magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 

Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS recherche de possibles victimes d'un pédophile
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
MRC ESTRIE / Memphrémagog
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Lundi, 20 février 2017

Une nouvelle aire protégée à Orford



 Imprimer   Envoyer 
Une grande mobilisation de citoyens d’Orford du secteur du Lac à la Truite a incité l’organisme Corridor appalachien à acheter un terrain de 18,6 hectares (crédit photo: Corridor appalachien, Lise Latrémouille).

Pour une première fois en 15 ans d'existence, l'organisme Corridor appalachien a acheté un terrain de 18,6 hectares à Orford. La raison de l'achat de la propriété: sa valeur écologique, l'importance de la préservation de la qualité de l'eau et sa proximité au parc national du Mont-Orford.

Une grande mobilisation de citoyens d'Orford du secteur du Lac à la Truite a incité l'organisme Corridor appalachien à acheter un terrain de 18,6 hectares. Les motivations de l'acquisition résidaient dans la valeur écologique de la propriété, son importance pour la préservation de la qualité de l'eau et sa proximité du parc national du Mont-Orford.

Lorsque le regroupement sera nommé comme un organisme de conservation reconnu légalement, Corridor appalachien lui cédera la nouvelle aire protégée. « Le conseil d'administration a convenu depuis longtemps que nous ne pouvions laisser passer des possibilités de protéger des milieux naturels comme celui-là. Nous nous sommes d'ailleurs dotés d'un fonds d'acquisition et de sauvegarde pour saisir de telles occasions. Nous sommes ravis de pouvoir, à la fois, soutenir la mobilisation citoyenne et consolider notre stratégie de conservation en périphérie du parc national du Mont-Orford », explique la présidente du conseil d'administration de Corridor appalachien, Marie-José Auclair.

« Nous étions convaincus de l'indéniable valeur écologique de cette propriété, tant et si bien que nous avons créé un précédent en faisant l'acquisition d'une propriété. Nous saluons les efforts de tous ceux qui se sont mobilisés et plus spécialement monsieur Bertrand Larivée, qui a travaillé d'arrache-pied pour collecter les fonds nécessaires à l'achat de cette propriété. Sans son travail acharné, la transaction n'aurait sans doute pas eu lieu et la propriété n'aurait pas pu être protégée », ajoute Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien.

Une conscientisation de près de deux ans

L'attention portée à la propriété voisine du Lac à la Truite date depuis mai 2015 lorsque l'association des riverains du Lac à la Truite a fait part de son inquiétude, soit celle d'un possible changement de vocation pour le terrain. Des démarches ont donc été entreprises pour conserver les 18,6 hectares.

« Ma principale motivation à acquérir ce terrain a été le dépôt d'un projet de construction d'une route reliant le terrain à un chemin municipal. Pour que ce projet de construction se réalise, il aurait été nécessaire de traverser le principal milieu humide connecté au lac. Dans un souci de protéger la qualité d'eau de notre lac, j'ai décidé de convaincre les résidents de se regrouper pour faire l'achat de ce terrain et de le protéger à perpétuité. Près d'une centaine de donateurs ont répondu à l'appel dans un effort qui a permis d'amasser 75 % du financement du projet », illustre Bertrand Larivée, homme grandement impliqué dans le dossier.

Un terrain qui est l'hôte de plusieurs espèces

La nouvelle aire protégée accueille plusieurs espèces en situation précaire. C'est le cas notamment du pioui de l'est, de la grenouille des marais et de la salamandre sombre du nord. Plusieurs oiseaux de forêt abritent aussi l'aire protégée, soit le piranga écarlate. Parce que le terrain est près du mont Orford, plusieurs mammifères comme l'orignal, le pékan ou bien le lynx roux viennent laisser leurs traces.

Cette aire protégée s'inscrit dans le projet de protection de la zone périphérique du parc national du Mont-Orford initié par Corridor appalachien. La SÉPAQ et la Fondation de la faune du Québec sont aussi impliquées depuis janvier 2016. En plus des donateurs, le financement de plusieurs partenaires a aussi aidé la cause.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Un retour en classe réussi...grâce aux profs

Un retour en classe réussi...grâce aux profs
Succession: Accepter ou renoncer?

Succession: Accepter ou renoncer?
NOS RECOMMANDATIONS
Une collecte de 1,3M$ pour Centraide Estrie

Une collecte de 1,3M$ pour Centraide Estrie
La conseillère en colère.

La conseillère en colère.
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 3 juin 2020
Privatiser le bien public

François Fouquet
Lundi, 1 juin 2020
La conseillère en colère.

Claude Hébert
Lundi, 1 juin 2020
Comment gérer ses finances en temps de pandémie?

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 29 mai 2020
L’ABC de la nutrition à l’effort

Me Michel Joncas
Jeudi, 28 mai 2020
Coronavirus et libertés individuelles

La conseillère en colère. Par François Fouquet Lundi, 1 juin 2020
La conseillère en colère.
Le sens des mots : on ne sait jamais Par Daniel Nadeau Mercredi, 27 mai 2020
Le sens des mots : on ne sait jamais
La patrouille verte reprend du service Vendredi, 29 mai 2020
La patrouille verte reprend du service
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous