Salon Priorité Emploi fev 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 24 février
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CULTURE & ÉVÉNEMENTS / En vedette
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Lundi, 14 mai 2018

Métier : chef passionnée, tenace et talentueuse


À l'approche de Sherbrooke t’en bouche un coin

 Imprimer   Envoyer 
Lana Godbout, chef au restaurant Boefish, prendra part à l'édition 2018 de Sherbrooke t'en bouche un coin.

Lana Godbout a troqué Montréal pour Sherbrooke il y a un an, soit quelques mois avant l'ouverture du restaurant Boefish. Chef depuis sept ans, c'est elle que la direction du nouveau restaurant voulait dans sa cuisine. Un an plus tard, la femme de 36 ans est heureuse d'avoir accepté de relever ce défi, et bien fière du travail accompli jusqu'à présent.

Native de Thetford Mines, Lana Godbout a passé son enfance dans les cuisines. Sa passion a été initiée par son père, qui a été propriétaire de deux restaurants. Très tôt dans sa vie, elle y travaillait et avait déjà une petite idée du métier qu'elle voulait pratiquer plus tard.

« Plutôt que de garder des enfants, comme la plupart des jeunes adolescentes, j'ai fait de la plonge. Par la suite, je suis devenue boss girl, puis serveuse, puis barmaid. À un certain moment, j'ai pris la décision de quitter Thetford Mines pour m'installer à Montréal, question de découvrir de nouvelles choses. J'ai commencé à travailler pour différentes chaînes de restaurants, dont la Cage aux sports », raconte-t-elle.

Lorsque la direction du Boefish lui a offert l'opportunité en or d'être chef dans son nouveau restaurant à Sherbrooke, Lana travaillait au Keg Steakhouse depuis six ans, en tant que chef.

« C'est tellement un beau projet, je voulais absolument en faire partie. Au Keg, il n'y avait pas de défi de créativité, puisque le menu était déjà créé. Même si j'adore Montréal, je me suis dit, pourquoi pas! Je n'ai pas d'enfant ni de conjoint, alors rien ne me retenait là-bas. Je suis arrivée à Sherbrooke en juin dernier, pour préparer l'ouverture du Boefish. Tout l'été, j'ai fait des tests pour développer le menu et créer des recettes. »

Sa plus grande fierté sur le menu? « Nous sommes reconnus pour les steaks, répond-elle. C'est notre spécialité. On prend du bœuf américain, la meilleure qualité, et on fait notre vieillissement à sec. À Sherbrooke, il n'y a personne qui fait ça. Même à Montréal, les restaurants qui font le vieillissement à sec sont plutôt rares. C'est une fierté pour moi! C'est 45 jours de vieillissement, donc ça demande une connaissance et de la gestion. On est aussi connu pour notre poisson, dont nos steaks de thon. »

Rares, rares, les femmes

Le métier de chef semble davantage être un métier d'homme. Même les employés dans les cuisines sont majoritairement des hommes. Pourquoi? Lana a son opinion à ce sujet. 

« C'est un métier très difficile, tant physiquement que mentalement. Je ne dis pas que les femmes ne sont pas capables de gérer la pression, mais peut-être que nous sommes moins nombreuses à vouloir vivre ce genre de vie. On est entouré de gars, il fait très chaud, la pression est très forte. On doit gérer l'inventaire, le personnel, mais aussi les exigences des clients. La vérité, c'est que cuisiner à la maison et gérer un restaurant, c'est deux mondes! Puis, il y a l'horaire; on travaille le soir, le week-end et les jours de fête où la majorité des gens sont en congé. »   

D'ailleurs, ce n'est pas que les femmes qui se font rares.

« Plus personne ne veut faire ce métier. Oui, c'est un métier à la mode, mais le problème, c'est que les jeunes qui sortent de l'école veulent devenir dès le départ Gordon Ramsay! Ils veulent tout de suite la position de chef ou de sous-chef. Mais la réalité, ce n'est pas ça. On commence garde-manger, à 12 ou 13 $ de l'heure, et on monte tranquillement les échelons. Il faut avoir beaucoup de patience, être tenace et surtout être passionné par le milieu de la restauration. Il ne faut pas compter ses heures. Moi j'ai 36 ans, je suis chef depuis sept ans, mais je peux vous dire que j'en ai mangé des croutes et j'en ai travaillé des heures! »

Et cette chef passionnée se cuisine-t-elle des repas à la maison? « Honnêtement, c'est très rare. Par contre, lorsque je le fais, je le fais pleinement. J'adore faire des tapas. Ce que j'aime le plus cuisiner, c'est le steak. J'adore l'odeur, les Grill Mark et couper un morceau à la cuisson parfaite. »

STEBUC pour une première fois

Le Boefish fait partie des petits nouveaux sur la liste de l'événement Sherbrooke t'en bouche un coin, les 8, 9 et 10 juin, au Centre de foires de Sherbrooke. Le restaurant aura son kiosque et offrira des bouchées de steak Tomahawk, une spécialité du Boefish.

Cette année, Lana ne participera pas à la compétition Trois chefs au défi, mais qui sait, peut-être l'année prochaine. Après tout, la chef a participé à plusieurs concours, dont à Toronto et en Californie, et est revenue avec les honneurs à maintes reprises au fil de sa carrière.

Les autres participants au STEBUC cette année sont : Christian Fréchette (Da Toni), Suzy Rainville (Baumann), Alain Labrie (La Table du chef), Daniel Charbonneau (L'Empreinte cuisine soignée), Alain Simard (Le Madrigal), Joshua Glover et Alexandre Bilodeau (L'Gros Luxe), Benjamin Gagné (Les Enfants Terribles), Emmanuel Charles-Nicolas (Douceur Antillaise), Diane Plante (Bistro de la Cité), Vincent Cloutier et Alexandre Latendresse (Deux Caribous), Sébastien Lefebvre (La Retenue), Yanick Gaudreau et Mathieu Beaumont (El Tabernaco), David Vinas et Badr Bourabaa (Les Chefs épicuriens), Stéphane Loré (Loré fine cuisine du marché), Manon Houle (Pâtisserie La Vitrine), Marc Thibault (Loubards), Charles Emmanuel Parizeau (O'Chevreuil Taverne américaine),Emmanuelle Parent (Sushi Taxi), Geneviève Roy (Picassiette chef-traiteur inc), Christophe Dorville (Pâtisserie Dorville), Maysam Majd (Persepolis), ainsi que Miguel Pereira, Jérémie Dion-Lafont, Michael Cloutier-Boutin et Reuben Bird (Le Westley).


Carnaval de Sherbrooke 2021
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
L’événement « Canada Reads… and so does Lennoxville » revient pour une 16e édition

L’événement « Canada Reads… and so does Lennoxville » revient pour une 16e édition
Des capsules vidéo pour découvrir des artistes des Cantons-de-l’Est

Des capsules vidéo pour découvrir des artistes des Cantons-de-l’Est
Hyundai Sherbrooke fev 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Bilan COVID-19 du 23 février

Bilan COVID-19 du 23 février
Le procès du psychopathe

Le procès du psychopathe
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Carnaval de Sherbrooke 2021
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Écoloboutique fév 2021
 
Me François Sylvestre
Jeudi, 25 février 2021
Le Choix d’un liquidateur : Une décision pas toujours si simple!

François Fouquet
Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 19 février 2021
Stressé ? Respire par le nez !

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
SAQ_Mondial_des_cidres_2102
La MRC de Memphrémagog adopte son Plan d’action en environnement Par Maxime Grondin Jeudi, 18 février 2021
La MRC de Memphrémagog adopte son Plan d’action en environnement
Un Mondial des Cidres réinventé pour l’Empreinte Par Megan Foy Vendredi, 19 février 2021
Un Mondial des Cidres réinventé pour l’Empreinte
Vers une deuxième école alternative en Estrie Par Maxime Grondin Mercredi, 17 février 2021
Vers une deuxième école alternative en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut