1077_MIDI_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 13 avril
 
AFFAIRES & JURIDIQUE
Affaires & juridique
Entreprises d’ici
Accueil
1077_MIDI_2103
AFFAIRES & JURIDIQUE / Affaires & juridique
Maxime Grondin Par Maxime Grondin

Jeudi, 1 avril 2021

Chocolat Lamontagne obtient un investissement de plus de 4 millions



 Imprimer   Envoyer 
Photo fournie - De gauche à droite, Tina Lamontagne, vice-présidente au développement des affaires, Richard Lamontagne, fondateur, président et chef de la direction de la société, et Danny Lamontagne, directeur général.

Quelques jours avant Pâques, une entreprise qui se spécialise dans la production de chocolat annonce un investissement majeur. Effectivement, Chocolat Lamontagne pourra compter sur quatre millions supplémentaires afin de faire l'acquisition d'un meilleur équipement. 

Bien connu par pour les campagnes d'autofinancement, la compagnie manufacturière de Sherbrooke doublera ainsi sa capacité de production. Cette nouvelle acquisition, qui sera en fonction en 2022, amènera également un processus plus automatisé, permettant un développement au niveau de l'innovation.

« C'est une pièce d'équipement qui va être unique pour nous, on l'a fait bâtir pour nous. On va être capable de faire des doubles, et même des triples, couches de chocolat avec cette machine. Elle est beaucoup axée sur l'innovation, l'automatisation et la capacité de production » soutient Danny Lamontagne, directeur général de l'entreprise.

Il s'agit d'une pièce assez rare dans ce marché alimentaire laisse d'ailleurs entendre ce dernier. En fait, selon ses dires, seulement deux autres se retrouveraient au Canada et quelques-unes aux États-Unis. Elle est notamment utilisée pour un meilleur enrobage des produits, ce qui signifie que les noix ou les raisins enrobés de chocolat, par exemple, seront davantage en production au sein de l'entreprise fondée en 1978 par le père de Dany Lamontagne, Richard Lamontagne.

Investissement Québec, le Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC), la caisse Desjardins et quelques partenaires tel le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec participent tous au projet de de la compagnie manufacturière. 

Avec cet investissement, l'entreprise sherbrookoise, qui emploie près de 200 employés, ajoutera deux emplois. L'acquisition de cette pièce d'équipement vient également subvenir à un besoin criant qui affecte plusieurs compagnies du Québec, soit le manque de main-d'œuvre. L'automatisation du processus a notamment fait pencher la balance pour l'obtention de l'équipement.

« Avec tout le manque de main-d'œuvre qu'il y a dans le secteur manufacturier alimentaire actuellement, ce n'était pas le temps d'acheter de l'équipement qui prenait énormément d'employés. On est toutefois toujours à la recherche d'employés pour les autres départements », indique M. Lamontagne.

Une reprise des activités

Production Chocolat LamontagneLe directeur général de l'établissement situé au 4025 rue de la Garlock sent l'engouement de la part des clients à reprendre leurs activités économiques. D'ailleurs, Chocolat Lamontagne a obtenu de nouveaux contrats, notamment concernant l'enrobage, prévus pour l'automne prochain, ainsi qu'au printemps 2021.

« On se prépare pour cela! Il y a beaucoup de contrats en enrobage. Donc, c'est pourquoi qu'on a fait l'acquisition de cet équipement. Cet investissement majeur représente un tournant dans l'histoire de l'entreprise dont l'avenir est plus prometteur que jamais », explique Dany Lamontagne.

Des opportunités à produire localement sont également présentes. Au niveau local, l'entreprise produisant du chocolat fait affaire avec des gens de marque privée. Cependant, M. Lamontagne souligne qu'avec l'équipement en place, Chocolat Lamontagne ne peut se limiter à la production locale. D'ailleurs, les produits de l'entreprise se retrouvent à travers le Canada, aux États-Unis et dans certains autres pays.

COVID-19

Bien entendu, les répercussions de la pandémie n'ont pas épargné la compagnie manufacturière. Ce qui les a plus touchés est les campagnes de financement qui ont dû arrêter. Cependant, grâce à sa production, l'entreprise s'en est tout de même très bien sortie.

« C'est certain qu'on a été un peu plus au ralenti et qu'il y a eu des procédures internes en ce qui concerne les mesures sanitaires. On avait tout de même des procédures assez solides, mais on les resserré et on a eu quelques ajustements avec le télétravail », mentionne M. Lamontagne.

Toute l'équipe a seulement hâte que l'économie reparte et enfin passer à autre chose. 



Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Tout nouveau à Sherbrooke, découvrez Renaissance

Tout nouveau à Sherbrooke, découvrez Renaissance
Renaissance : une friperie qui voit grand

Renaissance : une friperie qui voit grand
Café William Spartivento 2103
NOS RECOMMANDATIONS
Le printemps, Vivaldi et les refrains

Le printemps, Vivaldi et les refrains
Bilan COVID-19 du 8 avril

Bilan COVID-19 du 8 avril
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Café William Spartivento 2103
 
Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Bilan COVID-19 du 6 avril Par Maxime Grondin Mardi, 6 avril 2021
Bilan COVID-19 du 6 avril
Sherbybox : de retour pour la fête des Mères Par Maxime Grondin Mercredi, 7 avril 2021
Sherbybox : de retour pour la fête des Mères
COVID-19 : un «wake-up call» de François Legault Par Maxime Grondin Vendredi, 9 avril 2021
COVID-19 : un «wake-up call» de François Legault
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut