Festival des traditions du monde 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
25°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Mercredi, 9 septembre 2015

East Angus a toujours un avenir estime le maire Roy



 Imprimer   Envoyer 

À la veille du premier anniversaire de la fermeture de l’usine de papier Cascades, le maire de East Angus, Robert Roy, estime que la municipalité se tire passablement bien d’affaire. « La ville va super bien. On s’est adaptée et on a viré le négatif en positif », exprime-t-il avec conviction.

« La fermeture d’une usine n’est pas la fin d’une vie. Il faut se retrousser les manches et sortir le positif. C’est ce que la ville a su faire. La ville a su maintenir ses activités, la fête de la famille, les spectacles à la Vieille gare. On a continué d’investir dans les parcs. » M. Roy mentionne ne pas avoir senti d’exode notable, au contraire « la construction va bien et les projets avancent. L’excuse de l’odeur n’est plus une raison pour ne pas venir à East Angus », lance-t-il en boutade.

Le maire prétend que sa municipalité n’est plus mono-industrielle, ce qui lui permet de surmonter la fermeture. Il laisse entendre que l’usine Cascades pourrait peut-être trouver une nouvelle vocation. M. Roy mentionne que trois différents projets seraient à l’étude chez Cascades pour l’utilisation du bâtiment vacant. « Je peux jouer un rôle d’intermédiaire, je suis prêt à accompagner, c’est ce que j’ai fait avec deux des trois projets. Je sais qu’un pourrait occuper toute la bâtisse et l’autre les trois quarts, mais il est trop tôt pour dire s’ils peuvent se réaliser. Je sais qu’il y a des lettres d’intention qui circulent. » Quant au troisième projet, le maire avoue ignorer sa nature mentionnant que les gens ont fait affaire directement avec Cascades.

De son côté, le maire mentionne avoir plusieurs dossiers sur le feu dont il ne peut divulguer la nature pour l’instant. Toutefois, un projet semble lui tenir à cœur et c’est la relance de l’aéroport de Sherbrooke. « On ne peut passer à côté de ça », lance-t-il. Par ailleurs, l’arrivée d’un McDonald’s, la construction d’un CHSLD au coût de 23 M$ font dire au maire que la confiance envers l’avenir à East Angus est bien palpable.

Commerçants

Quelques commerçants rejoints au téléphone avouent avoir ressenti la fermeture de Cascades et ce, à certains degrés. Pour Gilles Doyon, propriétaire du BMR G. Doyon, il est évident que la fermeture du fabricant de papier a eu une incidence. « Chez nous, ça a coupé une job et demie. Ç’a été dur l’hiver passé le temps que les gars se replacent et ça repris au printemps. J’ai remarqué qu’il y avait moins d’achalandage dans le magasin la semaine et plus la fin de semaine. Les gars de Cascades arrêtaient, la semaine, au magasin après leur chiffre de 4 à minuit ou de minuit à 8, achetaient ce qu’ils avaient besoin et retournaient chez eux. Maintenant qu’ils sont replacés, ils travaillent de jour et ne viennent plus la fin de semaine », mais ça ne comble pas entièrement le manque à gagner, de laisser entendre le propriétaire du BMR. M. Doyon précise que la diminution n’est pas attribuable exclusivement à la fermeture de l’usine, mais également au ralentissement économique.

Au marché d’alimentation IGA Couture à East Angus, on a subi un ralentissement. « On n’a pas senti une baisse drastique, mais oui, on a eu une diminution. J’évalue à 2  % ou 3 %; ce n’est quand même pas négligeable dans le marché de l’alimentation », d’exprimer le propriétaire René Couture. Ce dernier mentionne que c’est davantage au niveau des produits haut de gamme que la diminution semble la plus notable. Il ajoute que la situation n’est pas attribuable exclusivement à la fermeture de Cascades, mais également à la récession économique. Le contexte a tout de même eu un impact sur le personnel. Aucune personne n’a perdu son emploi, mais on a procédé à un réaménagement des horaires avec 80 heures semaine en moins. Pour l’instant, il est trop tôt pour dire si la situation semble se corriger ou non en raison de la saison estivale qui vient changer les données. M. Couture attend la période automnale pour mesurer adéquatement la situation. Les personnes de l’extérieur qui travaillaient à Cascades ne sont plus là, mais M. Couture dit apercevoir de nouveaux visages, de nouvelles familles.

Chantal Gagnon, copropriétaire de La Maison de la Décoration/Machine à coudre de l’Estrie, soutient que « Cascades n’a pas fait une grande différence. La grosse partie de notre clientèle est tout le Haut-Saint-François et du monde de Sherbrooke. C’est plus maintenant qu’on sent un petit ralentissement et je crois que c’est dû à la récession », d’exprimer Mme Gagnon.
André Martin, copropriétaire de Service de Pneus Comeau, avoue que la fermeture de Cascades a eu un effet sur le chiffre d’affaires, mais pas de façon significative. « La récession fait plus mal que Cascades », précise-t-il. Se référant à la fermeture, M. Martin mentionne « les gars qui venaient de l’extérieur laissaient leur véhicule pour l’entretien en allant travailler et le reprenait en fin de journée. Ces gens-là, on les a perdus. » Quant à Cascades, elle n’avait pas une flotte énorme en pneumatique ce qui n’a pas eu un gros impact, de préciser M. Martin. Par contre, le commerçant mentionne voir d’autres visages avec les nouveaux arrivants à East Angus.

Pour Ehsanuudin Adlyar, propriétaire du Restaurant Le Moulin à East Angus, la situation n’est pas facile. « J’ai perdu 15 % de mon chiffre d’affaires avec Cascades. Je faisais beaucoup de livraison de dîner, soupers. Quant il y avait des «shut down», je pouvais livrer de 25 à 30 dîners. En plus, les gens de Cascades venaient dîner au restaurant. Je dois travailler sur l’autre partie qui reste, ce n’est pas facile. Je dois faire trois chiffres pour arriver. Je fais les déjeuners, dîners et soupers. Je n’ai pas le choix pour arriver. »  Toutefois, aucun employé n’a perdu son emploi, d’exprimer le propriétaire.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Servir le Canada avec fierté

Servir le Canada avec fierté
Les Vikings s’attaquent au meilleur de Pink Floyd

Les Vikings s’attaquent au meilleur de Pink Floyd
NOS RECOMMANDATIONS
Meurtre: l'identité de la victime dévoilée

Meurtre: l'identité de la victime dévoilée
Incendie chez Ateliers B.G, rue King Est

Incendie chez Ateliers B.G, rue King Est
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Club de Golf de Sherbrooke
 
Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Vendredi, 20 juillet 2018
La crème solaire, bonne ou mauvaise pour la santé?

Sylvie Roy
Jeudi, 19 juillet 2018
« C’est pas juste! »

Golf et Académie Longchamp inc. 2018
Du bon bord du gazon... à Milby! Par Hughes Letourneau Lundi, 16 juillet 2018
Du bon bord du gazon... à Milby!
Retour du gars sympathique Par François Fouquet Lundi, 16 juillet 2018
Retour du gars sympathique
Face à face mortel: le nom de la victime maintenant connu Par Cynthia Dubé Lundi, 16 juillet 2018
Face à face mortel: le nom de la victime maintenant connu
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous