Zoo de Granby hiver 2019-20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Annulation de la consultation publique prévue le 24 février
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
ÉDUCATION / Éducation
Cégep de Sherbrooke Par Cégep de Sherbrooke

Lundi, 10 décembre 2018

Cégep de Sherbrooke : s’adapter au changement



 Imprimer   Envoyer 

Depuis quelques années, Marie-France Bélanger, directrice générale du Cégep de Sherbrooke, constate des changements dans les besoins de formation. La relève disponible est moins nombreuse et les demandes des entreprises pour développer les compétences de leurs employés augmentent. Cette nouvelle réalité nécessite beaucoup d'adaptation et surtout une bonne dose d'innovation de la part des établissements comme le Cégep de Sherbrooke.

« On a des façons de faire et on doit les faire évoluer pour trouver une manière différente de répondre aux besoins », explique Mme Bélanger. Des outils sont déjà mis en place, comme la reconnaissance des acquis et compétences, une démarche d'évaluation permettant aux travailleurs et aux travailleuses qui souhaitent revenir aux études et développer leurs compétences de se voir reconnaître celles qu'ils possèdent déjà. Ils viennent donc chercher uniquement les connaissances qui leur manquent, tout en réduisant la durée de leur formation. « Il est difficile de retirer momentanément les employés des entreprises qui en ont cruellement besoin, alors on doit bien cibler leurs besoins et être le plus efficace possible », précise Marie-France Bélanger.

De nouveaux besoins pour une nouvelle génération
De nombreuses entreprises font aussi face à un manque de personnel causé par le nombre élevé de travailleuses et de travailleurs quittant pour la retraite. Ainsi, les employeurs sont amenés à recruter des étudiantes et des étudiants n'ayant pas terminé leur formation collégiale. « Pour certains étudiants, il devient attirant d'occuper un emploi dans leur domaine et de toucher un bon salaire sans nécessairement avoir terminé leur formation. On doit trouver des moyens pour les garder sur les bancs d'école, tout en soutenant les entreprises et organismes dans leurs besoins en main-d'œuvre », souligne la directrice générale.

De cet enjeu est né un partenariat entre le Cégep et les entreprises. Dans une douzaine de programmes techniques, les étudiants et les étudiantes qui le désirent ont accès à des stages en coexistence travail-études. Le fonctionnement est simple : ils travaillent durant l'été dans une entreprise et, par la suite, ils continuent d'y travailler durant l'année scolaire à raison de 2 ou 3 jours par semaine, selon les sessions. « Cette entente représente une chance en or pour les étudiantes et les étudiants d'acquérir plus d'un an d'expérience tout en complétant leur formation, souligne Mme Bélanger. En collaborant avec les employeurs de la région, on arrive à former des citoyennes et des citoyens diplômés qui seront des employés bien outillés pour l'avenir », ajoute-t-elle.

Un passage essentiel
Selon Marie-France Bélanger, il est primordial de former adéquatement les étudiantes et les étudiants, et de les accompagner jusqu'à l'obtention de leur diplôme. Le Cégep leur permet d'acquérir des compétences générales et spécifiques qui leur permettront ensuite d'apprendre par eux-mêmes et d'évoluer une fois sur le marché du travail. Les années sur les bancs du Cégep offrent également aux étudiantes et aux étudiants l'occasion de forger leur personnalité, d'identifier leurs forces et de travailler sur leurs vulnérabilités avant d'obtenir un emploi. « Au Cégep, ils et elles apprennent à développer un esprit critique, à s'engager dans leur communauté et à devenir des personnes plus épanouies », précise Marie-France Bélanger.

« L'important est de rester ouvert aux changements. C'est comme cela qu'on arrive à innover », conclut finalement Mme Bélanger.


PPRSE_février 20
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
La lecture des verts

La lecture des verts
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
PPRSE_février 20
NOS RECOMMANDATIONS
Un Estrien brille au baseball de la NCAA

Un Estrien brille au baseball de la NCAA
Une page d'histoire se tourne sur la Wellington Sud

Une page d'histoire se tourne sur la Wellington Sud
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

PPRSE_février 20
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos Pizza fev 20
 
François Fouquet
Lundi, 17 février 2020
Texto, boulot dodo…

Sylvie L. Bergeron
Lundi, 17 février 2020
Se dorer la pilule au Carnaval de Sherbrooke

Jérôme Blais
Jeudi, 13 février 2020
La lecture des verts

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 février 2020
Le courage politique et la défense des droits

JD 13 fev 2020
Un pipeline de gaz naturel contesté en Estrie Par Daniel Campeau Jeudi, 13 février 2020
Un pipeline de gaz naturel contesté en Estrie
Quoi faire ce week-end Jeudi, 13 février 2020
Quoi faire ce week-end
Magog Technopole attire une firme d'intelligence artificielle Lundi, 10 février 2020
Magog Technopole attire une firme d'intelligence artificielle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous