Phoenix de Sherbrooke - 18 février 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-1°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La croix lumineuse du mont Bellevue ne sera plus en fonction pour une durée indéterminée en raison d'un bris.
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Electro-5 Reparation Ecoresponsable
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Mercredi, 6 septembre 2017

La zone agricole bien présente à Sherbrooke



 Imprimer   Envoyer 
Nicole Bergeron, conseillère municipale, Martin Paré, conseiller en développement bioalimentaire régional pour le MAPAQ, et Lyne Dansereau, urbaniste coordonnatrice à la Ville de Sherbrooke, ont dressé le portrait de la zone agricole sherbrookoise.

La Ville de Sherbrooke accueille sur son territoire une vaste zone agricole. Si plusieurs endroits sont exploités, d'autres ont le potentiel de l'être. Un portrait de la situation a été présenté ce matin dans le cadre du Plan de développement de la zone agricole (PDZA).

C'est à la ferme Ölistik que la Ville de Sherbrooke a dévoilé ce matin le portrait de son Plan de développement de la zone agricole (PDZA). Ce qu'on peut retenir, c'est que le couvert forestier occupe 50 % du territoire sherbrookois alors que la zone agricole couvre 37 %. De plus, 7 % de la zone agricole est dédiée à des terres en friche.

« C'est fort de ces constatations que nous continuerons d'avancer dans l'élaboration d'un PDZA qui sera à l'image de nos préoccupations et de notre vision », fait valoir Nicole Bergeron, conseillère municipale et présidente du comité consultatif agricole.

« L'agriculture est essentielle pour notre communauté, ajoute-t-elle. La démarche vise à mettre en valeur la zone agricole de la ville de Sherbrooke en faisant d'abord un portrait de la région et pour ensuite établir les enjeux, une vision ainsi qu'un plan d'actions en concertation avec les acteurs du milieu », précise-t-elle.

La production laitière en 2015 constituait la principale source de revenu des agriculteurs alors que la production végétale est depuis dominée par les céréales et les protéagineux. Bien que les cultures de légumes se font discrètes, la culture des fruits a quant à elle connu une hausse de 282 % entre 2010 et 2015.

Une relève en bonne santé

Puisque la relève agricole de Sherbrooke est beaucoup plus scolarisée que celle de l'Estrie, les perspectives d'avenir sont positives. Précisons qu'au total, 71 producteurs agricoles sont actifs sur le territoire et en 2015, une trentaine de fermes généraient des revenus de plus de 50 000 $ alors que près de trente autres se situaient entre 5 000 $ et 50 000 $.

« Pour le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), la réalisation des PDZA représente d'importantes contributions des milieux municipales et également des partenaires agricoles forestiers et socioéconomiques, explique Martin Paré, conseiller en développement bioalimentaire régional pour le MAPAQ. Cet engagement témoigne une reconnaissance d'un effort social, environnemental et économique dans le secteur agroalimentaire de Sherbrooke. L'Estrie se démarque parmi les régions du Québec. La Ville de Sherbrooke bénéficie d'un secteur agroalimentaire qui se maintient et qui se développe », commente-t-il.

Si une baisse du nombre d'entreprises agricoles a été remarquée (28 %) entre 1993 et 2015 à Sherbrooke, la transformation agroalimentaire va bon train. En effet, en 2012, Sherbrooke accueillait sur son territoire 28 entreprises de transformation agroalimentaire. En ce moment, 15 % d'entre elles ont un chiffre d'affaires supérieur à 5 M $.

Pour Lyne Dansereau, urbaniste coordonnatrice à la Ville de Sherbrooke, le PDZA sera positif pour la zone agricole. « Le rôle du PDZA est de favoriser l'occupation dynamique de la zone agricole, la mise en valeur des entreprises agricoles et la diversification des productions », conclut-elle.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Décès d’un camionneur en service : les causes de l’accident dévoilées

Décès d’un camionneur en service : les causes de l’accident dévoilées
2 M $ pour le Carrefour de solidarité internationale

2 M $ pour le Carrefour de solidarité internationale
NOS RECOMMANDATIONS
Hyundai Santa Fe 2019

Hyundai Santa Fe 2019
Des chasseurs toujours aussi généreux

Des chasseurs toujours aussi généreux
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Phoenix de Sherbrooke - 18 février 2018
 
Alexandre Hurtubise
Vendredi, 16 février 2018
Marvel, toujours la même chose? Vraiment?

René Dubreuil
Vendredi, 16 février 2018
Les nouvelles rondes de René

Alexandre Dagenais
Jeudi, 15 février 2018
La rose: véritable enjeu environnemental

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 15 février 2018
Apprendre le bonheur

Daniel Nadeau
Mercredi, 14 février 2018
Chasse aux sorcières

Catherine Côté
Mercredi, 14 février 2018
Petit guide pour se composer une garde-robe bien équilibrée!

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Domino's Pizza
L’importance de l’animal dans le développement de l’enfant Par Sylvie Roy Jeudi, 15 février 2018
L’importance de l’animal dans le développement de l’enfant
Saisie de drogue à Coaticook Par Cynthia Dubé Jeudi, 15 février 2018
Saisie de drogue à Coaticook
Chasse aux sorcières Par Daniel Nadeau Mercredi, 14 février 2018
Chasse aux sorcières
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous