magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
HABITATION / Construction Estrie
APCHQ Estrie Par APCHQ Estrie

Vendredi, 6 février 2015

Comment « domotiser » une habitation existante



 Imprimer   Envoyer 

Intégrer la domotique dans une résidence existante est un projet réalisable, à frais raisonnables. Surtout lorsqu'il est question d'implanter un système sans fil, moins onéreux. Cependant, avant de donner à forfait un projet d'intégration ou le réaliser lui-même, l'entrepreneur doit connaître certaines règles, contraintes et spécificités. Examinons ensemble ce dont il est question.

D'abord, voici une définition de la domotique selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). « Ce sont des systèmes et des dispositifs pouvant gérer des éléments de votre milieu intérieur, notamment l'éclairage, les appareils électroménagers, les téléphones, de même que les systèmes mécaniques d'entrée et de sécurité à domicile. Ils peuvent améliorer la sécurité, accroître le caractère utile et faciliter la vie des occupants, peu importe leurs habiletés. »

Faciliter la vie des occupants, telle est la principale raison d'être de la domotique. Pour cela, un propriétaire doit être prêt à investir 1 500 à 2 000 $ pour l'installation d'un système de base sans fil (une maison unifamiliale de 1 500 pieds carrés). Ce système lui permettra de contrôler chez lui ou à distance, à l'aide d'un téléphone intelligent, le chauffage, la climatisation, la ventilation, l'éclairage, le système mécanique d'entrée (ex. : porte de garage) et le système d'alarme. L'installation d'un système sans fil plus sophistiqué, dans une maison de même surface, avec musique multipièces et distribution vidéo peut coûter jusqu'à 5 000 $.

Le coût va grimper encore plus s'il s'agit d'un système avec filage. Selon Yan Verhoef, copropriétaire de D-motik, ce coût varie de 15 000 à 20 000 $. « C'est qu'il faut trouver les endroits les moins apparents pour passer le filage, dit-il. Cependant, un système avec fil est plus fiable qu'un système sans fil, qui est vulnérable aux interférences. Ce coût peut grimper jusqu'à 200 000 $ s'il s'agit d'une maison de grande superficie. »

Bien planifier avant d'installer

La première chose à déterminer avec le propriétaire est le type de système qu'il désire. « Il faut avoir un plan détaillé des systèmes que l'on souhaite intégrer ensemble, affirme Jean-Pierre Desjardins, consultant en domotique et formateur depuis plusieurs années. Par exemple, on doit indiquer quelles lumières l'on souhaite intégrer au contrôleur central et celles que l'on ne veut pas. »

La deuxième étape consiste à faire appel à un intégrateur en domotique. « Cette personne s'occupera de coordonner l'installation avec tous les intervenants impliqués (électricien, installateur de système d'alarme, installateur de caméras de surveillance), ajoute le consultant. Il doit s'assurer que les systèmes installés sont compatibles les uns avec les autres. »

Des précautions à prendre

Cet intégrateur doit s'assurer que les gens qui sous-traitent le travail pour lui ont toutes les cartes de compétence requises ainsi que leur licence de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ). Par exemple, l'électricien doit avoir sa carte de compétence en électricité, l'installateur de systèmes d'alarme doit avoir sa carte de compétence en systèmes d'alarme, etc. De plus, les installateurs de systèmes de sécurité, de serrures et de caméras de surveillance doivent avoir leur permis du Bureau de la sécurité privée (BSP).

La Loi 88 sur la sécurité précise, en effet, que toute personne physique qui exerce une activité de sécurité privée au Québec, doit être titulaire d'un permis d'agent. L'intégrateur qui voudrait faire lui-même l'installation de tous ces systèmes devrait avoir toutes ces cartes de compétence, la licence de la RBQ et le permis d'agent du BSP.

« Généralement, l'intégrateur donne toutefois en sous-traitance la pose des systèmes et il s'assure ensuite que tous les systèmes fonctionnent correctement et qu'ils sont compatibles les uns avec les autres, explique Pierre Desjardins. On doit pouvoir tout gérer à partir d'un seul panneau de contrôle. »

C'est ce que fait l'intégrateur Dominique Martineau, président de Dom Dom Domotique. « Avant de quitter un client, je lui explique comment fonctionne le système et je m'assure que tout fonctionne correctement », dit-il.

L'intégrateur doit aussi s'assurer qu'il existe un service à la clientèle accessible en tout temps (idéalement) pour les produits qu'ils installent. Pierre Desjardins suggère aussi d'acheter de l'équipement en surplus (ex. : interrupteurs) au cas où la technologie deviendrait obsolète. Car c'est souvent ce qui arrive tôt ou tard.

Il n'y a aucune exigence en la matière dans le Code de la construction. « Il s'agit d'installation à bas voltage et le bas voltage n'est pas régi par le Chapitre sur l'électricité du Code », souligne Yan Verhoef.

L'intégrateur doit cependant avoir l'expertise  pour exercer son métier adéquatement. Il doit aussi connaître les produits et, idéalement, faire une veille technologique pour se tenir au courant des nouveautés, car c'est un domaine où la technologie évolue vite.

Difficultés lors de l'installation

Lors de la pose d'un système avec filage dans une maison existante, des difficultés peuvent survenir. « À moins d'entreprendre une rénovation majeure, où l'entrepreneur ouvre tous les murs, le passage du filage est impossible dans des murs pleins, affirme Yan Verhoef. Il faut alors trouver d'autres solutions, par exemple, passer le filage le long des boiseries ou enlever les boiseries et passer le fils derrière. »

L'autre option, moins coûteuse et plus rapide, consiste à installer un système sans fil. C'est aussi moins coûteux que l'installation d'un système avec filage. Toutefois, ce système a des limites. Pierre Desjardins donne comme exemple la pose de stores automatisés qui exige du filage. Autre limite : la distance. « S'il y a une trop grande distance entre les bâtiments où l'on souhaite intégrer la domotique (ex. : cabanon dans l'arrière-cour et la maison), le sans-fil ne fonctionnera pas, car les ondes ne se rendront pas. On devra alors opter pour le filage. »

Une dernière limite concerne certains fournisseurs comme l'entreprise québécoise Domotique Sécant qui n'offre pas l'option sans fil. « Le Wi-Fi souffre de problèmes de sécurité, car il est très facile à pirater », estime Laurent Burquier, président de Domotique Sécant, qui n'a aucune confiance dans le sans-fil.

Des erreurs à éviter

Lors de la pose d'un système avec filage, il faut éviter de passer le fil près des fils électriques déjà existants, prévient Yan Verhoef. Cela peut causer de l'induction et peut entraîner un mauvais fonctionnement du système. »

Il faut aussi s'assurer que tous les systèmes installés peuvent être contrôlés à partir du panneau central. Ainsi, lors de l'ajout d'un système (ex. : système d'alarme) dans une maison où il y a déjà un système domotique en fonction, il peut arriver que l'installateur pose le panneau de l'entreprise pour laquelle il travaille sans l'intégrer au panneau central du système domotique. Yan Desjardins a déjà vu ce genre de choses. « L'installateur a procédé de cette façon, car il ne savait pas comment intégrer son système au panneau central. Le problème avec cela, c'est que le client paie plus cher pour la pose d'un panneau dont il n'a pas besoin. »

Un système qui favorise une plus grande autonomie

À l'ère où les gens souhaitent vieillir à la maison et où les personnes handicapées cherchent à vivre en réduisant leur dépendance envers un aide-soignant, la domotique est tout indiquée pour répondre à ces besoins. Elle leur facilite la vie en leur garantissant une plus grande autonomie.

Des recherches effectuées par le groupe Domus (recherche en domotique et en informatique mobile) de l'Université de Sherbrooke ouvrent la porte à plusieurs autres champs d'application. Parmi les projets en cours, mentionnons la « télévigilance » et l'assistance cognitive aux personnes souffrant de démences de type Alzheimer, de schizophrénie ou d'autres déficits cognitifs.

La domotique est donc un bon exemple de technologie qui peut se mettre au service de l'homme ou tout simplement améliorer son confort. Elle demeure donc une solution envisageable dans le cadre d'un projet de rénovation.

Les multiples possibilités de la domotique

À partir d'un panneau de contrôle central ou d'un téléphone intelligent, tout peut être préprogrammé. La domotique peut contrôler :

le chauffage;

la climatisation;

la ventilation;

l'éclairage;

les stores automatisés (qui s'ouvrent seul le matin et se referment le soir);

le cinéma maison;

le système de musique différenciée dans chaque pièce de la maison;

le système de musique multipièces;

le chauffage de la piscine;

les électroménagers de marque Subzero;

les haut-parleurs sans fil de marque Sonos;

la serrure de la porte de garage;

la serrure de la maison;

le détecteur de mouvement pour la sécurité à l'intérieur et à l'extérieur;

le contrôle de l'humidité;

le détecteur de chaleur et de fumée (alarme incendie);

le bouton panique;

le détecteur de chutes (il peut capter la chute d'une personne âgée, par exemple, puis appeler automatiquement une personne pour l'en avertir).



Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Les clauses de limitation ou d’exclusion de responsabilité, valides ou non ?

Les clauses de limitation ou d’exclusion de responsabilité, valides ou non ?
La reine de l’impro offre une classe de maître à Orford

La reine de l’impro offre une classe de maître à Orford
NOS RECOMMANDATIONS
Espace TI: partager les locaux de travail

Espace TI: partager les locaux de travail
Utilisation de monnaie contrefaite

Utilisation de monnaie contrefaite
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Remise Gagnon Multi Concept mars 2019
 
Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 20 septembre 2019
L’alimentation cétogène

William Lafleur
Jeudi, 19 septembre 2019
S'entraîner pour trouver un équilibre

Fontaine Panneton Joncas Bourassa & Associés
Jeudi, 19 septembre 2019
Les clauses de limitation ou d’exclusion de responsabilité, valides ou non ?

Daniel Nadeau
Mercredi, 18 septembre 2019
Donner du sens au 21 octobre

Jérôme Blais
Mardi, 17 septembre 2019
L'importance de bien positionner ses épaules

AutoPassion
Mardi, 17 septembre 2019
Mercedes-AMG GT63s 4 portes coupé - Essai AutoPassion

François Fouquet
Lundi, 16 septembre 2019
Et que Dieu nous vienne en aide…

Espace TI: partager les locaux de travail Jeudi, 12 septembre 2019
Espace TI: partager les locaux de travail
Utilisation de monnaie contrefaite Vendredi, 13 septembre 2019
Utilisation de monnaie contrefaite
Vulgariser l’information scientifique concernant le cannabis Par Daniel Campeau Jeudi, 12 septembre 2019
Vulgariser l’information scientifique concernant le cannabis
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous