l'industrie bioalimentaire de l'Estrie, agissait au titre d'animateur de la rencontre. « Les gens ont le goût de se positionner dans ce plan. Ils le reconnaissent comme un poumon de l'économie de la MRC. » Il résumait ainsi les résultats sommaires du forum. À son avis, les participants y ont vu le moyen d'arrimer les activités économiques et sociales en apportant au territoire de la prospérité et du développement en plus de solliciter les appuis politiques pour donner plus d'accent aux projets. « Le PDZA vient compléter le schéma d'aménagement de la MRC ; c'est un lieu majeur où le CLD, la MRC, le MAPAQ et les autres intervenants politiques devront se positionner. Pas de politique, pas de développement de la seule part des agriculteurs ! », mentionnait-il. Le CLD, entre autres, a le mandat de rendre accessibles les informations et les opportunités d'affaires. Le personnel est là pour les diriger vers les bonnes ressources dans le volet du démarrage de projets économiquement rentables. C'est un des rôles importants que cet organisme de développement économique devrait remplir. « L'agriculture et la forêt façonnent le territoire et participent à son essor », ajoutait-il en songeant aux retombées directes et indirectes que laissent les autocueilleurs, les agrotouristes et ceux qui cueillent les produits forestiers non ligneux (PNFL) et à l'organisation des espaces qui y sont consacrés.

François Bourrassa, président de l'UPA Estrie, s'est réjoui de la variété des gens présents dans la salle. « Les citoyens sont les meilleurs vendeurs de leur MRC », lançait-il d'entrée de jeu. Comme c'est l'affaire de tous de définir ce que doit être le territoire qu'ils occupent, les participants ont eu des discussions constructives à tous les points de vue. Le succès du PDZA repose principalement sur la façon dont la population, en général, va répondre au plan. « Les consommateurs [de l'agroalimentaire et de l'agroforestier] sont les citoyens; les gouvernements provincial et fédéral ont peu d'importance dans la réussite de l'agriculture ou de la forêt. Lynne Martel-Bégin, présidente du Syndicat local de l'UPA du HSF, y allait d'un commentaire semblable. Elle ajoutait qu'il restait à mettre le plan en œuvre. « On a abordé aussi bien les thèmes généraux que spécifiques; tout le monde va dans la même direction, on a tous une vision commune », faisait-elle remarquer. Pour Dominic Provost, directeur de la MRC et du CLD du HSF, il s'agissait d'un succès de foule. « Les idées exprimées sont de qualité. C'est un plan créateur d'emplois. Il y avait une bonne répartition de tout le territoire et on y démontrait une belle employabilité », faisait-il remarquer.

Marie-France Chartrand, en charge du PDZA pour la MRC, insistait sur la présence citoyenne qui représentait une bonne partie de l'assistance. La moitié provenait du milieu agricole sous son appellation la plus large, comprenant, entre autres, plusieurs représentants de la relève et de la foresterie. Elle dénombrait aussi des étudiants en gestion agricole, intéressés par la démarche du Haut-Saint-François. « On bat des records de foule par rapport à d'autres PDZA », mentionnait-elle, ravie. « Le point fort, soulignait-elle, c'est qu'on en est arrivé à un consensus, la concertation a fait en sorte qu'on a réussi à faire du chemin ensemble. » Prudente, quant aux résultats, elle indiquait que « les gens attendent un suivi, c'est un autre défi. »


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Ne lis pas ça, t’as pas l’temps…

Ne lis pas ça, t’as pas l’temps…
Trafic à prévoir sur les rues Galt Ouest et Belvédère

Trafic à prévoir sur les rues Galt Ouest et Belvédère
NOS RECOMMANDATIONS
Face à face mortel: le nom de la victime maintenant connu

Face à face mortel: le nom de la victime maintenant connu
Une altercation se termine en meurtre au centre-ville

Une altercation se termine en meurtre au centre-ville
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Golf et Académie Longchamp inc. 2018
 
Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Vendredi, 20 juillet 2018
La crème solaire, bonne ou mauvaise pour la santé?

Sylvie Roy
Jeudi, 19 juillet 2018
« C’est pas juste! »

Daniel Nadeau
Mercredi, 18 juillet 2018
La célébration du ballon rond!

Golf et Académie Longchamp inc. 2018
Le SPS veut rapidement retrouver une adolescente disparue Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 juillet 2018
Le SPS veut rapidement retrouver une adolescente disparue
Une première fête de l’eau à Magog Par Cynthia Dubé Lundi, 16 juillet 2018
Une première fête de l’eau à Magog
Incendie chez Ateliers B.G, rue King Est Par Cynthia Dubé Lundi, 16 juillet 2018
Incendie chez Ateliers B.G, rue King Est
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous